Partenaire

Sonic Wikia Francais

 


 


Fanfics

MOBIUS UNLEASHED Chapitre XII

Publié par Viper Dragoon le 5 octobre 2009

L’ARM et les mercenaires humains ont débarqué sur Prison Island, pendant ce temps Kanna, Zackiel et Kuamy se sont libérés et tentent de s’évader...



Achille, Saiko et Bragelonne, sur leur tapis volant par KANNA
(Cliquez sur l’image pour écouter la musique d’ambiance du chapitre)

Prison Island

Cinq minutes plus tôt.

-Aphhrooooooodiiiiiiiiiite je croiiiiiis qu’il y a un proooooooblèèèèèème !!

Lança avec difficulté Maximi alors que la vitesse retournait ses lèvres. L’héritière se hissa tant bien que mal le long de la locomotive en s’appuyant sur les prises qu’elle trouvait avant de passer avec difficulté la tête par la fenêtre et d’ouvrir les yeux.

-Oh bordel de merde.

Ce n’était pas la proximité de Prison Island qui apparaissait à l’horizon et l’évidence d’un crash imminent qui faisait peur à Aphrodite, c’était l’absence de rails sur environ cinq cents mètres. La station étant désaffectée depuis des années, on n’avait jamais vu la nécessité de reconstruire la ligne de chemin de fer à l’endroit où elle avait été détruite. Ils allaient donc, s’ils ne tombaient pas dans l’eau, connaître une mort certaine en se fracassant contre la tour principale de Prison Island. Rude saisit Aphrodite et l’assit dans son fauteuil roulant. Alors qu’il la maintenait en place, elle se mit à cogiter du plus vite qu’elle le pouvait alors que Theorem entrait dans le cockpit avec grand mal.

-Vous n’avez pas l’impression qu’on va trop vite ?!
-Ta gueule !

Répliqua-t-elle aimablement alors qu’elle réfléchissait. Soudain l’éclair vint.

-Tout le monde passe dans le premier wagon ! Rude ! Détache-moi cette locomotive !

Cria-t-elle alors qu’il la tirait vers l’arrière et la faisait passer avec lui dans le premier wagon. Rude s’accroupit et commença à enlever le rivet qui maintenait la locomotive au reste du train.

-Plus vite ! Cria-t-elle alors que Rude finissait par fracasser l’accroche d’un coup de poing tandis que la locomotive continuait vers l’avant et que les wagons reculaient en silence.

-Woah woah woah ! Cria Maximi alors que d’un saut, il s’envolait de la locomotive comme une plume pour atterrir sur le premier wagon. Qu’est-ce qui se passe ?!
-Utilise tes pouvoirs ! Cria Aphrodite.
-C’est parti ! Cria Maximi alors qu’il déployait un typhon, donnant une impulsion à la machine qui décolla littéralement vers la tour.
-Pas pour ça idiot ! Pour nous empêcher de tomber dans l’eau !

Le train percuta le mur de défense et le défonça, continuant sa course folle il écrasa une cinquantaine de SSGM sur le chemin qui le menait jusqu’à la tour principale. Les wagonnets furent transportés par dessus les rails par la vitesse déjà faramineuse de la locomotive et s’écrasèrent sur la terre ferme après plusieurs tonneaux. Maximi qui s’était envolé avant l’impact retomba sur terre.

-Tout va bien les amis ? Aphro ?
-’Foiré. Répondit une voix dans le train alors que Theorem commençait à émerger.
-Tout va bien alors. Soupira-t-il avec aisance.

L’échidné se tourna vers les troupes du NEWMAN qui commençaient à arriver comme des mouches sur du vinaigre, il fit craquer ses poings.

-Allons-y !

L’échidné s’élança dans la mêlée, une mini tornade à chaque poing et déchargeant sa furie. Dans cette aventure, dans toute cette guerre, il s’était senti grandir, il savait pourquoi il se battait : pour qu’il y ait un lendemain, et pour qu’il puisse innocenter Talia des charges qui pesaient contre elle. Il ne savait pas encore comment, mais il allait y arriver. Il leva les yeux vers la locomotive enfoncée dans la tour et qui malgré tout, tenait toujours debout. Ce n’était que la première étape. Bientôt ce symbole de l’esclavagisme humain allait tomber en miettes.

-Que se passe-t-il ?!

Cria Winston alors qu’une secousse les faisait s’écrouler les uns sur les autres. Le bâtiment se mit à trembler alors que tout d’un coup le sol se fissura, et fit émerger une large crevasse sous les hommes politiques. Richard Malvenne et le professeur Merrel se trouvèrent sur la brèche et alors que Merrel se retenait au tailleur impeccable de La Princesse, le sol s’écroula et ils tombèrent tous à l’étage inférieur. S’ensuivit une chute digne des plus grands cartoons car l’étage sous celui-ci ploya aussi sous leur poids et ils disparurent tous dans les ténèbres.

-Chevalier ! Cria Winston.
Le Chevalier Noir soupira tendit la main vers le gouffre.

-Ils sont descendus trop bas, je ne peux pas les récupérer.
-Espèce de crétin ! Cria Winston, vous serez donc inutile jusqu’au bout ?!
-Bellum, fit le chevalier en ignorant le président. Occupe-toi des intrus. Pas de quartier.

Derrière le président et son garde du corps, les deux inconnus se regardèrent alors que l’un d’entre eux lançait.

-Je dois vérifier la salle de confinement. Venez avec moi.

Les deux silhouettes disparurent dans un flash aveuglant, abandonnant Winston derrière eux, celui-ci lança au Chevalier.

