Partenaire

Sonic Wikia Francais

 


 


Fanfics

MOBIUS UNLEASHED Chapitre X

Publié par Viper Dragoon le 7 septembre 2009

Dans ce chapitre qui représente cela va sans dire un point tournant de Mobius Unleashed, vous découvrirez le personnage le plus creusé, le plus profond, le plus sage que vous ayez jamais lu dans toute l’histoire de votre vie...



Aphrodite affrontant Lower Ranger dans un duel de Karaoke sans pitié
(Cliquez sur l’art pour accéder à la musique d’ambiance du chapitre)
Art par KANNA

Duel assourdissant au clair de lune

-Squadalah ! Nous sommes partis !
-…On ne peut pas dire que ça soit vraiment génial comme formule. Répliqua Bragelonne.
-Pourtant je la trouve sympathique. Répliqua Achille.
-Il y a plus urgent que de débattre sur mes goûts en formules magiques. Répliqua Saiko.

Les trois mobiens avaient quitté Mercie il y a peu. Ils n’avaient pas cherché bien loin : il s’agissait sûrement d’une manigance des humains. Eggman n’était pas connu pour capturer des cadavres alors ceux-ci devaient avoir récupéré le corps de leur défunt monarque dans une tentative pour commettre outrage supplémentaire. Pendant deux semaines l’ambassade humaine s’était fichue d’eux. Comme Vladimir était entre les mains de l’Eggman Army pour le moment ils avaient décidé de se déplacer eux-même là-bas. Jamais leur petit royaume tranquille n’avait connu une telle crise. Si les fédérations continuaient à nier posséder le corps de leur prince, alors le pays rentrerait en guerre, les bretteurs étaient quasiment sûrs de ça.

Pour le moment ils étaient en plein vol pour rejoindre Empire City. Ils ne possédaient pas de quoi partir, les hélicoptères ayant été envoyés par le gouvernement Winston. Mais ils avaient trouvé un moyen de rechange en la présence de l’élémentaliste.

-Vous êtes sûr que ce moyen de transport est sans risque ? Demanda Bragelonne, inquiet.
-Oui. Tant que vous restez à l’intérieur du rectangle et que vous vous accrochez bien.

Les mobiens fonçaient à toute allure dans les airs assis ni plus ni moins sur un tapis volant. Ce n’était pas vraiment un tapis volant à vrai dire, le seul tapis qu’ils avaient été capables de lui fournir était le grand tapis rouge du palais, alors qu’ils étaient assis sur la tête de celui-ci, le corps du tapis ondulait sous le vent, se changeant en un grand serpent rouge évoluant dans le ciel. Les pouvoirs de vent de Saiko maintenaient la forme du tapis alors qu’il était assis en tailleur, concentré sur ce qu’il faisait. Le tapis partit en vrombissant dans le ciel en direction de Central City, d’ici quelques heures ils arriveraient.

-Dis dis dis, pourquoi tu es là toi ? T’as volé des trucs toi aussi ?

Le chat vert tournait autour de l’humaine alors qu’elle avançait, les menottes aux poignets, vers l’avion qui devait l’emmener à Central City. Elle essayait d’ignorer complètement son compagnon de voyage alors que d’autres personnes la suivaient dans la file qui menait jusqu’à l’avion, tous des mobiens. Elle était la seule humaine dans le lot des prisonniers qui avançaient vers l’avion de transport qui allait sceller son destin. Lina serra les dents. Cette guerre, son contrat, sa vie en temps que mercenaire, en une soirée tout s’était fini pour elle. Les juges avaient cherché un bouc-émissaire et ils l’avaient trouvé. Elle était contente que Loki n’ait pas été trouvé, s’ils l’avaient vu, ils auraient sûrement choisi ce dernier pour lui faire porter le chapeau… Tous les prisonniers portaient un collier et une camisole, pour éviter les mauvaises surprises auxquelles on avait souvent affaire avec les mobiens. Lina ne faisait pas exception à la règle, car pour des raisons d’équité raciale elle portait le même uniforme de prison.

-Avance !

Lança un garde qui assena un coup de crosse au chat, ce dernier l’évita agilement, le soldat fut déséquilibré par cette esquive soudaine et tomba au sol sous les rires des prisonniers, trois de ses « amis » vinrent alors saisir le prisonnier pour lui donner des coups de crosses.

-Pourriture ! Tiens-toi tranquille !
-Arrêtez !

Cria Lina en donnant un coup de boule à un des soldats, elle fut rapidement attrapée par les cheveux et ramenée dans le peloton.

-Occupe-toi de tes affaires, criminelle !
-Vous n’avez pas le droit d’utiliser la violence !
-T’es personne pour nous dire ce qu’on a le droit de faire ou pas !

La crosse s’abattit en pleine mâchoire et envoya l’humaine au sol, elle reçut un coup de botte dans le ventre.

