Fan Area

Le Rituel de Puissance ép. 0

Publié par Nadramon le 25 mars 2004

En dépit de mon pseudo, Stingmon, je suis une fan de Sonic (tout particulièrement de Knuckles) et une spécialiste en histoires morbides. Ceci est ma première fan-fiction sur Sonic. Je n’ai pas vu tous les épisodes de Sonic X (qui, de toute façon, sont sans doute bourrés d’erreurs de traduction) donc on risque d’y trouver quelques écorchures à l’histoire. Par exemple, comme je le croyais avant Sonic X, dans cette fan-fiction, les humains et les hybrides ont toujours vécu dans le même monde.
L’histoire commence par deux prologues sur les échidnés, communauté puissante et fière, rivale et ennemie de celle des humains pendants plusieurs siècles. Cette fan-fiction apporte également ma version de cet être mystérieux, prénommé « Nazo ».


Les échidnés, guerriers des terres et des flammes

Prologue 1

(Ce prologue se déroule de nombreuses années avant Sonic. La période n’est pas précisément déterminée.)

C’était au milieu de la nuit, la forêt était paisible, mais de nombreux bruits nocturnes et mouvements furtifs rappelaient qu’elle était toujours en vie, simplement somnolente. Un petit animal s’aventurait prudemment entre les arbres, épiant à droite et à gauche. Il ne s’approcha pas des deux humains discrets, qui surveillaient quelque chose avec leurs jumelles. Il les contourna et partit se réfugier dans son trou. Cela valait sans doute mieux pour lui…
-Alors, tu les vois ?
-Un peu, que je les vois ! Je n’en ai jamais vu autant de toute ma vie !
-Ils sont protégés ?
-Pratiquement pas. Il y a un vieux avec une sorte de canne, mais on dirait qu’il dort.
L’un des deux humains soupira.
-Enfin, si c’était si simple d’en tuer autant à la fois, ça se saurait, non ? Ils ne sont pas si stupides, ces échidnés !
-La peur, répondit l’autre, les autres S.P.E.E. n’osent pas s’en prendre à eux sans sortir la grosse artillerie. Nous sommes le premier service à envoyer un commando pour en tuer un bon paquet.
-Cela n’explique pas pourquoi les échidnés se risquent à quelque chose d’aussi stupide ! Des dizaines de bébés échidnés qui passent une nuit seuls en forêt, gardés par un seul vieil échidné ! C’est de la folie !
-Son congénère se tourna vers lui, exaspéré.
-Tu es nouveau, non ? Sais-tu que c’est très risqué de s’engager dans l’un des Services du Projet d’Extermination des Echidnés sans rien savoir sur eux ? Ces bestioles ne font jamais preuve de pitié envers leurs ennemis ! De plus, avec cette loi prétendant que les hommes et les hybrides sont égaux en droits, ce genre de service va bientôt devenir illégal ! Nous devons être très prudents, et très informés.
Il marqua une pause, puis reprit :
-Quand les échidnés atteignent leurs 2 mois, ils passent une nuit loin de chez eux, à peine protégés. Ainsi, ils apprennent à se familiariser avec les endroits non urbanisés et deviennent plus vite autonomes. L’avantage pour nous, c’est qu’ils sont totalement vulnérables. C’est l’occasion idéale pour les abattre tous.
-Ils sont minuscules. J’ai du mal à croire qu’ils pourraient être dangereux.
-Ils le seront quand ils grandiront. Les échidnés grandissent vite et vivent vieux. Leur entraînement intensif les rend puissants très tôt. Il est important d’en tuer le plus possible.
-Mais, pour ce que j’en sais, ils ne nous ont plus déclaré la guerre depuis cette inondation mystérieuse, il y a au moins un siècle…On a même cru pendant quelques années que la race des échidnés avait disparu. Maintenant, ils ne se battent contre nous que lorsque nous les attaquons, non ?