-Que font nos systèmes de défense ?
-La salle de contrôle semble avoir été touchée.

Winston prit une inspiration et se dirigea vers l’autel de l’émeraude mère avant de se retourner vers le Chevalier.

-Repoussez les envahisseurs, quel qu’en soit le prix.
-A vos ordres.

Derrière lui, des flammes pourpres commencèrent à jaillir de l’émeraude mère.


Les soldats étaient tellement affairés à lutter contre les tornades qu’ils en oublièrent le débarquement du mercenaire et de la mafia Tolliver. Magnum lança à la cantonade.
-On a de la chance ! Profitons du chaos pour attaquer !

Le mercenaire appuya ces termes en se hissant sur le toit du camion avant de se faire passer le bazooka par X. Le mercenaire visa les tanks qui commençaient à arriver vers les mobiens. Ceux-ci se reflétèrent sur ses lunettes de soleil noires alors qu’il souriait à pleines dents.

-Ce sont les échidnés de l’ARM ?
-Ouep, répliqua X.
-Ils font un boulot terrible. Ca serait dommage de pas leur filer un coup de main.

La roquette du bazooka fusa de l’arme et partit s’exploser en plein milieu du défilé, explosant deux tanks d’un seul coup.

-CHARGEZ ! Cria le mercenaire alors que ceux-ci se dressaient hors du camion. X avait porté son choix sur une mitrailleuse Gatling des plus imposantes qu’il portait à bout de bras.
-CRY SOME MOOOORE ! Lança le Bad-Ass en hommage certain à un autre possesseur de ce petit bijou alors qu’il décimait les rangs des NEWMAN à coup de rafales de balles. Linamarina avait récupéré un fusil de sniper et celle-ci s’occupait de descendre les têtes pensantes : les gradés donnant les ordres aux NEWMAN, désorientant des bataillons entiers. Le Fumeur quant à lui était déjà en train de se changer avec le costume d’un soldat qu’il avait étranglé discrètement sans que personne n’y fasse attention, il allait se mêler au feu de l’action et entrer dans l’établissement. Loki et Kneemerls avaient disparu. Geese Howard et ses hommes quant à eux, rentraient dans le lard des NEWMAN sans aucune délicatesse à grand coup de fusils d’assauts, mitraillant tout ce qui leur tombait sous la main comme de vrais mafieux. Le parrain ôta son cigare de sa bouche avant de l’écraser dans l’œil d’un gradé qui tentait de le prendre à revers. D’un coup de poing il se débarrassa du gêneur avant de sortir son téléphone portable de sa main libre et de lâcher.

-Allô Cyrus ?

Le regard de l’homme se tourna vers le navire flottant de l’Eggman Army qu’ils pouvaient déjà voir à travers les nuages avancer sur la ville. Son cigare tomba de sa bouche.

-…j’te rappelle.

-Vous n’allez pas pouvoir me résister bien longtemps mes chatons !

Cria Ishtar alors que d’un coup de blaster elle atomisait une des stations de commandes de la base. Ca faisait un bon moment que le virus était installé, mais la dragonne ne les laissait pas partir, par ailleurs elle utilisait une sorte d’arme expérimentale accompagnée de ses soldats. Mot devait tout le temps rouler-bouler derrière une nouvelle console pour être protégé de l’attaque, et manque de pot Karma était sur le bord de l’inconscience.

-Karma, Karma ressaisis toi nom d’un chien ! Allez ! Je sais que t’en es capable !

L’alchimiste se mit à grelotter entre les bras du chasseur de trésor qui serra les dents. Ishtar était en train de les poursuivre pendant que ses soldats mitraillaient les rejetons qui apparaissaient, ne leur donnant même pas le temps d’attaquer.

-Karma ! Reprends toi ! Fais quelque chose !

Au moment où il achevait sa phrase toute la structure se mit à trembler sur elle-même alors qu’Ishtar se retenait contre le mur.

-Qu’est-ce qui se passe ?!

A ce moment précis la Roquette transperça toute la salle de commande, déchirant plafond et sol alors qu’elle défonçait le mur devant elle. Mot profita de ce moment d’inattention pour jaillir hors de sa cachette et bondir sur la dragonne avant de rouler avec elle sur le sol et de la frapper plusieurs fois au visage. Celle-ci répliqua en utilisant sa queue préhensible pour saisir Mot par la taille et le broyer avec celle-ci. Le canon laser roula jusqu’aux pieds de Karma qui le saisit avec difficulté avant de tirer sur les soldats et les réduire en fumée. Celle-ci se leva et tituba jusqu’au lieu de l’affrontement alors qu’elle pointait le canon sur la tempe de la dragonne.

-Où est Timothée ? Lança Karma.
-Qu… Ishtar n’eut même pas le temps de demander de quoi elle parlait qu’un coup de crosse vint lui éclater le nez.
-OU EST TIMOTHEE PETASSE ?!

La dragonne cracha un peu de sang avant de lancer.

-Je ne sais pas de quoi tu parles.

La crosse s’abattit à nouveau en plein visage d’Ishtar alors que Mot retenait Karma.

-Calme-toi.
-Si vous lui avez fait quoi que ce soit je vous jure que je vous le ferai tous payer !
-Comme si tu en étais capable. Cracha la dragonne.
-Ne me tente pas. Répliqua l’alchimiste.

Mot saisit dans sa besace un pistolet et tira dans la nuque d’Ishtar, lui enfonçant un tranquillisant dans le cou. Celle-ci perdit connaissance. Le chasseur de trésors saisit l’échidné par le bras.