-Allez, chargez moi toute cette racaille dans l’avion plus vite que ça !

Cria-t-il alors qu’on la traînait par les cheveux, Lina serra les dents. Elle se promit qu’elle se vengerait à un moment ou à un autre, elle sortirait de prison et traquerait cette ordure, même si elle devait sortir du droit chemin. C’était pour son manque de flexibilité qu’elle avait quitté le GUN, et à présent elle était victime de ces écarts de service que se permettait l’armée. Une armée blasée et fatiguée d’avoir à lutter majoritairement contre des mobiens. Elle fut laissée aux soins d’autres gardes alors que l’un des soldats lançait :

-Faites attention avec celle-là, c’est une teigneuse !

On referma la porte sur elle, et elle fut plongée dans le noir, on passa son collier au travers d’une chaine en fer reliée à la chaine de tous les autres prisonniers et ils furent assis sur des banquettes tout le long de l’avion alors que quatre gardes patrouillaient entre eux.

-Je veux un voyage en silence et sans problème, vous avez compris ? Ici vous n’êtes plus rien ! C’est nous qui faisons la loi !
-Eh…

Lança une voix à la droite de Lina, il s’agissait du chat que Lina avait protégé des crosses des soldats.

-Je voulais te dire, merci d’avoir pris ma défense.
-Tais-toi.
-J’ai pas connu beaucoup d’humains capables de prendre des coups pour moi, j’voulais juste te dire que j’étais reconnaissant. J’m’appelle Kneemerls, c’est quoi ton nom ?
-Je t’en prie, ferme-la.

Lança Lina dont une traînée de sang coulait depuis sa lèvre. Un des militaires s’approcha des deux larrons.

-Dites donc vous deux ?! Vous vous en cognez de ce que je vous dis ? Vous voulez vraiment que je sois sur votre dos pendant tout le voyage ?
-Vous ne préféreriez pas vous asseoir sur un siège plutôt ? Répondit le chat avec malice.

Les autres prisonniers ricanèrent grassement alors que le gardien de prison saisissait Kneemerls par la chaine de son collier.

-Toi tu as gagné un séjour gratuit à Castagneville.

A l’extérieur, l’avion allait quitter bon port. Trois hommes, trois hommes en costume portant des lunettes noires avançaient rapidement vers celui-ci, un des gardes qui regardait l’avion partir s’avança vers eux.

-Messieurs s’il vous plait, puis-je savoir qui vous…

Les trois hommes continuèrent comme si de rien n’était alors que le garde se figeait sur place. Ils le dépassèrent sans dire mot. Le soldat se tourna vers eux, les yeux écarquillés, avant de tomber en arrière, du sang coulant de sa chemise, trouée discrètement au niveau du cœur. Aucun des trois hommes n’avait bougé.

-Espèce de saloperie de mobien !

Lança le capitaine en éclatant le chat contre la paroi de l’avion.

-Tu te crois peut-être intelligent, mais tu veux que je te dise, t’es une raclure de criminel !
-C’est… C’est celui qui l’dit qui l’est. Répondit le chat en souriant, son front saignait à présent. Le soldat le décrocha de la surface ou il était pour l’éclater à nouveau contre la paroi de fer.
-Arrêtez, vous aller le tuer ! Cria Lina.
-Un de plus ou un de moins, cette vermine pullule comme du chiendent, tuez en un il en reviendra dix !

Les trois hommes montèrent dans l’avion sur le point de décoller, ceux-ci se dirigèrent d’un mouvement uniforme. L’homme au catogan lança.

-Vous deux, vous allez à la cale.

Le grand chauve barraqué partit pourtant seul vers ladite cale tandis que les deux hommes restants entraient dans la cabine de pilotage. Les deux pilotes se retournèrent.

-Qui êtes-vous ?!
-Bonsoir messieurs. Répondit l’homme au catogan tandis que son partenaire apparaissait dans l’encadrement de la porte et tirait une balle dans la tête des deux hommes, son camarade le regarda avec inquiétude.
-Tu sais piloter cet engin au moins ?
-L’enfance de l’art. Lui répondit l’autre.

Le grand baraqué ouvrit la cale aux prisonniers. Les gardes et les prisonniers le regardèrent d’un œil rond tandis que le capitaine lâchait Kneemerls.

-Salut les blaireaux !
-Qui êtes-vous ?!
-Qui je suis ? Je fais partie du BFNTM, le Bureau Fédéral de Nique Ta Mère ! Lâcha l’agent X alors qu’il sortait un fusil à pompe et faisait sauter le crâne du capitaine de la garde, celui-ci, comme un poulet décapité, se mit à trottiner à droite et à gauche avant de s’écraser au sol. Les trois gardes restants pointèrent leurs armes sur X, mais le premier vit celle-ci déviée au dernier moment alors que ses balles criblaient la poitrine d’un de ses alliés et qu’Agent X explosait la tête au second. Le dernier garde recula et trébucha sur Kneemerls accroupit, celui-ci lui bondit dessus.

