Partenaire

Sonic Wikia Francais

 


 



News .·::·. Dossiers
Interview d’Aaron Webber par The Verge

News du 3 juillet 2016

C’était le 23 juin 2016 qu’Aaron Webber, community manager des pages sociales de Sonic (Twitter, Facebook, ...), a été interviewé par Andrew Webster de The Verge. (Pour les deux dégueulasses au fond, "verge" veut dire "bord" ou "rebord" en anglais)

Traduction réalisée par Lirane Underground avec le support d’Izaky.

Interview

Je sais que vous travaillez à SEGA depuis longtemps déjà mais comment avez-vous été impliqué avec Twitter ?

J’étais un fan de Sonic depuis petit -j’avais une Genesis, une Saturn, une Dreamcast- et quand on est petit, on a un tas de rêves de ce qu’on veut faire. Pour moi ce rêve c’était : travailler chez SEGA un jour. Je n’avais pas idée de ce que ça signifiait ni à quel poste je serais, mais c’était le rêve de [mon] d’enfance.

J’ai beaucoup joué à Phantasy Star Online, qui était vraiment la clé de mon adolescence, et je pense que c’est ce jeu qui m’a donné envie d’être un modérateur pour SEGA à cette époque. J’ai été volontaire pendant 2 ans, mais ça m’a aidé à connaître quelques personnes chez SEGA, et je crois, a été l’opportunité d’avoir un travail.

J’ai vu que je pouvais très bien le faire et voir ce qui arriverait, et une chose en entraînant une autre c’est comme ça que ça que ça a vraiment commencé.

Était-ce de SEGA en général que vous étiez fan, ou c’était surtout de Sonic ?

J’étais un fan de Sonic aussi. Je jouais beaucoup à Sonic Adventure qui était le seul jeu que j’avais sur Dreamcast pendant un moment, lorsque je l’ai eu. Tout SEGA était important pour moi. J’aimais le marketing qu’ils faisaient, j’aimais toutes les consoles que j’avais, et j’ai toujours aimé les jeux Sonic des consoles principales. Mais pas autant que les titres sur Game Gear.

Quelle était votre vision initiale du compte Twitter quand vous avez commencé à travailler dessus ? L’auriez-vous vu tel qu’il est de nos jours ?

J’ai quitté SEGA en 2014. Alors, quand SEGA a décidé de déménager à Los Angeles et que SEGA of America allait être recréé pour faire une nouvelle Sonic Team, ils m’ont demandé si je voulais revenir pour gérer le côté réseau social. Alors j’y ai jeté un œil, et pour être honnête, c’était un peu ennuyeux. Beaucoup de posts étaient fonctionnels, véhiculaient une image corporative, ou bien du marketing insipide. Achetez ça, soutenez ceci, regardez ça. Je sentais que l’esprit de Sonic n’y était pas. Sonic et SEGA, surtout dans les années 90, avaient une sorte de signature, et c’est ce qui les faisaient ressortir. Ils étaient le contraire de la marque Mario.

J’ai décidé d’essayer quelque chose de nouveau en postant quelques trucs funs, plutôt que de juste essayer de promouvoir des produits ou essayer de faire du marketing - je me suis amusé avec et j’ai engagé certains fans dans cette voie sans m’y attendre. Je ne savais pas quelle réponse j’aurais, j’étais un peu nerveux au début. Mais la réaction à la fin était positive, et nous avons changé la direction qu’on prenait, et l’esprit de Sonic est revenu petit à petit.

Avez-vous eu besoin d’effectuer beaucoup de changements ? Avez-vous trouvé que le style des chères années 90, cette mentalité - fonctionnait maintenant ?

Sonic était un personnage sarcastique, mais il reste un héros, et c’était facile d’adapter la chose de nos jours. Mais néanmoins ils pourraient avoir utilisé des publicités vraiment intéressantes à l’époque auxquelles on pourrait aujourd’hui référencer les memes ou les éléments de la culture internet que vous n’imagineriez pas une entreprise ou une marque utiliser. Pour moi, c’était permettre aux fans de savoir qu’on avait un message, qu’on était pas juste une grande entreprise. Nous sommes des personnes, et d’un autre côté apprécions vos remarques et vos préoccupations, et qui se battent pour améliorer ça et le rendre aussi bien que nous le pouvons. Je voulais faire ça à travers Twitter. J’espère que c’est le cas depuis.

