Partenaire

Sonic Wikia Francais

 


 


Fan Area

Le Rituel de Puissance ép. 4

Publié par Nadramon le 30 avril 2005

Pour ceux qui ne sont pas saturés de longues fan-fictions, voici la 4ème partie de la mienne. La menace se précise enfin…On trouvera aussi une explication rationnelle à la plupart des « erreurs » que j’aie pu commettre dans les parties précédentes.
Enfin, je préfère préciser une fois de plus que JE NE M’INSPIRE PAS DE SONIC X ! Au risque de me répéter ou de paraître impolie. J’ai entendu je ne sais combien de fois des commentaires disant que mon Espio (voir partie 2) serait trop sérieux. Peut-être que je l’ai fait trop philosophe et trop paranoïaque, et je m’en excuse. Mais personne ne peut nier que le Espio de Sonic Heroes est l’image même de la méfiance et de la discipline, contrairement à celui de Sonic X. Donc, faites des commentaires si je ne respecte pas le caractère des personnages, mais uniquement des personnages des jeux.


Le Point de Rencontre

Insouciant et optimiste, Sonic n’était pas de ceux qui paniquent pour un rien. Pourquoi avoir peur de toute une armée de robots envoyés par le docteur Eggman ? S’ils n’étaient pas assez adroits pour marcher convenablement, comment pourraient-ils faire le moindre mal ? Les vaincre était un jeu d’enfants ! Que pouvait bien réserver l’avenir, si ce n’était de nouveaux jeux et défis ? Pourquoi avoir peur ?
Ainsi, la chute subite d’Angel Island, si elle était anormale, ne paraissait pas inquiétante à ses yeux. Il était plus que probable qu’Eggman eut mis l’Emeraude Maîtresse en danger, amenant peut-être Knuckles à la briser en morceaux pour que personne ne la vole. Sonic ne songeait absolument pas aux problèmes que pourrait provoquer le savant fou s’il repassait à l’action. Au contraire, il se réjouissait presque de cette occasion de revoir l’échidné et de défier une nouvelle fois Eggman. Tails n’était pas aussi confiant, lui. Redoutant davantage les évènements qui avaient séparé l’Emeraude Mère de son temple, il avait insisté pour que lui et Sonic se rendent immédiatement sur Angel Island. Il était maintenant en route à bord du Tornado transformable. Sonic, pour sa part, avait préféré s’y rendre à pieds.
Le hérisson s’arrêta net devant l’île et l’observa quelques instants. On la distinguait nettement des Mystic Ruins, une large crevasse la séparant de la falaise. C’était une immense île à l’allure de petit continent, que surplombait une haute montagne au pic enneigé. Particulièrement vaste, cette île contenait aussi bien une jungle touffue qu’un désert aride ou des galeries, pièges et temples souterrains. Au centre, bien que Sonic ne puisse pas le voir d’ici, il savait que se dressait l’autel de l’Emeraude Maîtresse, seul vestige d’un temple en ruines. Il rit de bonheur. Tant de souvenirs avaient ce lieu pour décor ! Sa rencontre un peu mouvementée avec Knuckles, pour commencer. C’était également là qu’avait débuté sa lutte contre Perfect Chaos, le monstre aquatique. Lutte au cours de laquelle il avait dû utiliser sa super-forme…Et aujourd’hui, il n’en doutait pas une seconde, une nouvelle aventure allait commencer, toujours sur Angel Island. Trépignant d’impatience, il se remit à courir en direction du centre de l’île.
-Hé, Knuckles ! C’est nous ! Cria-t-il joyeusement au bout d’une bonne heure de course, débouchant dans une clairière.