-Et voilà un souvenir de Castagneville !

Lança-t-il en lui donnant un coup de boule. Lina regarda X en serrant les dents.

-Toi !
-Salut poupée j’t’ai manqué ?
-Du calme Lina. Lança une voix familière. Il est avec nous maintenant.

Loki réapparut à coté de Lina, le trousseau de clef en main.

-Qu’est-ce que tu fais là ?! S’étrangla Lina. Je ne veux pas m’opposer à la justice, pourquoi es-tu venu ?
-Je suis venu te sauver ! Fit-il en lui enlevant les menottes de ses poignets. X lança aux autres prisonniers.
-Idiot ! Répliqua Lina. Et notre client ?
-On s’en fout de lui ! Pour le moment l’important c’est que nous finissions ça ensemble, nous sommes partenaires ! Lança le caméléon.
-Loki… Murmura Lina alors que X lançait un regard aux autres mobiens.
-J’ai pas envie de jouer la babysitter, si vous nous obéissez jusqu’à la fin du voyage, vous serez tous libres de rentrer chez vous !

Cette nouvelle fut accueillie par un triple ban tandis qu’X ouvrait la camisole d’un des prisonniers et lui filait le trousseau pour ouvrir celle de tous les autres.


-Je ne pense pas que ça soit une bonne idée mon général.
-C’est le plan mon ami, il faut s’y conformer. Peu importe à quel point elles te semblent saugrenues, les tactiques de notre maître stratège ont fait leurs preuves.

Une mouette poussa son cri alors qu’une loutre se lovait contre l’échidné qui parlait. Bien que proche de la nature en règle générale, celui-ci avait donné coup de pied à ladite loutre qui partit en couinant

-Je ne parlais pas de ça général Theorem, je parlais de votre dernière technique de soumission mentale.
-Eh bien, j’en suis très satisfait pourtant, c’est bien moins douloureux pour ces pauvres humains que le lavage de cerveau.
-Oui… Néanmoins…

A coté d’eux la caserne du GUN était devenue un véritable cirque, les soldats sautaient sur les tables, rampaient au sol ou bondissaient sur les canapés en piaillant et en criant, se jetant contre les murs tout en criant.

-Je ne crois pas que les convaincre qu’ils sont devenus leurs animaux préférés soit très discret. Lança la recrue à coté de lui alors qu’un des soldats du GUN poussait le cri du pélican et se mettait en tête de voler en battant des bras dans toute la pièce.
-Peut-être, mais c’est une excellente diversion. Allez, viens maintenant.

Lança Theorem avant de retourner dans la nuit. Le traître trouvé, ils avaient mis en marche leur plan, les bataillons NEWMAN et GUN se précipitaient vers la caserne en plein chaos, pendant ce temps, à l’autre bout de la ville, un autre groupe, plus important avançait. Deux bourrasques percutèrent des gardes qui furent propulsés dans les airs. Maximi se releva. Le gros des forces de l’armée les attendaient dans les égouts, mais leur véritable cible était toute autre.

-Allez plus vite ! Dépêchez-vous bande de mous du bide !

Cria Démonika à ses hommes alors qu’elle-même était bien assise confortablement dans son fauteuil roulant poussé par Rude. Maximi et l’échidné arrivèrent au même niveau. Celui-ci prit une inspiration et lança.

-Aphrodite, je…
-DEMONIKA ! Lui cria Démonika alors qu’ils arrivaient devant les escaliers de l’établissement et que Rude saisissait le fauteuil de l’échidné au dessus de sa tête à bout de bras et les escaladait.
-Peu importe, écoute moi s’il te plait. Je… J’aurais besoin d’un conseil.
-Tu crois que c’est le moment bordel de dieu ?! On en reparle une fois la mission terminée !
-Mais…
-Y’a pas de mais ! Voilà mon conseil : Arrête de faire la chochotte et reste en vie ! Tchao !

Trancha-t-elle alors qu’arrivés devant la porte du grand établissement vide, ils se séparaient en deux groupes. Ils n’avaient pas attiré l’attention jusque là. Et c’était bien parce qu’il s’agissait d’un des établissements les moins gardés de la ville qu’Aphrodite allait frapper, cet établissement en lui-même n’avait aucun intérêt stratégique, sauf bien sûr pour la personne qui savait bien s’en servir. Souriante, elle fit signe aux soldats d’aller déverrouiller les accès de la porte est alors que les hommes de Maximi devaient s’occuper de la porte ouest. Les éclaireurs de l’armée échidnée se téléportèrent à l’intérieur du bâtiment en haut duquel on pouvait lire :

« Grande gare de Sunset Park ».