-Et qu’est-ce qui te fait dire que ce n’est pas justement parce que nous les attaquons sans relâche qu’ils ont cessé les offensives ? Les échidnés sont dangereux, ils ont la guerre dans le sang.
-Ah, ce n’est pas du tout impossible. C’est vrai que ces animaux font de sérieux dégâts dans nos troupes, pendant les guerres. On envoie des obus, des tanks, des hélicoptères pendant qu’ils se battent presque toujours à mains nues…
-A poings gantés, tu veux dire.
-Oui, bon. Et malgré ça, ce sont eux qui gagnent haut la main ! Ils doivent avoir un secret, non ?
-Sans doute, ils n’utilisent pas les mêmes méthodes de combat que nous. Ce sont de vraies pierres volcaniques, quand ils se battent ! D’ailleurs, certains de nos ancêtres les considéraient comme les dieux de la terre et du feu. On raconte qu’ils utilisent la force de ces éléments en combat. Aujourd’hui encore, on les connaît sous le nom de « guerriers des terres et des flammes ». Mais nous avons un avantage sur eux. Ils restent toujours tournés vers le passé pendant que nous, nous avançons sans cesse. Nous ne cessons de nous améliorer. Ils finiront par perdre.
-Sauf si cette loi sur les droits des hybrides se révèle être valable pour les échidnés.
-Pour l’instant, nous ferons comme si elle ne l’était pas. Allez, en route. Il faut s’en débarrasser avant le lever du soleil.
Ils cessèrent de parler et s’approchèrent silencieusement de l’arbre immense sous lequel les jeunes échidnés étaient assoupis. Leur vieux protecteur était assis en tailleur, adossé contre l’arbre. Dans l’une de ses mains gantées, il tenait son bâton, planté dans le sol.
Les deux humains s’approchèrent encore. Pas une feuille ne remuait sous leurs pas. Ils étaient des professionnels, après tout. Les S.P.E.E n’engageaient que des experts. Chacun possédait, à sa ceinture, un pistolet muni d’un silencieux. Ils ne faisaient aucun bruit, et les échidnés semblaient dormir profondément. C’était peut-être leur dernière nuit…
Les deux hommes s’approchèrent suffisamment près pour pouvoir tirer, sortirent leurs pistolets et visèrent avec soin…
Le vieil échidné bougea imperceptiblement. Son pelage fauve, discret, et l’épaisseur de l’obscurité le rendaient presque invisible. Il ne dormait pas. Entrouverts, ses yeux gris sombre parcouraient lentement le paysage nocturne. Bien que cela ne se voie pas dans la nuit, ses muscles n’étaient pas aussi détendus qu’on aurait pu le croire…
Sans bruit, il sortit son bâton du sol. Un bref instant, quelque chose de métallique étincela dans les ténèbres.
Ce n’était pas un bâton.
Les humains étaient prêts à tirer. Ils allaient commencer par tuer ceux qui se trouvaient aux extrémités du groupe, pour interdire aux autres toute chance de fuite.
Ils eurent tout juste le temps de voir la mort arriver sur eux. Avec une rapidité et une souplesse effrayante, le vieil échidné bondit, tenant d’une main son bâton. Ou plutôt son arme. Car la partie auparavant cachée dans le sol se terminait par une courte lame, recourbée et tranchante. Cette lame trancha net la gorge du premier humain. Le deuxième mourut également, les vertèbres du cou brisées par l’autre extrémité du bâton. Un seul geste court, précis, tranchant et deux hommes étaient morts. Mais les petits échidnés étaient bien vivants, et en sécurité…
Le vieil échidné enterra les deux humains, silencieusement pour ne pas réveiller les enfants, et tassa la terre retournée. Avec une feuille, il essuya le sang sur son arme, retourna s’asseoir contre son arbre, planta son bâton dans le sol et reprit sa garde, les yeux mi-clos.
Autour de l’arbre, il y avait de nombreux carrés de terre retournée, et de nombreuses feuilles étaient froissées et rouges.