Cette clairière était encombrée de ruines, piliers à moitié démolis, piédestal aux pierres usées…Mais tout avait gardé une certaine grandeur, une noblesse mélancolique. Eclairés par le soleil, la pelouse et plus loin les arbres étincelaient de vie et semblaient nimbés d’or. Quelques insectes allaient et venaient en bourdonnant, et on pouvait entendre le piaillement des oiseaux résidants dans la forêt. Mais, en dehors de ces discrets signes de vie, il n’y avait personne. L’endroit était vide. Sonic interrompit ses appels, un peu déçu. Apparemment, Knuckles était déjà parti. _ Un coup d’œil lui suffit pour entrevoir ce qui avait pu se passer : l’Emeraude Maîtresse avait disparu et l’herbe était piétinée, aplatie en certains endroits par des traces de lutte. Soit quelqu’un avait pris l’émeraude et s’était enfui avec, poursuivi par l’échidné, soit l’émeraude avait été brisée au cours d’un combat opposant Knuckles au voleur. Dans tous les cas, cela faisait toujours un ennemi à vaincre !
Finalement, il décida d’attendre Tails avant de commencer toute recherche. Il s’adossa à un arbre et regarda distraitement le paysage en se grattant l’oreille. Survolant le décor sans s’appesantir sur les détails, ses yeux se posèrent tout naturellement sur l’herbe foulée par l’échidné et son adversaire. Instinctivement il se mit à la regarder avec plus d’attention. Quelque chose en elle l’attirait et le poussait à la scruter attentivement. Il s’aperçut alors que ces traces avaient quelque chose d’anormal et d’un peu inquiétant, mais il ne parvenait pas à trouver quoi. N’étaient-elles pas ordinaires ? Des traces de pas, un endroit aplati par quelque chose qui se roulait dans l’herbe…Et pourtant il continuait de trouver la chose étrange. C’était une impression désagréable qu’il chassa en s’ébrouant.
Un bruit de moteur le fit dresser l’oreille. Il sourit en repérant le petit avion bleu qui filait dans sa direction. Avec son style enfantin et attendrissant, la machine paraissait bien plus légère qu’elle ne l’était. Avion à une place, minuscule et parfaitement maniable, l’engin était une réussite dont pouvait être fier un renardeau de huit ans !
Le Tornado 2 se posa silencieusement, juste devant Sonic, et Tails en sortit. Plus anxieux et timide, il commença par regarder tout autour de lui, apparemment inquiet de l’absence de Knuckles. Inquiétude qui s’accentua encore quand il vit les traces de lutte laissées dans l’herbe. Il frissonna de peur et murmura :
-Knuckles…J’espère qu’il va bien.
-Bien sûr qu’il va bien ! Répondit le hérisson en riant. C’est plutôt pour l’autre qu’on devrait s’inquiéter. Regarde-moi ça, qu’est-ce qu’il a dû lui mettre !
Et aussitôt il se détourna des empreintes et observa pensivement les arbres proches. Il se demandait surtout comment ils pourraient passer à l’action alors qu’ils ne savaient rien du nouveau plan du docteur. Si toutefois il s’agissait bien de lui, mais Sonic ne doutait pas trop. Le vrai problème était, à ses yeux, de savoir si l’échidné les laisserait s’occuper d’une affaire qu’il jugerait sans doute personnelle. C’était un solitaire, après tout, et s’il lui arrivait parfois d’offrir son aide, il était très rare qu’il en accepte…
Le cri de stupeur de Tails mit brusquement fin à ses réflexions. Le renard regardait toujours les traces dans l’herbe, mais il avait pâli, comme si l’image qu’elles laissaient transparaître était saugrenue et horrible. La surprise l’avait fait reculer de quelques pas, et il continuait d’observer avec une attention fiévreuse, cherchant visiblement un détail qui pourrait compromettre son raisonnement.
-Sonic…Murmura-t-il. Regarde ! Les traces de pas ! C’est impossible !
Celui-ci s’approcha et regarda à son tour. Il ne vit rien de particulier ou d’anormal, mais son impression de tout à l’heure le reprit. Impression qu’il s’efforça de chasser pour affirmer à son ami d’un ton détaché :
-Eh bien ? C’est les traces de pas de Knuckles et du voleur au moment où ils se battaient. Il n’y a rien d’anormal !