-Viens ! Il faut sortir d’ici !
-Sors si tu le veux ! Mais moi je dois retrouver Timothée !

Mot regarda l’échidné avec gravité et hocha la tête.

-D’accord, viens on va le retrouver.
-Par là ! Lança Karma alors que la colère et l’adrénaline soulevait ses membres encore une fois, les deux échidnés quittèrent la salle de contrôle… Dans la salle complètement dévastée, la flaque qu’avait vomie Karma se mit à se manifester alors que celle-ci commençait à grossir.

-Si si hombre, a que bailla que nuevos.

Lâcha White alors qu’il reprenait ses esprits dans un des wagons fracassés du train. Bon dieu, qu’est-ce qu’Aphrodite prenait comme drogues pour être aussi stupide ?! Se relevant en titubant il vit à sa droite la porte du fourgon s’ouvrir alors que des hommes en tenue noire apparaissaient. White lança à la cantonade.

-Ah les mecs, vous tombez bien, je suis le capitaine White, grand inqui…

Le capitaine White dut alors bondir derrière un siège pour éviter une vague de balles qui faillirent le transformer en « Feu le capitaine White ». Le mobien tira trois balles depuis son siège, chacune d’entre elle percutèrent chacun de ses assaillants en plein front alors que celui-ci sortait du wagon. Tout autour de lui c’était la guerre, tout le monde se battait de tous les cotés du train. Sur le front Maximi écrémait le gros des troupes en les frappant de bourrasques surpuissantes alors qu’à l’arrière, Theorem revenait vers l’avant de la locomotive, un endroit bien couvert où devait se trouver celle qu’il connaissait bien.

-Je n’arrive pas à briser leurs esprits ! Cria Theorem à travers la vitre du premier wagon.
-ALORS FAIS LEUR SAUTER LE CRÂNE ! Cracha une voix qu’il reconnaissait bien.
-Mais… Ce sont des êtres humains !
-TU PEUX FAIRE CA OUI OU MERDE ?!
-J… Je vais essayer !

Le renard polaire avançait à travers les lignes de front vers le premier wagon. Typique d’Aphrodite. Elle paniquait complètement et se montrait de plus en plus agressive plus la situation lui paraissait critique. Elle commençait à engueuler tout et n’importe quoi en espérant que ça le ferait bosser plus vite, plus efficacement, et moins connement. C’était sûrement la première fois qu’en temps que stratège, elle se retrouvait aussi proche des lignes ennemies, elle n’avait, bien sûr, pas eu peur d’y être au moment d’échafauder le plan, mais à présent qu’elle y était elle se faisait dessus. Et comme elle refusait de ressentir la peur elle essayait de se détendre en engueulant ses subalternes. Il passa devant la vitre du wagon alors qu’il apercevait Aphrodite avec son costume ridicule assise dans son fauteuil roulant et que Rude et Ceera surveillaient les entrées. Il tapa un peu sur la vitre pour attirer son attention, lui fit un petit coucou amical et de lui envoyer un baiser ainsi qu’un clin d’œil fripon avant de prendre la poudre d’escampette. La fusillade couvrit la voix d’Aphrodite alors qu’elle criait de l’arrêter et que White filait vers la tour. Rencontrant un bataillon de soldats d’élite qui lui bloquaient la route, le renard glissa sur le sol et balança son sombrero à la figure des NEWMAN, leur passant directement sous les jambes avant de continuer droit devant vers les larges portes de prison Island. Et merde, il ne pouvait décemment pas escalader ça ! Pas en pleine bataille en tout cas ! Les fusils d’assaut des escadrons se tournèrent vers lui alors qu’il soupirait.

-Et merde.

Le capitaine plongea sur le coté alors que les balles le frôlaient à l’épaule et à la cuisse et décocha une balle dans la tête d’un des soldats alors qu’il partait se couvrir derrière un tas de boites.

-Un plan White, un plan, pense à un plan…


Le chien restait stoïque alors que le monstre de métal rendait son dernier souffle. Assis en tailleur il avait regardé venir sans broncher la mort aux dents de requins. A chaque instant il était prêt à accepter son sort, et si c’était aujourd’hui qu’il devait mourir, alors qu’il en soit ainsi. Le chien aurait néanmoins préféré mourir par les armes que dans une cellule, cette mort déshonorante était néanmoins le mieux qu’il pouvait espérer dans la torture de cette prison.

-Scias-San ! C’est un miracle !

Lâcha Taoshymiru. Devant le chien se trouvait La Roquette, celle-ci avait percuté la prison et traversé plusieurs cellules pour s’arrêter exactement sous le nez du chien assis en pleine méditation. Le canidé se leva avec cérémonie alors qu’il observait d’un œil ferme les yeux peints sur la locomotive de fer. Le samouraï s’inclina alors respectueusement.

-Malgré que tu sois un démon de métal, tu m’as libéré.

Le chien s’avança vers le nez tranchant de la roquette et brisa les liens de sa camisole sur celle-ci. Posant la main sur l’épaule de son camarade, il s’adressa à Taoshymiru en ces termes.

-Viens mon ami, nous devons retrouver nos katanas. J’entends la guerre faire rage au dehors. Nous devons nous hâter.

Taoshymiru se libéra de ses liens et hocha la tête. Ils traversèrent tous les deux les barreaux fendus de leur prison alors qu’autour d’eux c’était la panique. Les soldats se mirent à accourir de toutes les issues. Pour toute réponse, Taoshymiru décrocha une des perches électrifiées pendues aux murs et la fit tournoyer entre ses mains tandis qu’il en envoyait une également à Scias qui répondit.