Sunset Park. Le plus grand réseau ferroviaire au monde dont les trains intercontinentaux reliaient tous les pays du monde par un système de tramways et de trains qui était reconnu comme le meilleur et le plus précis au monde. Les trains passaient sur des réseaux de chemins de fer construits parfois au dessus de mers, voire d’océans, et malgré les badniks qui rodaient, il était le moyen de transport le plus sûr pour passer d’un continent à l’autre. Néanmoins il n’y avait aucun intérêt à vouloir infiltrer un tel bâtiment qui ne devait contenir que des trains incapables de voyager puisque, malgré les continents revenus en place, les lignes de chemin de fer devaient toujours être bel et bien brisées… Alors pourquoi ?

Alors qu’ils avançaient dans le hall désert ils arrivèrent à la grande gare où se trouvaient plusieurs trains à l’arrêt. Se cachant derrière l’un d’entre eux, ils entendirent des bruits et une conversation qui avait lieu un peu plus loin. Aphrodite fit signe à ses hommes de se taire alors qu’elle jetait un coup d’œil discret à ce qu’il se passait.

Un homme était affairé devant une locomotive avec force clef à molettes et outils de technicien, il semblait parler à sa machine.

-Et donc, comme je te le disais ma chérie, le directeur, ce cuistre, il a dit que j’étais complètement timbré, qu’il allait me faire sortir d’ici par la petite porte avec les pieds dehors, mais je ne suis pas timbré ! Non mon petit colibri, mais comment lui faire comprendre que le monde à besoin de moi ?

Aphrodite haussa un sourcil et lança à ses hommes.

-Bon, vous contournez le train, pendant ce temps je tiens ce taré occupé, vous lui tombez dessus et vous lui cassez les deux jambes, quelque chose comme ça.
-Qui est là ?!

Lança justement le mécanicien qui semblait avoir l’ouïe fine, Aphrodite fit signe aux soldats d’y aller alors que Rude la poussait dans la lumière et qu’Aphrodite révisait son rôle de la pauvre petite échidnée infirme à moitié aveugle et qui faisait pitié.

-Bien le bonjour mon bon monsieur, je me suis per…
-Silence misérable créature !

Le mécanicien avait bondi sur le toit du train alors qu’avec l’orteil de son pied il actionnait le radiocassette qu’il avait transporté avec lui, en quelques secondes à peine. L’homme dont elle n’avait pas réussi à voir le visage s’était déguisé d’une façon complètement ridicule. Il portait à présent des collants roses passés par dessus un slip rouge superman alors que son torse était le haut d’un pyjama sur lequel il avait cousu les initiales LR, il portait le pantalon de ce même pyjama comme une écharpe autour de son cou. Sur sa tête, un casque estampillé « Mon premier casque de vélo » sur lequel il avait collé des antennes piquées sûrement sur des voitures, sous celles-ci il portait des lunettes de soleil et son sourire arrogant étincela sous la lumière des projecteurs, un micro en main.

- ^O^ VOTRE ATTENTION S’IL VOUS PLAIT PETITS ET GRANDS !
-Gh… Heeein ? Lança Aphrodite.

- ^____^ Featuring LR, roxxorz attitude ! Tremblez de peur ! Car les ennemis de la nation sont aussi ceux de LOWER RANGER !

L’homme se projeta de son train, fit un salto avant et se rétablit juste à coté de la peau de banane sur laquelle il aurait du s’écraser, pointant son doigt sur Aphrodite il lança.

- O^O Tremble vermine car je suis ceinture rose de karaoké !

Prenant une inspiration le terrible Lower Ranger se lança

->o< He’s back now and got more lower and dork that you’ve never seen befoooore,

He can lift up a whole bottle of Tequila and even won on spoooore,

Anyone can try to take him down !

The power lies in his EYE-HIYA-HIYA-HIYA-HIYAYES !!!

-Mais qu’est-ce que c’est que ce branquignol ?! Pourquoi qu’il se met à chanter comme un abruti et pourquoi son texte apparaît en rose ?! Faites lui bouffer ses dents avant qu’il nous fasse repérer !

Cria Aphrodite alors que les échidnés surgissaient de partout pour se jeter sur l’homme alors que quatre baffles jaillissaient alors depuis des trains adjacents alors que le dénommé Lower Ranger montait son thème à pleine puissance.

- >O< GOGO LOWER RANGEEEER NANANANANANA

GOGO LOWER RANGEEER ! NANANANANANA

GOGO LOWER RANGEEEEEEEEEEEEER

DEADLY WEAKLING LOWER RANGEEEER !

Les échidnés tombèrent un à un face à la qualité médiocre de cette chanson alors qu’Aphrodite observait le moyen de défense le plus efficace au monde, un système de défense tellement efficace que Rude avait du mal à l’encaisser.