La colère de l’Emeraude Maîtresse

Prologue 2

(20 ans avant la dernière attaque de Métal Sonic)

Je m’en souviens parfaitement. C’était en Mars, lors du Rituel annuel de Puissance. Tout aurait pu se passer comme prévu, finalement. D’ailleurs, le Rituel en lui-même s’est déroulé presque normalement.
Je ne pensais pas voir un jour un tel déchaînement de force et de colère…
Le Rituel de Puissance repose sur une loi sur le pouvoir. Avant cette loi, tout le monde pouvait exploiter le pouvoir suprême…Cette manie aurait pu installer rapidement le chaos dans ce monde. C’est pourquoi la Marge de Puissance a été installée par les échidnés. Cette marge bloque ou diminue les flux de puissance supérieurs à l’énergie des Chaos Emmeralds additionnées. Ainsi, certaines super-formes ont vu leur force diminuée, cette diminution allant jusqu’à l’interdiction totale de se transformer.
Bien évidemment, la puissance de l’Emeraude Maîtresse dépasse de loin la marge imposée. Certains de ses pouvoirs, qui n’auraient alors plus été utilisés pendant des siècles, auraient pu disparaître définitivement, et qui sait si les conséquences de cette perte n’auraient pas été fatales pour l’équilibre de notre monde ? Le Rituel de Puissance a donc été mis en place.
Le principe est assez simple, mais il faut plusieurs mois pour tout préparer. Nous devons, chaque année, rassembler les 7 Chaos Emmeralds et l’Emeraude Maîtresse dans leur deuxième temple, celui où le contrôleur créa ses serviteurs, d’après la légende. Nous devons y ramener également les quatre éléments tels qu’ils étaient au commencement des temps. Ces éléments sont conservés dans quatre temples. Une fois ces éléments rassemblés, un échidné prononce l’incantation du Rituel. L’incantation prononcée, l’Emeraude Maîtresse déploie une puissance colossale et incontrôlable pendant quelques minutes. Ces quelques minutes suffisent pour que l’Emeraude Maîtresse conserve la totalité de ses pouvoirs.
Je me permets de préciser, bien que cela n’ait rien à voir avec mon histoire, que le Rituel de Puissance ne sera plus nécessaire une fois que l’Emeraude Maîtresse aura son gardien. En effet, la puissance de celle-ci sera utilisée pour faire voler Angel Island, l’île où se trouve son premier temple.
C’était donc le jour du Rituel de Puissance. Tout se passait comme prévu. Les Chaos Emmeralds étaient disposées autour de l’Emeraude Maîtresse. Quatre échidnés avaient apporté l’eau, la terre, le feu et le vent dans de petites sphères de brume, la seule matière ayant le pouvoir de les contenir. Ils les avaient déposées sur les socles prévus à cet effet, disposés en losange autour des émeraudes. L’eau faisait face au feu et le vent à la terre. C’était à moi de prononcer l’incantation ; j’étais, et je suis toujours, l’un des derniers descendants de cette ancienne et puissante civilisation d’échidnés, si respectée et si crainte.
Je regardais la foule, autour du temple, et je pensais aux cérémonies de ce genre qui avaient lieu chez les humains. J’ai entendu dire qu’aux cours de certaines fêtes religieuses, le chaos était tel que certains étaient piétinés à mort par les autres. Rien à voir avec ce que j’avais sous les yeux. Les échidnés étaient alignés, immobiles, dans un calme militaire.
Tout était prêt, c’était à moi d’agir, à présent. J’ai posé une main sur l’Emeraude Maîtresse et baissé la tête, comme chaque fois quand quelqu’un l’invoque, et j’ai prononcé l’incantation :
-Les serviteurs sont les 7 Chaos
Chaos est le pouvoir,
Ce pouvoir est enrichi par le cœur,
Le contrôleur est celui qui unifie les Chaos.
Sa puissance autrefois scellée
Le pouvoir de créer et de détruire
Le pouvoir de stopper et d’unir
Sa puissance maîtrisée
Aujourd’hui, réveille ce pouvoir

Au fur et à mesure que je prononçais ces paroles, je m’écartais de l’émeraude à reculons. Il était plus prudent de ne pas être en contact avec elle au moment du déchaînement. Lorsque je terminais sur ces phrases, j’étais à un mètre environ du temple :
L’être conscient te l’ordonnes,
Déploie ta puissance !