-Mon frère, ce ne sont pas des armes honorables.
-Nous devrons nous en contenter ô mon frère, jusqu’à ce que nous puissions remettre la main sur les nôtres.

Le samouraï chien fit claquer le bâton dans les airs tandis qu’il l’abattait au sol avec fracas dans un kata impressionnant qui n’arrêta pas la progression des NEWMAN.

-Soit.

Lança le bretteur canin avant de charger avec l’aide de son ami, écrasant littéralement la défense et faisant voler dans les airs les corps des NEWMAN qui basculaient par dessus les rambardes dans les trous nouvellement créés par l’impact du train.

-Mon général ! Les ennemis ne cessent de gagner du terrain sur le flanc est !
-Maximi ! Démolis moi le flanc est !

Cria Aphrodite dans le micro qui normalement servait à faire les annonces dans le train et qui se répercutait maintenant sur le champ de bataille qui n’était plus qu’un grand fouillis de rouge et de noir, s’affrontant pour deux idéaux opposés. Les NEWMAN avaient commencé à les repousser vers le train en utilisant des boucliers anti-émeute.

-Boss, on ne tiendra pas comme ça éternellement, vous devez prendre une décision.

L’échidné se replongea dans sa réflexion pour être interrompue à nouveau par Theorem.

-Je n’arrive pas à briser leurs esprits !
-ALORS FAIS LEUR SAUTER LE CRÂNE ! Répondit Aphrodite avec virulence. TU PEUX FAIRE CA OUI OU MERDE ?!
-J… Je vais essayer !

Balbutia Theorem alors qu’il repartait au front, les artilleries du GUN se mirent à mitrailler dans leur direction et bientôt tout ne fut plus que cris et explosions pour l’ARM. Aphrodite cria à Ceera qu’il devait contacter Brain et leur informer que les renforts devaient arriver maintenant, mais sa voix fut couverte par les déflagrations sonores, c’est alors qu’elle le vit, à la fenêtre. White était là, souriant, il prit même le temps de la narguer un peu avant de partir ce qui fit montrer la moutarde au nez de l’héritière et celle-ci faillit briser le micro entre ses doigts précieusement manucurés alors que l’esprit de compétition lui remontait jusqu’à la cervelle.

-WHITE ! WHITE EST LA !
-QUOI ?! Cria Ceera
-WHITE EST DEHORS ! JUSTE LA !

Mais c’était trop tard, le renard polaire était parti. Un coup de fouet traversa l’héritière comme une décharge électrique alors que son vieux coté revanchard refaisait surface. Aphrodite avait H-O-R-R-E-U-R de ne pas avoir le dernier mot. Aphrodite s’approcha de ses gardes du corps qui couvraient l’entrée du wagon et leur tapota sur l’épaule, les deux hommes purent voir le visage de l’échidnée qui s’était renfrogné de colère.

-On fait une sortie.
-Mais patronne…
-MAINTENANT !
-Il y a plus de 10 000 soldats dehors !

Deux créatures ombreuses pénétrèrent dans le wagon en tenant deux boucliers de défense pris sur les cadavres des NEWMAN.

-Qui a dit qu’on irait sans plan ? Lança Aphrodite d’un air sombre.

White sentait qu’il n’allait pas durer longtemps, il avait eu de la chance de ne pas être touché par une balle pour le moment alors qu’il canardait les NEWMAN, il en avait déjà tué cinq mais il allait vite se retrouver à cours de munitions, et à ce moment là ça serait foutu.

-Putain… J’aurais du essayer de moins me la jouer et réfléchir à un plan.
-WHIIIIIIITE !

Cria une voix qu’il reconnaissait bien à travers le champ de bataille. Surgit alors un trio des plus hétéroclites : Rude se trouvait à l’arrière et poussait le fauteuil roulant d’Aphrodite qui, elle, avait placé deux boucliers sur chacune des ailes de celui-ci pour la protéger latéralement, alors que devant elle Ceera fonçait comme une masse, écrasant tous les Newman sur son passage comme un véritable bulldozer. Le rhinocéros se riait des balles qui ricochaient sur sa carapace, alors qu’il atteignait un élan considérable il percuta de plein fouet la porte et la fit s’écrouler vers l’avant alors qu’Aphrodite chargeait, pointe de flèche d’un véritable raz de marée de mobiens qui s’engouffrèrent avec elle sous son cri de guerre.

-WHIIIITE ! ESPECE D’ENFOIRE SI JE T’ATTRAPE JE TE COUPE LES COROÑES POUR EN FAIRE DES CASTAGNETTES !

Le renard cligna des yeux. C’était du suicide, et pourtant ça avait marché. Pourquoi ? Parce que c’était du suicide, et qu’aucun stratège digne de ce nom ne prendrait le risque de voir son armée atomisée dans un coup d’éclat tel que celui-ci. C’était ’ça passe ou ça casse’, mais ça faisait des dégâts dévastateurs lorsque ça passait. Qui plus est elle croyait qu’il était entré dans la prison et lui avait ouvert involontairement la voie. Aphrodite était en fait rien de plus qu’une très mauvaise stratège… Mais même en établissant ce fait eh bien… Il avait toujours un frisson qui lui parcourait l’échine. Quelle femme aurait assez de tripes pour tenter un truc pareil rien que pour faire payer à son ex une phrase mal placée dans un hélicoptère ? Il avait vraiment intérêt à ne pas tomber sur elle pendant cette attaque ou sinon il allait se faire caresser à rebrousse poil, récupérant deux fusils sur les cadavres des soldats que Ceera avait piétinés il partit à la suite des mobiens dans la forteresse.