Est ce que c’est vous qui tweetez ou une équipe ?

On a une équipe. Beaucoup de choses sont planifiées à l’avance, et quand on voit quelque chose on se dit "hé, faisons un post cool pour ça" ou "on va y faire référence". Quand les vacances et des grands événement arrivent, on prévoit quelques chose. On réagit aussi à certaines choses, on essaie d’adapter ce qui se passe sur Internet ou ce qui arrive sur le moment. Et c’est, selon moi, tout aussi important parce que beaucoup de choses sont essentielles, on ne peut jamais prévoir ça, on ne peut jamais savoir à quoi s’attendre.

Quel est le processus ? Je sais que les grandes entreprises ont souvent des avocats pour approuver leur tweets, mais ça a l’air plus libre.

C’est vrai. Merci à SEGA qui a été relativement cool vis à vis de leurs approbations. Mais nous avons deux personnes différentes qui vérifient. Nous sommes dans un cas où, la plupart du temps, ils ont confiance en notre équipe pour se donner des limites à ne pas dépasser, et on essaye de donner aux gens quelque chose de vraiment amusant et drôle, mais aussi ne pas dépasser la ligne rouge.

Vous n’avez jamais fait de rétrospective ? Vous pensez que les choses que vous avez faites sont allées trop loin ?

Je pense que le tweet de Jeudi concernant Mighty n°9 était un cas où on a essayé d’être drôle et d’amuser un peu, mais on ne voulait offenser personne ni dénigrer le travail que des développeurs, dans ce cas le Mighty n°9, avaient réalisé. Ce qui pour moi était un bon cas : beaucoup de personnes n’ont pas compris que la phrase utilisée était une citation, provenant de cette même équipe. On ne voulait faire du mal à personne, on ne voulait pas que ça soit perçu comme du dénigrement. Je pense que pour ce tweet en particulier, quelques personnes l’ont bien compris, et d’autres personnes non, et en particulier les développeurs. Et donc on ne voulait pas les blesser, on voulait juste se concentrer sur notre tâche d’amuser les gens.

Pourquoi Sonic a un compte à la première personne ? On voit d’habitude des comptes Twitter pour des entreprises ou des studios, parfois des marques, mais pas des personnages.

Ça avait débuté avant que je ne revienne. C’était focalisé autour de la stratégie centrale de SEGA il y a plusieurs années. Certaines entreprises et certaines marques avaient des comptes d’éditeur, et alors pour l’essentiel [de la propriété intellectuel] créent un compte dédié. Si vous regardez Battlefield ou Call of Duty ou n’importe quelle autre licence, ils auront le leur. Sonic était dans la même voie. Sonic a créé un compte et il y a toute une équipe focalisée sur Sonic et les jeux, la série TV, le film et tout ce qui va arriver en lien avec Sonic.

Est-ce que être positionné comme un compte d’un personnage à l’opposé des autres entreprises vous donne plus de liberté pour essayer de faire des choses différentes ou étranges ?

Je pense. C’est facile de s’habituer avec Sonic. Sonic incarne vraiment l’idée d’un personnage surprenant et qui enchante votre chemin genre "Oh c’est plutôt original. Je ne m’attendais pas à ce genre de réponse." Sonic est vraiment parfait pour ce genre de tache. C’est intéressant parce que j’ai noté que Nintendo a commencé à poster des memes il y a six mois environs. Je ne sais pas si c’est parce qu’ils ont vu le succès de Sonic, mais c’est drôle de voir les industries changer un peu, et devenir un peu plus gaies en fuyant le marketing à base de "acheter ce produit, promouvoir, promouvoir, promouvoir", et être un peu plus drôles, en s’amusant à célébrer la culture d’internet avec ses fans en même temps.

Pourquoi pensez-vous que c’est bien pour les entreprises de le faire ?