Le vent s’est élevé au-dessus des émeraudes, formant une tornade. La terre s’est également élevée, sous la forme d’une corne de terre et de roche, et a rejoint le vent. Le feu et l’eau ont jaillit en même temps, la langue de flamme et le fragment de vague, et se sont jetés sur les deux autres éléments. Tous quatre formaient une grande arche au-dessus des émeraudes. Celles-ci brillaient, d’une lueur flamboyante. La lumière que dégageait l’Emeraude Maîtresse était de loin la plus intense. Elle s’est d’abord déployée en vagues instables, puis n’a formé qu’un unique et immense cylindre d’énergie, enveloppant le temple tout entier de lumière verte. Tous les échidnés présents ont dû détourner les yeux. Moi, je voulais voir ce spectacle jusqu’au bout. Une main en visière, je regardais, fasciné, l’incalculable puissance de l’Emeraude Maîtresse.
J’ai été le premier à le voir.
C’était un hérisson ordinaire, à peine majeur, aux poils marron-brun. Il avait dû se perdre ou alors il n’avait pas de domicile particulier et errait sans but. En tout cas, il est arrivé, en plein milieu de la cérémonie et il regardait, lui aussi, le temple et la lumière qui l’enveloppait. J’ai vu ses yeux brillants de convoitise, je l’ai vu s’approcher des émeraudes. Mais pour le rejoindre et l’arrêter, j’aurais dû passer à côté du temple. Trop près du temple. Je me suis donc contenté de lui crier :
-N’approche pas ! Cette force peut être dangereuse ! N’APPROCHE PAS, JE TE DIS !!!
Il n’écoutait pas. La lumière, devant lui, l’hypnotisait. Les flux de puissance qu’il pouvait percevoir de là où il était l’enivraient. Il s’est approché, les bras tendus, et a pénétré directement dans le temple, où le pouvoir de l’Emeraude Maîtresse se déchaînait.
Je ne pouvais rien faire. Je l’ai regardé, impuissant, en lui criant de reculer. Ce n’était pas tellement son sort qui m’inquiétait, mais plutôt la réaction de l’Emeraude Maîtresse devant sa présence. Il arrive que l’Emeraude agisse d’elle-même, quand elle perçoit une présence inquiétante. Cela n’arrive pas souvent et elle ne réagit pas beaucoup, mais l’enjeu était-il le même, quand l’émeraude était au sommet de sa puissance ?
J’ai dû attendre la fin de la cérémonie pour le savoir. Les émeraudes se sont arrêtées de briller, les éléments se sont séparés et sont retournés dans leurs sphères.
Je n’ai pas tout de suite levé les yeux pour voir s’il restait quelque chose de ce hérisson. Je retenais mon souffle, et j’attendais que quelqu’un fasse une remarque qui aurait pu me renseigner.
De ce côté-là, je n’ai pas été déçu. L’échidné qui avait apporté le feu a demandé, d’un ton plus irrité que surpris :
-Quelle est cette chose, au-dessus de l’Emeraude Mère ?
J’ai levé les yeux, et j’ai regardé. Le hérisson était là. Il était vivant. Mais il avait changé. Ses piquants s’étaient allongés et dressés, il était un peu plus grand. Mais c’était le changement de couleur, le plus frappant. Auparavant marron-brun, il était à présent d’un blanc aveuglant, tirant sur le bleu. Il brillait, et planait au-dessus de l’Emeraude Maîtresse. Il n’était pas mort, il était devenu une super-forme.
Et là encore, pas n’importe quelle super-forme. Il avait assimilé une partie de la tout-puissance de l’Emeraude Mère. Cette puissance considérable le rendait non seulement infiniment plus puissant qu’une autre super-forme, mais rendait également le temps de transformation proche de l’éternité. En un mot, il possédait le pouvoir suprême.