-Dépêchez-vous !

Kuamy ouvrait la voie au prince de Mercie accompagné de la danseuse qui s’engouffraient dans les couloirs de la grande prison, à chaque fois qu’ils passaient devant des grilles, elle balançait les clefs dans une des cellules et décampait vite avant que les NEWMAN ne déboulent derrière eux et leur tirent dessus. Zackiel avait pris la main de Kanna et la guidait à travers les couloirs.

-C’était quoi ton plan ?! Cria Kanna à la jeune femme.
-Je ne comprends pas ! Normalement je suis capable de les contrôler ! Répliqua Kuamy. Mais c’est comme s’ils n’avaient aucune pensée personnelle, comme si ces humains n’éprouvaient rien et ne pensaient pas.
-Ca doit être les expériences du docteur ! Cria Zackiel, il a du faire quelque chose à ces soldats !
-Mais que faire alors ? Cria Kanna
-On ne peut rien faire de plus que de continuer et de les repousser, c’est trop tard pour eux ! Cria Zackiel.

Le prince fut soudain pris de maux de ventres et tomba à genoux alors que Kanna se précipitait à ses cotés.

-Tu vas bien ? Tu ne dois pas encore être remis des expériences que cet homme ignoble a faites sur toi !
-Continuez sans moi… Je ne ferais que vous ralentir…
-Compte là dessus ! Cria Kanna avant de passer le bras du prince par dessus son épaule.
-Qu’est-ce que tu fais ? Tu n’as aucune raison de m’aider.
-Bien sûr que si ! Je vais pas te laisser mourir ici !
-Je voudrais pas jouer les rabats-joie mais… Commença Kuamy en baissant sa tête pour esquiver une rafale de pistolet. Les yeux de la psionique se froncèrent alors que les têtes des soldats explosaient sur leurs épaules.
-Ce n’est pas très délicat mais ça fait du bien !

Alors qu’ils allaient continuer deux ombres menaçantes apparurent au coin d’un couloir, Zackiel plaqua les deux filles contre le mur alors qu’il regardait les silhouettes s’agrandir sur le mur.

-Retenez votre respiration, surtout ne faites pas un bruit.

Les mobiens restèrent appuyés contre le mur pour voir qui avançait vers eux mais il s’avéra que les ombres finirent par se réduire pour faire place à deux petits mobiens, un petit chaton et une petite chatte, qui semblaient marcher main dans la main dans la prison. Zackiel soupira d’aisance alors que les trois fugitifs sortaient de leur cachette précaire.

-Les enfants, venez avec nous, nous allons vous conduire en sécurité.

Les deux petits mobiens se précipitèrent vers Zackiel et lui sautèrent au cou alors que le hérisson rigolait. Du même couloir surgit alors Merrel.

-Je vous jure ! Ces complexes de haute sécurité ne sont plus ce qu’ils étaient ! J’ai du chuter de je ne sais combien d’étages depuis le sommet ! Ils les construisent en carton pate ! De mon temps un immeuble comme ça pouvait résister à une petite guerre de rien du t…Tiens donc.

Lança-t-il en lorgnant sur Zackiel alors que le hérisson reculait.

-Tu es vivant ! C’est fabuleux ! Je pensais que ton corps allait rejeter l’agent que je t’ai implanté, mon petit pro-24 !
-Kanna ! Cria Zackiel ! Prends les enfants et va-t-en ! Cet homme est dangereux ! Les enfants, lâchez-moi ! Lança-t-il aux deux petits chatons, alors que d’un seul coup le garçon se mettait à lui tordre le cou et que la fille lui pliait les genoux pour le forcer à toucher le sol avec une force impressionnante.
-Je vois que vous avez déjà rencontré Pro-15 et Pro-16, mes deux meilleurs prototypes à ce jour, ils ont la force de vingt cinq hommes et sont capables de régénérer n’importe quel coup ou blessure, le tout dans la bonne humeur !
-Viens jouer avec nous tonton hérisson ! Cria Pro-15 dans un éclat de rire.
-Espèce de monstre ! Lança Kuamy alors qu’elle contemplait l’horreur à laquelle elle était confrontée : deux mobiens fait uniquement pour tuer, deux enfants qui n’avaient connu que ça entre les mains de ce savant fou. D’un coup sec elle déchargea un ordre mental à Merrel pour lui intimer l’ordre de rappeler ses créatures. Le docteur tapota sa tempe, montrant une oreillette.
-Ah, c’est vous ! Je comptais me pencher sur votre cas très prochainement, vos ondes psioniques sont très intéressantes, mais pas de bol ! J’ai bricolé un appareil qui me protège de ce genre d’ondes ! Pro-15 ! Pro-16 ! Maitrisez Pro-24, ne le tuez pas il a encore beaucoup à m’apporter ! Cassez lui quelques os si vous le souhaitez mais faites en sorte qu’il survive !
-Oui papa ! Répondit Pro-15 en étouffant un rire mutin alors que Zackiel tentait de se débattre. Kanna se projeta sur un des gamins pour le dégager d’un coup de pied. Ces choses n’avaient plus rien d’humain… Plus rien.
-Comment avez-vous pu faire une chose pareille à des enfants !! Cria-t-elle. Merrel tapa sur son torse.
-Un sacrifice bien mérité pour que la science puisse avancer !
-Vous êtes fou ! Cria Zackiel.
-Fou ?! Répliqua Merrel. Petit insolent ! Je suis l’un des plus grands génies de ce monde ! Tu n’es pas capable d’apprécier à sa juste valeur mon intelligence pour le moment, mais ça ne saurait tarder, quand je t’aurais transformé en mouton docile ! Emparez-vous d’eux !