-Pourquoi tu es là toi ?

Demanda la voix à travers le mur à Kanna alors que celle-ci était entrée en pleine discussion avec son voisin, qui se révéla être une voisine. Une jeune femme également qui possédait sa propre cellule, chose rare ici.

-Eh bien…

Comment dire ? Elle se trouvait avec des trafiquants d’armes, c’était plutôt évident qu’elle allait finir ses jours ici en prison pour ça. Elle n’avait pas confiance dans la justice des fédérations unies. Personne ne voudrait croire qu’elle ne faisait que voyager avec eux, ils pourraient faire passer ça pour de la complicité sans problème.

-C’est bon, y’a pas de souci si tu ne veux pas m’en parler… Dis moi juste, comment est-ce ici ? Est-ce que c’est aussi horrible que ça en a l’air ? On m’a mis un bandeau sur les yeux en entrant, depuis on ne me l’a pas enlevé.
-Ca a l’air d’être une prison pour mobiens, et pour mobiens seulement, je n’ai croisé que de ça, mais je crois que c’est quelque chose de plus important, des humains viennent prendre certains mobiens pour les emmener, et on ne les revoit plus après.
-Des humains ?!
-Oui pourquoi ? Tu es surprise ? Nous sommes en Prison Island pourtant.
-Je… Je ne savais pas, j’ai été emmené ici alors que j’étais inconsciente.
-Et personne ne t’a dit tes droits ?
-Je ne crois pas en avoir… Merci, grâce à toi j’y vois plus clair… Enfin façon de parler.
-Attention ! Des gardes arrivent !

Les deux prisonnières se turent alors que deux gardes accompagnés de cet ignoble scientifique remontaient les couloirs de Prison Island et désactivaient la sécurité, ils transportaient un brancard avec eux, sur celui-ci se trouvait allongé un jeune mobien. L’homme rouspéta.

-Si seulement ces maudits sujets n’étaient pas aussi fragiles ! Maudits soient-ils, ces mobiens ne valent rien, ils se cassent si rapidement ! J’ai besoin de quelqu’un de plus costaud ! Débarrassez-moi de ce déchet !

L’homme regarda autour de lui et remarqua Kanna qui tremblait contre sa paroi, ses oreilles baissées dans la peur alors que Merrel lançait.

-Ouvrez la cage !
-Non ! Cria-t-elle alors qu’elle reculait, les soldats n’entrèrent pas dans la cage contrairement à ce qu’elle pensait mais y balancèrent le mobien avant de la refermer.
-La ferme petite idiote ! Tu crois vraiment que si je cherchais un sujet plus vigoureux je t’aurais choisi ?! Occupe-toi bien de lui, après tout il sera mort dans la soirée.

Merrel referma la grille derrière lui et continua son chemin, Kanna s’approcha du mobien au sol et le serra contre elle.

-Mon dieu, est-ce que ça va ?
-Q… Qui êtes-vous ?

Lança le hérisson avec une voix faible, il leva la main devant ses yeux, il portait sur sa poitrine plusieurs cicatrices fraîchement refermées ainsi qu’une plus ancienne à l’épaule, son regard se perdait dans le vide. Kanna lui caressa un peu la joue.

-Détends-toi, tout est fini… Ca… Ca va aller.

Dit-elle au jeune garçon qui allait bientôt mourir… Pourquoi est-ce que ça se passait comme ça ? Comment pouvaient-ils faire des expériences sur les mobiens dans les prisons, là où nul ne les entendrait ? Elle n’aurait pas de procès, aucune des personnes ici n’en aurait jamais.

-Tu es encore là ? Lança la personne de l’autre coté du mur.
-Oui.
-Qui est-ce ?
-C’est un hérisson, il a l’air d’avoir subi des épreuves terribles.
-Je… Où suis-je ? Répondit le hérisson. Je ne vois plus rien, un point noir devant mes yeux…
-Eh bien… Commença Kanna, elle n’avait pas le cœur de lui annoncer la nouvelle, il semblait si jeune, il avait le même âge qu’elle. Passant une main à travers ses pics elle allait lui répondre quand elle s’aperçut que le hérisson entre ses mains perdait connaissance petit à petit. Elle paniqua.
-Accrochez-vous ! Je vous en prie ! Accrochez-vous !
-Je suis… Je suis… Moi… Où sont tous les autres… ? Lança le hérisson alors que son regard était en train de périr, Kanna était totalement paniquée, elle ne savait plus quoi faire, elle ne pouvait pas appeler un gardien, on lui rirait au nez. Elle essaya de se calmer. C’était inévitable, elle ne pouvait plus rien faire, des larmes coulèrent sur ses joues alors qu’elle essayait de lui dire que tout irait bien.
-Laisse-moi faire.