-Ce hérisson est arrivé par hasard au milieu de la cérémonie. Ai-je répondu. Apparemment, il réagit au pouvoir des émeraudes…
Le hérisson a ouvert ses yeux, d’abord surpris, puis émerveillé en voyant ce qu’il était devenu. Il a tendu son bras devant lui, a écarté les doigts puis a serré son poing. Chacun de ses mouvements créait une mince vague d’énergie qui suivait sa trajectoire. La puissance émanait des pores de sa peau. Son air émerveillé est devenu assuré. Sans doute avait-il compris qu’il possédait à présent le pouvoir suprême.
Il s’est alors aperçu de notre présence. Plus d’une centaine d’échidnés, calmes et ordonnés, vêtus comme les guerriers des temps ancestraux. Il a semblé inquiet, malgré sa nouvelle force. Le même échidné, celui qui avait apporté le feu, s’est adressé à lui :
-Que fais-tu là, toi ? Ne sais-tu pas qu’une créature aussi insignifiante qu’un jeune hérisson ne dois jamais, en aucun cas, interrompre une cérémonie si importante ?
-Et lequel de nous deux est une « créature insignifiante » ? A-t-il répliqué. Je ne suis pas, je ne suis plus n’importe qui ! Mon nom est Nazo, je suis la plus puissante de toutes les super-formes ! Essayerez-vous de m’arrêter ?
-Non.
Tout en parlant, notre chef s’est avancé. Bien sûr, de nos jours, les chefs n’ont presque plus de pouvoirs, se sont surtout les échidnés vers qui on a le plus tendance à se tourner. Néanmoins, le nôtre possédait une autorité et un calme qui poussaient au respect.
-Non, nous ne tenterons rien pour t’arrêter, à moins que tes intentions ne nous soient néfastes.
Le nommé « Nazo » s’est tourné vers lui, sur ses gardes. Sans doute voyait-il en lui une nouvelle menace…
-Vous ne tenterez rien contre moi ? A-t-il demandé, méfiant.
-Rien. Tes affaires ne concernent pas les échidnés, c’est à toi de décider de ce que tu feras de toute cette puissance. Mais…
-Mais quoi ? Vous me laissez tranquille, oui ou non ?
-Tu dois te séparer d’une partie de ta nouvelle force.
-Comment ?
-Ta puissance actuelle dépasse de loin la limite imposée. Je t’accorde de conserver exactement la dose de pouvoir autorisée.
Nazo a gardé le silence un moment. Je n’aurais pu dire s’il était ou non intéressé par la proposition. Mais, au bout d’un moment, il a éclaté de rire.
-Tu m’accordes quelque chose ? Tu n’es qu’un microbe, face à moi ! Je vous surpasse tous de loin. Je compte bien conserver la totalité de mon pouvoir actuel. J’en veux même plus !
-Explique-toi. A calmement répondu notre chef.
-Cette émeraude, a dit Nazo, possède bien plus de puissance que ce qu’elle m’a communiqué. Je veux ma puissance et la sienne.
-C’est l’Emeraude Mère qui choisit la personne à qui elle obéit, et non le contraire…
-Pff…Bande d’idiots ! Une émeraude, décider quoi que se soit ? Vous êtes vraiment désespérants !
Il s’est tourné vers l’Emeraude Maîtresse.
L’un des échidnés s’est approché de notre chef.
-Devons-nous l’arrêter ? Cette créature est dangereuse.
-Ne faites rien. Il est bien plus puissant que nous. Ecartez-vous simplement du temple.
Un autre échidné prit la parole, les sourcils froncés.
-Vous nous demandez de battre en retraite ? Si nous sommes ici, nous devons protéger l’Emeraude Mère, c’est notre devoir à tous !