Pro-16 sauta au cou de Kanna et la plaqua au sol de tout son poids alors qu’elle plantait ses griffes dans ses bras.

-Joue avec moi !

La lynx poussa un cri de douleur tandis que Pro 15 s’amusait à frapper Zackiel en pleine poitrine en riant gaiement. Kanna lança à l’échidné :

-Kuamy !…Va-t-en ! Va libérer d’autres prisonniers avant que la révolte n’échoue !

L’échidné regarda ses amis en proie aux terribles prototypes de Merrel et lança.

-Je ne peux pas vous laisser ! Pas maintenant !
-Va chercher de l’aide ! Cria Zackiel d’une voix bestiale alors qu’il saisissait Pro 15 et finissait par lui éclater la tête contre le mur. Le petit chat se retourna vers Zackiel le visage ensanglanté alors que les arcades de son visage se remettaient en état presque instantanément.
-Pars !

Kuamy se retourna et s’enfuit en ravalant ses larmes alors que Merrel commençait à lui courir après !

-Reviens-ici, espèce de petite peste !

Kuamy courut comme elle n’avait jamais couru, et alors qu’elle empruntait au hasard couloirs sur couloirs, qu’elle s’enfonçait de plus en plus profondément dans la structure, les cris confus de Merrel dans son dos lui rappelaient qu’elle était poursuivie. Esquivant ou neutralisant les gardes, elle finit par se retrouver dans les niveaux inférieurs de la prison alors que devant elle se trouvait Merrel accompagné de 15 NEWMAN et que derrière elle une trentaine d’entre eux déboulaient. Ils commençaient à se rapprocher d’elle, la prenant à revers avec devant elle, un gouffre de plusieurs mètres de profondeur, et derrière elle, une cellule.

-Je te tiens ma jolie ! Et ton petit chien aussi !

Cria Merrel avec hystérie alors que Kuamy, en sueur reculait. Elle ne savait même pas ce qu’elle faisait ici… Ni comment elle y avait atterri, et elle allait apparemment y finir… Reculant, elle se laissa tomber contre un mur, ne sachant plus que faire. Son dos appuya par mégarde sur une vitre. Merrel se stoppa net en la voyant faire ainsi que tout le bataillon SSGM, le scientifique lui lança.

-Eloigne-toi !

Kuamy lança un bref regard à la vitre sous laquelle se trouvait un bouton rouge alors que Merrel se faisait plus insistant.

-ELOIGNE-TOI !

D’un revers de coude l’échidnée brisa la vitre et écrasa le bouton rouge, des sirènes se mirent à retentir alors que les soldats la braquaient de leurs armes, en attente de la suite des ordres. Merrel ne prit pas la peine de les donner, il prit ses jambes à son cou, purement et simplement. Derrière Kuamy des chaines commençaient à se rétracter et des serrures des plus complexes s’ouvrirent alors que des tuyaux de vapeur se mettaient à gicler dans tous les sens et que le mobien masqué et enchainé descendait lentement de sa prison de fer. Celui-ci, comme s’il n’avait jamais ressenti sa détention, se débarrassa des quelques chaines qui l’entravaient avant de marcher calmement vers Kuamy qui écarquillait les yeux alorsqu’ilavançait vers elle.

Le prisonnier de la chambre 209 par LA ROSE NOIRE

Le prisonnier de la chambre 209 était libre.


-Nous arrivons en vue de Central City !

Lança Saiko alors que le tapis volant fondait à travers les nuages et observait en particulier un puissant Cumulus qui allait atteindre la ville avant eux. Un nuage sombre du nom de Tank Roger.

_-L’Eggman Army ! L’Eggman Army attaque la ville ! Lança Bragelonne.
-Parfait ! Nous allons les faire cracher ce qu’ils ont fait du comte et leur régler cette histoire une fois pour toute ! Répliqua Achille.
-Parfait. Conclut Saiko, accrochez-vous ! Cria le renard au pelage de feu alors qu’il passait sur le flanc du vaisseau. Des canons jaillirent de l’énorme machine de guerre et se mirent à les canarder alors que le serpent de feu vrombissait entre les tirs. Bientôt la barricade de tirs se fit bien plus impressionnante. Saiko lança aux bretteurs.
-Ecoutez-moi ! Je ne peux pas vous approcher plus que ça ! Faites-moi confiance et suivez-moi !

D’un seul coup l’élémentaliste se jeta du tapis volant, tombant en chute libre vers le toit du Tank Roger. Les deux bretteurs se regardèrent dans les yeux.

-Quand faut y aller.
-Faut y aller !

Les deux amis plongèrent à la suite de Saiko alors que le tapis était pulvérisé par une véritable douche de plasma jaillissant de la bouche des canons. Saiko amortit leur chute en utilisant ses pouvoirs de vents tandis que de son bâton il ouvrait la voie, créant un chemin praticable devant lui alors que le vent balayait tout sur la carlingue de l’aéronef.

-Avec moi !

Cria le prêtre en véritable leader de guerre alors qu’il avançait sous les pluies de photons. On se serait cru dans un vrai remake de la bataille pour détruire l’étoile de la mort alors que des tourelles de défense jaillissaient de partout pour canarder les mobiens d’au moins vingt cinq types de projectiles différents. D’une boule de feu, Saiko explosa une des mitrailleuses placées droit devant lui et profita du trou qu’il avait créé pour s’infiltrer à l’intérieur du Tank Roger.