Lança la jeune femme de la cellule d’à coté alors que d’un seul coup le corps du hérisson était parcouru d’un spasme. Aussitôt l’inconnue se mit à hurler alors que le hérisson tremblait, ses yeux se retournant dans ses orbites et semblait crier silencieusement. Kanna hurla sous ce spectacle alors qu’elle cachait ses yeux entre ses mains pour ne pas voir le hérisson. Le cri de sa voisine dura pendant quelques secondes puis finalement celui-ci s’arrêta et le corps du hérisson tomba, inerte. Plus rien. Seulement elle qui sanglotait, elle serra le hérisson mort une dernière fois contre elle et s’arrêta. Sa respiration était régulière et son cœur battait normalement. Celui-ci était simplement tombé dans un profond sommeil. Kanna plaça sa main contre le mur et lança avec une voix déchirée de soulagement.

-Merci ! Mon dieu, merci…

Rien ne lui répondit. Mais elle se sentait soulagée, apaisée soudainement, assise dans cette prison elle posa la tête du hérisson sur ses genoux pendant qu’il dormait paisiblement. Son ventre se souleva doucement au fil de sa respiration alors qu’il entrait dans un profond sommeil.

->o< He knows the cheese of the world is lying in his haaaaaands !

Heeeee knows how to eat chinese without throwing out !

Anyone can try to take him dooooown,

But the power lies on his FRIES-HIYA-HIYA-HIYA-HIYAYES !!!

-FAITES LE TAIRE !

Hurla Aphrodite alors que ses mains bouchaient ses oreilles et qu’elle se tapait la tête contre le rebord de son fauteuil roulant pour faire évacuer l’attaque mentale qu’était cette mauvaise chanson. Si elle avait pu ne serait-ce que suspecter que le GUN avait une telle force de frappe ici elle aurait reconsidéré son attaque sur Sunset Park, alors que le héros de tous les enfants pointait du doigt Démonika.

- ^o^ Grâce au pouvoir de la justice des calendriers à fleurs de la Poste et de l’homosexualité refoulée ! Je te vaincrai !
-NOOOOOOON !!

Alors qu’Aphrodite était emportée dans un tourbillon d’étincelles roses imaginaires devant tant de charisme, elle se demanda : mais qui était cet homme, qui était ce surhomme capable de par son simple charme faire vaciller la plus belliqueuse des nations ?

- >o< PARCE QUE JE SUIS LOWER RANGEEEER NANANANANANA

WOHOOOO LOWER RANGEEER ! NANANANANANA

GOGO LOWER RANGEEEEEEEEEEEEER !!!

MERELY THREATENING LOWER RANGEEEER !!!

Rude sortit de son sac arrière quelque chose qu’il balança à Aphrodite.

-Tiens ! C’est notre seule chance !

Lança-t-il avant d’être emporté par le tourbillon de charisme étincelant et qu’Aphrodite regardait ce que son tuteur lui avait laissé.

Il s’agissait de son micro de conférence.

Aphrodite serra les mains sur le micro, toutes ces soirées Karaoké passées dans des bars obscurs n’allaient pas être vaines, alors qu’elle saisissait le micro elle contre-attaqua. Soudain la musique d’ambiance changea complètement alors que Lower Ranger reculait de surprise sous ce changement.

- O___ O Que se passe-t-il ?!

-Alfe paste touwelve !

Hande aïme ouatching ze late chaud ine maï flate ole alon

Ow aï héte to spende zi éveninge one maï on

Autumne ouindes

Blowingue outsaïde maï ouindo blouing aze aï louque arounde ze roume

Hande ite maques mi so dépréssède to si zi gloume

Lower Ranger recula sous l’impact de ce nouvel arrivant alors qu’il posait un genou à terre.

-Impossible ! D’ :
-ZERE’S NOTE A SOULE OUTE ZERE

NO OUONE TO HIRE MAÏ PRIEREEEEE

-NOOOOOOOON ! DDDDDDX

Les échidnés à coté de Lower Ranger rampaient sur le sol en pleurant, leur chef chantait encore plus mal que Lower Ranger et sa voix stridente et inadéquate leur brulait les tympans plus fort que n’importe quelle balle de pistolet dans la tête pouvait le faire. D’ailleurs certains avaient commencé à imaginer que se crever les tympans n’était pas un si mauvais handicap tellement après tout. Les lumières disco se recadrèrent sur Aphrodite alors qu’elle entamait le refrain de sa voix rappelant des ongles parfaitement manucurés grattant sur un tableau.

-GIMMIE GIMMIE GIMMIE AMENE AFTEUR MIDENAÏGHT

OUONT SOMEBODI HELPE MI CHASSE ZE CHADO EUH OUAIS !

GIMMIE GIMMIE GIMMIE AMENE AFTEUR MIDENAÏGHT

TAQUE ME TROU ZE OUINEDO TO THE BRAIK OF MAÏ NEQUE !