Ça fait plus humain. C’est la clé du concept de l’industrie, les fans se sentent entendus. Et si quelqu’un devait le savoir, c’est bien SEGA. Nous sommes passés par de mauvais moments, nous avons passé de bons moments, nous avons tout vu. Nous avons tout eu. Et en tant que fan, travaillant maintenant chez SEGA, j’ai pu voir les deux côtés. C’est vraiment important de permettre aux gens de savoir 1) Que tu les écoutes, et 2) Qu’avec les réseaux sociaux c’est important de répondre. Beaucoup d’entreprises oublient que les réseaux sociaux sont des médias à double sens. Ce n’est pas un lieu où tu vas juste poster une pub ou un trailer. C’est un endroit où tu écoutes, et tu reçois les avis et tu travailles avec, que ce soit pour changer ton jeu ou répondre aux consommateurs. Tout ceci est extrêmement précieux, et c’est un domaine qui s’améliore lentement, mais il y a encore des entreprises dans l’industrie qui ne se sont pas encore adaptées.

Êtes-vous capable de faire ça ? Recueillir les avis et les amener à l’équipe ?

Je me sens vraiment honoré de pouvoir le faire et qu’ils [Note : les équipes de développement] nous écoutent. Il y a sûrement beaucoup d’entreprises où le manager des réseaux sociaux n’a pas tous les pouvoirs. Peut-être qu’ils vont vers les gens en interne et disent « Les fans ressentent ça, ils sont vraiment concernés par ça », et où cela ne mènera à rien. Mais c’est vraiment bien que les gens chez SEGA écoutent. En particulier avec Sonic. Ce n’est pas seulement important pour nous d’écouter juste en général, mais avec Sonic c’est crucial, à cause de son histoire, des hauts et des bas. Alors c’est vraiment important pour nous d’écouter, et prendre ce qui arrive dans les réseaux sociaux et ce que les gens disent au sérieux.

Parlons de ces hauts et de ces bas, une des choses intéressantes à propos du Twitter de Sonic c’est que vous en avez conscience et que vous reconnaissez les mauvais moments. C’est important pour vous ?

La réponse est oui. Je pense que c’est important parce que beaucoup d’entreprise auront des hauts et des bas, sortiront des bons et des mauvais jeux, et essayeront de cacher les mauvais jeux sous le tapis en disant « ce n’est jamais arrivé » ou « ne parlons pas de ça ». Ils essayent de minimiser ça. Avec Sonic, il y a eu des moments importants comme Sonic 2006, qui est tristement célèbre. Et tout le monde à SEGA sait ça. Ce n’est pas comme s’ils ne le comprenaient pas. Je pense que c’est vraiment important d’aider les fans à comprendre qu’on apprécie ça aussi. On comprend les défis de notre passé. Je pense que si quelqu’un doit te faire confiance pour que tu répares les choses, il doit savoir que tu comprends ce qui était mauvais.

J’étais nerveux à propos de certaines répressions, car je ne me souvient pas d’une entreprise qui aurait déjà fait ça, qui se serait moquée de ses propres échecs. Mais grâce à la bonne réception des gens et des fans et tout le monde sur internet, beaucoup de choses se déroulent bien et je n’ai pas eu trop d’ennuis.

Que pensez-vous qui pousse la fanbase à être aussi dévouée envers ce personnage ? ?

En parlant en tant que fan, il y a quelque chose dans le design de Sonic qui le rend universellement attirant. Il y a vraiment quelque chose qui fait qu’aujourd’hui les enfants l’aiment autant que nous quand on était enfants. La seconde chose pour moi, c’est parce qu’il faisait partie de mon enfance, donc il a un statut spécial. Pas seulement dans une part de ma vie mais aussi comme une icône du jeu vidéo.
Je pense que Generations est un bon exemple de ce point, où les gens disent « C’est super, on aime vraiment » et tu as un autre moment, comme Sonic 2006, où les gens critiquent et disent qu’ils ont des problèmes avec lui. C’est vraiment important de ne pas rejeter les critiques et de comprendre qu’elles viennent d’un bon fond, et que ça vient de la passion. Beaucoup de raisons qui font que si Sonic est si iconique c’est parce que il y a tout cet amour autour. Quand les gens critiquent un jeu Sonic je ne vois pas ça comme des méchancetés, je vois « Je veux voir Sonic revenir dans ces jours glorieux dans les années 90. Je veux voir la qualité qu’il y avait autrefois ». C’est une distinction à faire.