-Alerte, alerte, intrusion au niveau du dock N°24 !
-Ah les saligauds ! S’exclama Tank au niveau du poste de commande. Ils vont voir ce qu’il en coûte de s’en prendre à un amiral ! Passerelle ! Au dock N°24 !

Aussitôt la passerelle des docks se souleva sous le mot de commande de Tank. Inari eut à peine le temps de sauter sur celle-ci avec son sac à pique-nique sur le dos que la plateforme était refermée d’une bulle hermétique et projetée à haute vitesse à travers les réseaux du navire. Tank regarda sur son PDA l’état du navire alors que les intrus commençaient à tout ravager sur leur passage.

-On doit arrêter ces olibrius maintenant avant qu’ils n’abiment mon beau vaisseau !

Cria l’amiral alors que la plateforme arrivait sur place. Tank toisa de toute sa hauteur les trois misérables mobiens qui rabattaient ses troupes en arrière alors qu’il bondissait au milieu des pawns et faisait tournoyer son marteau. En une roulade et une galipette, Inari se propulsa en avant et atterrit sur le crâne de l’amiral où elle fit le poirier avec un petit rire alors que l’énorme robot faisait virevolter entre ses doigts l’énorme marteau.

-On dirait que vous vous êtes incrustés dans la mauvaise soirée !
-Taisez-vous espèce de monstre !

Cria Achille alors que son épée s’embrasait et fonçait droit entre les coups de marteaux de l’amiral pour frapper aux articulations du genou. Tank, voyant où était la vraie menace recula d’un bon pour esquiver le coup avant de balancer purement et simplement son marteau sur les deux mobiens restants qui l’esquivèrent en bondissant sur le coté tandis qu’Achille tentait un second assaut. Il fut repoussé par un mur de flammes vertes qui se dressa sur son chemin. Inari bondit en avant et traversa le mur de flammes, celles-ci se mirent à danser autour d’elle alors que des vagues de flammes chimiques vrombissaient telles des chenilles toxiques à travers tout le décor.

-Ca suffit ! Cria Saiko ! La bourrasque infernale !

Lança-t-il alors que de son bâton jaillit un torrent venteux qui dispersa aux quatre vents les flammes d’Inari avant de la percuter et de l’envoyer voler. Elle se serait écrasée contre le mur si Tank ne l’avait pas stoppée entretemps.

-Ils commencent à m’échauffer sérieusement les cornes, ces deux là ! Inari !
-A… A tes ordres !

Lança la lapine alors qu’elle bondissait sur la plateforme et appuyait sur divers boutons, Tank écarta les jambes avant de saisir son genou, lever le pied en l’air et l’éclater contre le sol dans une des poses qui rappelaient le Sumo tandis qu’il bombait le torse. Achille et Bragelonne qui tentèrent un nouvel assaut furent repoussés par une paire de claques qui volèrent dans leur direction avec une vitesse et une force dévastatrices. Ses mains de plus d’un mètre de haut les claquant sans douceur en arrière alors que Saiko concentré créait des déferlantes qui déracinaient du sol des tôles de métal mais qui ne firent pas bouger l’amiral aux pieds profondément ancrés dans le sol. Les deux épéistes haletaient, le visage en sang après les baffes de fer que l’immense robot leur avait assenées, sa position était une défense parfaite. Inari, quant à elle, avait fait jaillir une orbe de la passerelle et se mettait à lui injecter de plus en plus fort des flammes tandis que chaque coté de celle-ci des pôles électriques commençaient à être parcourus de foudre.

-Mobiens ! Cria Tank tandis que les trois guerriers étaient en train de reprendre leur souffle. Vous feriez bien de vous rendre dès maintenant ! Car vous ne survivrez pas à la prochaine attaque !

Les deux larrons dégainèrent leurs épées et les croisèrent au-dessus du bâton de Saiko qui cria.

-Firefox ! Je t’invoque !

Le renard de feu apparut en vrombissant devant les yeux de l’amiral de l’Eggman Army qui lança.

-Tant pis pour vous ! Inari envoie le jus !
-Bien reçu !

Les pôles électriques déchargèrent une quantité faramineuse de courant électrique le long du corps de l’amiral qui vit les manches de son veston ainsi que sa cravate exploser, alors que ses cornes se dardaient d’arcs d’énergie et qu’il posait à présent les deux mains à terre. Saiko de son coté achevait son invocation alors que les bretteurs et le renard s’écriaient d’une même voix.

-POUR LE ROYAUME !
-ELECTRICO CORNUTA ! Répliqua l’amiral de l’Eggman Army alors que de ses cornes jaillissait un rayon de foudre qui vint percuter de plein fouet le rayon de feu, de feu j’ai bien dit, car avec sa sollicitation permanente Saiko commençait à faiblir. Le prêtre posa un genou à terre alors que les deux bretteurs filaient de chaque coté du projectile de feu et imbibaient leurs lames des flammes pour bondir vers le robot, évitant sa colossale décharge de foudre pour sauter au niveau de ses épaules et de planter leur épée dans chacune des articulations du robot. Le courant qui traversait Tank les frappa de plein fouet et ils hurlèrent alors que l’amiral les imitait et chutait en arrière, percuté par la colonne de flammes, il vola sur cinq mètres et percuta le mur derrière lui tandis qu’Inari le regardait avec les yeux creux.

-Tank ? ….TAAAAAAAAANK ! Hurla Inari avant de se précipiter vers le robot et essayer de le ramener à la conscience, elle tenta de lui donner une gifle mais se fit mal à la main sur sa peau en acier, les larmes coulèrent a flot sur ses joues alors qu’elle se retournait vers les assassins.