-NOOOOON ! XOX

Diverses explosions de fumée et de lumières roses parcoururent le corps de Lower ranger qui finit par exploser dans une nuée de flammes roses avant d’être projeté sur le sol. Il posa un genou à terre et la musique s’arrêta. Aphrodite lança le micro en l’air, celui-ci tourna trois fois sur lui-même avant de tomber dans la sacoche dans un geste parfait.

-WOUZ IOUR DADI, BIATCH ?!

L’adversaire s’inclina profondément.

-é___è J’ignorais qu’il existait quelqu’un en ce monde possédant une telle puissance.
-T’étais pas mal non plus mon couillon. Lança Aphrodite avec un sourire. Lower Ranger répliqua :
-O^O à partir de ce jour, ma vie vous appartient ! Je vous servirai comme vous le méritez, ô ma reine !

Les échidnés regardèrent d’un air ahuri leur générale qui eut un sourire sournois alors qu’elle laissait Lower ranger lui baiser les pieds. Elle lui lança.

-C’est pas trop tôt ! Il aura fallu des lustres avant que des gens comprennent. Bon, maintenant tu vas me dire comment on met en marche ces locomotives.


_-Vouspouvez disposer.
-Mais nous avons ordre de ne pas bouger monsieur !
-J’ai un contre ordre de la part de Démonika, allons vous me connaissez non ?
-Mais nous avons...
-Ecoutez, je suis envoyé par elle, si vous me renvoyez,vous savez dans quel état elle va se mettre.
-Je euh oui...
-Alors vous feriez mieux de nous laisser d’accord ?
-Bien monsieur.

White tendit l’oreille alors que Ceera entrait dans sa tente avec une gamelle un peu plus consistante, il salua White d’un geste de main. Celui-ci n’avait plus trop fier allure maintenant, il ressemblait à la plupart des mobiens qui vivent à la rue, mal foutu, les cheveux en pétard et il semblait avoir perdu plusieurs kilos. Le rhinocéros posa la gamelle par terre et s’accroupit devant White.

-Alors, comment allez-vous mon vieux ?
-...

Le rhinocéros eut l’air embarrassé, il lui tapota l’épaule.

-Je sais que ça doit être difficile, mais vous avez tenu le coup, vous avez surmonté pire non ? Il y a un grand banquet dehors, voilà plusieurs morceaux de viande, les échidnés se préparent à partir pour une grosse mission demain, ils vont envahir Prison Island.

Le capitaine de l’inquisition eut une étincelle au fin fond de son regard mort alors qu’il regardait Ceera avec les yeux pleins de distance, mêlés à un peu de colère. Ceera lui tendit l’assiette mais il ne la prit pas. Le garde du corps lança.

-Oh, allez mangez un bout, s’il vous plait. Je suis désolé pour la conduite de ma patronne vous savez, je ne fais que suivre les ordres.

Pas de réponse. Ceera se retourna et saisit l’assiette prêt à partir, mais finit par s’arrêter.

-Vous savez, je pense que si elle vous emmène partout avec elle, c’est surtout parce qu’elle tient à vous. Elle ne veut pas que vous passiez dans le camp ennemi parce que ça voudrait dire qu’elle devrait vous affronter, et comme elle vous a sous son nez en permanence, ça évite que vous vous blessiez ou que vous mourriez de votre coté en combattant l’Eggman Army, ça la rassure, vous comprenez ?

Ceera regarda un peu le plat de viande, pas de réponse, il lança.

-Je vais quand même le laisser là au caARGH !

S’étouffa le rhinocéros alors que White avait profité de son inattention pour lui sauter à la gorge, lui passant ses chaines autour du cou en bondissant dans son dos. Ceera suffoqua un peu, se débattit et finit par tomber en avant avec fracas, inconscient, le bruit de sa chute couverte par la fête à l’extérieur. White saisit le trousseau de clef dans les poches du garde du corps et ôta ses menottes avant de saisir plusieurs des gigots et le pistolet de service du garde du corps qu’il glissa dans son pantalon.

-Désolé l’ami. Je sais que tu n’avais que les meilleures intentions. Mais il faut vraiment que je file.

White sortit de la tente et courut vers l’extérieur du camp, couvert par les bruits de la fête , il ne croisa aucune âme. Serrant les dents il cria.

-Tiens-toi bien Winston, j’arrive !

-Tout va bien Auguste ?

Lança la princesse alors que celui-ci se mettait à frissonner d’un seul coup.

-Tout va bien. Répondit-il. Juste un coup de froid.