Est-ce que l’ampleur des réponses que vous recevez n’est pas trop grande ?

C’est un peu surréaliste pour être honnête. Au début on a trouvé que c’était le cas, impossible de répondre à tout le monde. Mais on essaye de lire presque toutes les réponses qui arrivent, et c’est important pour nous car on respecte les personne qui prennent du temps dans leur journée pour nous tweeter. La moitié du temps on poste un memes et on observe les réponses et ils nous font marrer. Ils sont à fond dans la blague, et ils blaguent avec nous. La plupart du temps je me demande si je fais vraiment un travail professionnel. Je m’assoie sur la chaise et je ris toute la journée à cause des memes.
Mais en même temps, c’est vraiment bien pour Sonic, parce que les discussion autour de lui changent beaucoup depuis 2014. Maintenant on est focalisé sur ce qui arrive plus tard dans le futur.

Une fois que vous commencez à regarder ces réponses, y’a-t-il des surprises particulières à propos de votre audience de fans ?

Au début ça ne me surprenait pas. Simplement parce que quand vous grandissez dans une communauté, vous voyez des choses que vous ne pourrez jamais oublier. Assez tôt, j’étais exposé au côté maléfique d’internet. Tu apprends à vivre avec ce que pensent les différentes parties de ta communauté, il y a différentes personne parfois avec différentes opinions, avec la pression qui vient avec.
Mais d’aussi loin que les réponses viennent, j’étais plus surpris par la vitesse où tout le monde s’est adapté au changement de ton quand on a commencé à poster les memes et qu’on s’amusait avec. Je suis vraiment reconnaissant pour ça. [Sonic] était un sujet difficile en 2014 et début 2015. Il y avait beaucoup de négativité à ce moment-là.

Avez-vous des tweets ou moments préférés depuis que vous avez commencé à travailler sur Twitter ?

Il y en a un grand nombre de vraiment amusant. Au début nous avons passé un très bon moment avec Nintendo et Deus Ex. Ceux que je préfère sont quand j’interagis avec d’autres marques d’une façon amusante, et c’est vraiment organique. Des choses comme ça sont rarement planifiées. Poster des memes Sonic – être capable de poster Sanic sur le compte officiel de Sonic c’est quelque chose que je n’aurais jamais pensé faire, mais je suis vraiment reconnaissant. Ça a tellement bien marché, ce genre de choses a ramené des chiffres et engagements comme jamais auparavant.

Quand vous voyez ce qui arrive, comment vous sentez-vous à propos du futur de Sonic et qu’êtes-vous capable de faire avec ce même futur ?

Je suis très optimiste. Je peux voir ce qui se trame derrière le rideau. En ce moment SEGA est une entreprise dans une bonne position pour écouter ses fans. Je pense qu’il y a plusieurs années, quand on disait qu’ils sortaient un trailer pour Sonic 4, et que les gens se plaignaient à propos de la physique et de choses comme ça, SEGA n’était pas en position de prendre les avis et s’adapter pour le développement du jeu. Mais le SEGA de maintenant a de bien meilleurs moyens de recueillir les avis et fait ce choix. Il y a quelque cas où les fans n’ont pas toujours raison, et les fans ont un million d’avis différent, mais je suis très optimiste et j’ai espoir pour le futur avec ce qu’on fait sur le compte Sonic qui crée un pont entre les fans et notre entreprise.

- Lirane Underground et Izaky



Vous avez aimé cette news? Partagez la!
Un commentaire ? - Forum


Cliquez pour écouter :
L'article du moment
Fan humour second degré
Ahhh les femmes...

Le pifomètre
2003 : Sonic Heroes
Techniques
Cartes virtuelles
Sonic iCards Amour
Microsoft Xbox
Manuel Sonic Riders ( version française, Xbox )
 
 
  Discussions
 Accès au Forum
Derniers sujets :

 
 
 
Planete-sonic, design, mise en page et textes © 2003/2017 L'équipe de PLANETE-SONIC.COM, Tous droits réservés. Toutes les oeuvres sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute reproduction partielle ou totale d'une oeuvre est interdite sans l'avis préalable de son auteur.