-Ce Nazo n’aura pas une seule parcelle de la puissance de l’Emeraude Maîtresse. Il se frotte à plus fort que lui…
Ces paroles-là ne venaient pas de notre chef, mais de moi. Je percevais quelque chose, quelque chose qui tendait l’atmosphère.
-Emeraude ! A clamé Nazo en projetant vers elle une vague d’énergie, sans doute pour drainer sa puissance. Quelle que soit ta force, je la surpasse à présent. Je t’ordonne de me donner le pouvoir que tu possèdes, c’est à l’être conscient le plus puissant que revient le pouvoir suprême !
J’ai enfin pu reconnaître ce quelque chose à mesure qu’il s’intensifiait. C’était de l’énergie. De l’énergie hostile, menaçante. Certaines légendes prétendent que l’Emeraude Mère est dotée d’une volonté propre. J’en ai eu la preuve, sous mes yeux. L’Emeraude Mère est capable de sentir qu’elle est détruite, de différencier les gens voulant la protéger de ceux voulant s’en emparer. Elle est également capable de haïr…
J’ai regardé Nazo, quelques secondes avant que l’évènement ne se déclenche. Il avait senti l’énergie, lui aussi. Il était immobile, paralysé par la surprise et la frayeur. Il faut bien admettre que cette puissance était belle et bien terrifiante. Mais moi, je n’avais aucune raison d’avoir peur. L’hostilité était dirigée sur Nazo, pas sur moi…
L’atmosphère s’est alourdie, nous avons tous eu l’impression que nous respirions à l’intérieur d’un volcan. La température a semblé augmenter, lourde de menaces…
L’Emeraude Maîtresse a brillé de nouveau, et l’onde de sa puissance nous a tous projetés à terre, balayés par une tornade invisible. Seul Nazo n’a pas bougé. Pourtant, il se débattait. Mais l’Emeraude l’immobilisait. Sa lumière s’est accrue, en faisceaux désordonnés qui surgissaient et engloutissaient le temple. Ses tentacules d’énergie se sont jetés sur la super-forme devant elle. Le hérisson a hurlé, de surprise plutôt que de douleur. Je l’ai vu se faire projeter en l’air, devenir flou puis se volatiliser, détruit par la puissance de l’Emeraude Mère.
Les échidnés se sont levés en clignant des yeux. Sans doute étaient-ils surpris de voir tout se terminer si vite…J’étais moi-même interloqué. Avais-je cru aux menaces et aux fanfaronnades de cette super-forme ? Sinon, pourquoi aurais-je été étonné de le voir échouer si vite ?
-Nous sommes un peu en retard, et la cérémonie est terminée. A déclaré notre chef, imperturbable. Rentrons, à présent.

Voici les faits tels que je m’en souviens. Peut-être mon récit sera-t-il utile, un jour ou l’autre. Qu’en sais-je ?
Cette histoire s’est déroulée il y a 4 ans. Aujourd’hui, mon jeune fils, Knuckles, ne va pas tarder à naître…

 [1]



Vous avez aimé cet article? Partagez le!
Commentaires (18) - Forum

Nadramon

Haut de page


Fan Area

Cliquez pour écouter :
L'article du moment
Fan humour second degré
Ahhh les femmes...

Le pifomètre
SEGA Saturn
Manuel Sonic 3D Fickies’ Island
Hors-Sonic
Les consoles Dreamcast Collector
Enquêtes
L’histoire des Nocturnus
 
 
  Discussions
 Accès au Forum
Derniers sujets :

 
 
 
Planete-sonic, design, mise en page et textes © 2003/2017 L'équipe de PLANETE-SONIC.COM, Tous droits réservés. Toutes les oeuvres sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute reproduction partielle ou totale d'une oeuvre est interdite sans l'avis préalable de son auteur.