Ils se trouvaient dans un petit bateau qui avançait vers Prison Island, le président avait souhaité se faire le plus discret possible lors de sa visite dans sa base d’opération principale, car après tout le GUN ignorait tout de cet endroit. Depuis les événements de la crise de l’Ark, Prison Island avait été rasée, mais en vérité ils avaient reconstruit ça secrètement pendant son premier mandat, et maintenant ce qui était "officiellement" un ancien bagne, était la base de ses opérations secrètes, il s’agissait également de l’endroit où étaient retenus tous les mobiens problématiques. Le professeur Merrel n’avait que l’embarras du choix pour mener à bien ses funestes expériences. Ils furent accueillis par des bataillons entiers de NEWMAN qui se mirent au garde à vous, aucune personnalité, une obéissance totale envers leur ssupérieurs, des soldats parfaits, sinon supérieurs. Ils étaient quatre sur le port. Le premier était le président, la seconde était La Princesse, qui avait passé quelques jours ici dans le but de tester ses pouvoirs sur des mobiens, le troisième était le Chevalier Noir. Remis de ses blessures ? Aucune idée, en tout cas il portait un costume flambant neuf, et impossible d’en savoir plus, il se tenait avec toujours autant de raideur et ne semblait pas spécialement atteint. Devant eux se trouvait une immense tour qui servait de bâtiment principal à la prison, elle se dressait sur presque trois cents mètres de haut, tout autour se trouvaient des larges bases et hangars contenant de l’armement de pointes ainsi que de lourds systèmes de contrôle et de défense pour tous ceux qui tenteraient de s’évader.

-Repos soldats.

Lança Auguste Winston alors que dans un geste uniforme tous les SSGM se remettait au repos, Auguste pénétra dans la tour principale de Prison Island, suivi de ses deux acolytes.

Mais j’ai bien dit qu’il y avait quatre passagers non ? Les soldats se tinrent droit alors que près du port, une ombre se détachait du bateau et nageait le long des quais en haletant. Arrivé à un point mort, elle se hissa à l’insu de tous. Elle s’appuya contre le mur en haletant, ses vêtements ruisselant d’eau de mer, ceux-ci étaient plus lourd, et faisaient plus de bruit quand elle marchait. Attirés par ce bruit, un des soldats s’avança vers l’origine du son. Elle se mit à paniquer, il n’y avait pas assez de place ici pour qu’elle se cache, si elle était trouvée elle ne pourrait pas sauver celui qu’elle était venu chercher... Sortant un poignard de sa besace, Karma l’alchimiste transpirait. Elle était déjà faible, elle ne voulait pas avoir à lutter, elle allait faire un coup vif, et franc... Mais contre toute attente une main la saisit par les hanches tandis qu’une autre se plaça au niveau de sa bouche pour l’empêcher de crier.
-Shhhh... Fit une voix derrière elle alors que d’un coup de pied il envoyait un gravas dans l’eau en face du garde, une mouette s’envola. Le NEWMAN la regarda un moment et finit par reprendre sa ronde. Laissant Karma respirer à nouveau, elle se retourna.
-Qui...?

Derrière elle se trouvait un échidné aux couleurs sombres, il portait des vêtements amples, un pantalon bouffant et une grande veste, ses dreads étaient ramenés en arrière par un serre tête en tissu et il affichait un sourire intrépide alors que sur son front brillait la lune pâle.

-Salut. Lança-t-il.
-Qui es-tu ?
-Du calme, je viens repérer un peu les lieux, tu as l’air de faire la même chose. Ca te dirait qu’on visite ensemble ?

L’échidné regarda une bouche d’aération quelques mètres au dessus de lui, de son sac à dos, il sortit un grappin qu’il envoya vers l’accroche de celui-ci alors qu’il grimpait.

-Et qui d’autre que moi, un honnête chasseur de trésor, est mieux avisé pour l’exploration ?

Lança Mot l’échidné voleur en souriant de toutes ses dents.

Le forum RPG All Over Mobius : avec les partenaires sur la page principale de PSo :).

Le Deviantart du forum où sont réunis les arts de tous les artistes : http://mobiusmembers.deviantart.com/

Des questions ? Des Feedbacks ou commentaires ? Déposez les sur le topic MOBIUS UNLEASHED sur le forum de PSo : http://www.planete-sonic.com/forum/index.php/topic,4857.0.html




Vous avez aimé cet article? Partagez le!
Commentaires (2) - Forum

Viper Dragoon

Haut de page


Fanfics

Cliquez pour écouter :
L'article du moment
Fan humour second degré
Ahhh les femmes...

Le pifomètre
Personnages
Sonic the Hedgehog
Lyrics Sonic
Sonic The Hedgehog (Next-Gen)
Archie
Archie Comic : la BD américaine
 
 
  Discussions
 Accès au Forum
Derniers sujets :

 
 
 
Planete-sonic, design, mise en page et textes © 2003/2017 L'équipe de PLANETE-SONIC.COM, Tous droits réservés. Toutes les oeuvres sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute reproduction partielle ou totale d'une oeuvre est interdite sans l'avis préalable de son auteur.