-VOUS L’AVEZ TUE ! Lâcha-t-elle en sanglotant alors que l’énorme main de l’amiral se posait sur le dos d’Inari.
-Je vais bien, ne t’en fais pas. Cracha Tank avec une voix un peu enfarinée tandis qu’Inari se blottissait contre lui et pleurait de tout son saoul. L’amiral leva les yeux vers Saiko. Bragelonne et Achille étaient KO, leur corps laissaient encore échapper de la fumée après avoir été électrocuté, le magicien haletant chancela et avança vers Tank.

-Où se trouve le comte ?
-Quel comte ?! Répliqua Tank qui tentait de consoler Inari en tapotant sur son dos.
-Le comte Vladimir d’Ombrelune que vous autres de l’Eggman Army avez kidnappé pendant que nous luttions contre vos horribles robots ? !

Le visage de l’amiral cligna un peu et lança à Saiko

-Il n’y a jamais eu de captif à ce nom dans nos geôles, et je suis informé de tous les prisonniers que nous faisons, nous n’avons pas encore posé le pied à Mercie… Je ne sais pas de qui vous parlez.

Lança Tank en fronçant les sourcils alors que Saiko le dévisageait avec effroi.

-Mais il n’est pas ici et ne l’a jamais été.

-Timothée ! Cria Karma alors qu’une explosion secouait à nouveau la base.
-Qu’est-ce que tu fais tu es folle ?! Lança Mot alors que la base vibrait sur ses propres fondations. Ne t’éloigne pas de moi !
-S’il vous plait ! Cria une voix.
-Ce n’est pas par là ! Ce n’est pas par là que se trouve Timothée ! Cria Karma alors que Mot essayait de l’attirer dans une autre direction.
-Karma écoute moi ! Tu es gravement malade ! Il faut sortir d’ici au plus vite !
-Oh eh ! Par ici ! Cria une seconde voix.
-Pas sans Tim !
-Ca vous gênerait pas de nous sortir de là nous aussi ! Oh ! WOH !

Une main ferme agrippait le chasseur de trésor par le bras et le tirait contre une cellule à coté de lui une autre main le choppait à la gorge.

-Vieux, tu dois nous sortir de là ! Lui lança un Tatou borgne tandis qu’il serrait à la gorge. Et crois moi si tu continues à m’ignorer je vais te faire la peau !
-Lâchez-moi ! Je vais vous sortir de là ! Mais si vous me laissez pas prendre les clefs y’a pas de risques que… Karma ! Karma ! Criait Mot alors que l’alchimiste s’éloignait dans les profondeurs de la bâtisse.
-Moi je crois qu’il n’a pas les clefs Bruiser. Lâcha Armadillio en saisissant un des doigts de Mot. Je crois qu’il nous ment pour gagner du temps !
-Mais lâchez-moi nom d’un chien ! Lança Mot d’une voix fluette alors qu’Armadillio commençait à essayer de lui péter les doigts et que Bruiser le tenait contre la cage.
-T’as pas intérêt, sinon !
-Lâchez-moi putain ! Cria Mot en battant des pieds contre la cage.

Karma s’avançait à travers les couloirs en ignorant la panique, quelques soldats tentèrent de l’arrêter mais celle-ci les ignorait à présent et courait à perdre haleine vers la source de l’énergie qu’elle ressentait, cette énergie qui irradiait comme un soleil, et qu’elle était la seule à ressentir. Elle se retrouva près du grand arbre dont les cocons avaient donné les NEWMAN, derrière elle, elle remarqua la porte gelée qui avait été défoncée et explosée en morceaux de glace sur le sol… Est-ce que c’était elle qui avait fait ça ?

Elle s’approcha du bocal lumineux qui fournissait de l’énergie aux SSGM, à l’intérieur de celui-ci se trouvait quelque chose. Elle effaça la buée sur la vitre pour apercevoir le corps du souriceau plongé dans le sommeil alors qu’il respirait dans un masque. Karma lança.

-Ne t’inquiète pas… Je vais te sortir de l…

Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase que ses yeux s’agrandirent. Elle sentit son cœur battre à tout rompre alors que le temps semblait s’arrêter. Une douleur sourde, une douleur tellement sourde qu’elle ne faisait plus mal. Comme si on la poignardait profondément, elle se retourna et observa la lame de la silhouette encapuchonnée qui rengaina celle-ci dans sa canne d’un geste athlétique. Les yeux de l’échidnée roulèrent dans ses orbites et elle s’écrasa au sol.

-Je ne laisserai personne se mettre en travers de mon plan. Lança l’inconnu en se découvrant.

Le comte Vladimir sourit de toutes ses dents.



Vous avez aimé cet article? Partagez le!
Un commentaire ? - Forum

Viper Dragoon

Haut de page


Fanfics

Cliquez pour écouter :
L'article du moment
JEUX
Interview de Iizuka et Nakamura par Famitsu

Le pifomètre
Images
Icônes Sonic et compagnie
Sonic le Rebelle
Sonic le Rebelle
Goodies
Collection et Goodies Sonic ! (partie 2/4)
 
 
  Discussions
 Accès au Forum
Derniers sujets :

 
 
 
Planete-sonic, design, mise en page et textes © 2003/2017 L'équipe de PLANETE-SONIC.COM, Tous droits réservés. Toutes les oeuvres sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute reproduction partielle ou totale d'une oeuvre est interdite sans l'avis préalable de son auteur.