-Pas du voleur…Il n’y a pas d’autres empreintes, Sonic ! Au moment où il se battait, Knuckles était seul !
Le hérisson resta paralysé, soudain assailli par des visions que son esprit insouciant refusait d’admettre. Seul…Knuckles se battait seul, contre le néant ! Vision d’effroi, imaginer son ami de longue date se mettre brusquement à courir sans raison, vers un adversaire qui n’existait pas ! _ Puis l’imaginer se jeter à terre et rouler sur le sol, comme pris de folie ! Et son esprit se révoltait contre ces images hideuses, les repoussant dans les ténèbres. Son esprit, refusant de se plier à un raisonnement si pessimiste, s’évertuait à chercher une explication plausible pour expliquer un tel phénomène.
-Je sais !! S’écria-t-il soudain. Il se battait contre quelqu’un qui ne touchait pas le sol ! Il se battait contre quelqu’un qui volait !
Et il éclata de rire, soulagé par cette solution si logique. Son ennemi volait ! C’était si évident, pourtant ! Son ennemi…Ou plutôt son ennemie. Car, comme adversaire volant, désireuse de s’emparer de l’Emeraude Maîtresse, comment ne pas penser à Rouge ? Eggman avait l’habitude de prévenir d’abord Sonic avant de tenter une quelconque offensive, contrairement à la chauve-souris qui apparaissait toujours à l’improviste. Mais son soulagement était tout de même teinté d’une légère tristesse. Car, s’il s’agissait bien de Rouge, Knuckles n’accepterait jamais que quiconque l’aide à régler ses comptes. Sonic le connaissait suffisamment bien pour savoir qu’il ne tolèrerait pas qu’on l’empêche de se mesurer à la seule personne qu’il pouvait vraiment considérer comme sa rivale ! Dommage…
-Oui, d’accord…Continua Tails, qui ne semblait nullement rassuré. Mais CA ?!
Il désignait deux choses rouges, jaunes et vertes qui traînaient dans l’herbe, à quelques pas d’eux. Masquées par des touffes plus hautes, le hérisson ne les avait pas encore repérées. Elles étaient relativement éloignées l’une de l’autre, comme si quelqu’un les avait jetées là sans faire attention à l’endroit où elles atterrissaient. Ces deux objets, Sonic les reconnut avec stupeur. Rien ne pouvait expliquer une chose si absurde ! Il s’agissait d’une paire de chaussures ! Aussi stupide et illogique que cela puisse paraître, les chaussures de Knuckles traînaient dans l’herbe !
-Ce n’est pas possible…Reprit le renard, la tête entre les mains. Knuckles n’a pas pu les perdre pendant qu’il se battait…C’est l’autre qui a dû les lui enlever…Mais enfin, POURQUOI aurait-il fait ça ?! S’il voulait le désarmer, il lui aurait pris ses gants ! Et puis…Ca veut dire qu’il a battu Knuckles ! Ca ne peux pas être Eggman…Ni Rouge. Oh, Sonic…Comment savoir de qui il s’agit ?!
-De quelqu’un qui possédait des Chaos Emeralds. Répliqua une voix dans leur dos.
Voix grave et calme, que Sonic aurait reconnue entre mille. _ Il se retourna vivement pour se retrouver face à un hérisson noir, de la même taille que lui et possédant à peu près la même silhouette. Debout dans la clairière, les bras croisés, apparemment là depuis un certain temps déjà, il toisait les deux animaux de son regard sérieux. Tout particulièrement Sonic. A côté de lui, il y avait Rouge. Elle leur adressait un sourire goguenard, qui visait de toute évidence à cacher son inquiétude. On la devinait tout de même jeter de petits coups d’œil préoccupés aux traces de lutte, soldée de toute évidence par la défaite de l’échidné.
-Shadow, Rouge ! S’exclama Sonic, partagé entre la joie et la surprise.
-Encore toi, hérisson bleu. J’aurais dû me douter que je te retrouverai ici.
Tous quatre restèrent quelques instants silencieux, hésitants visiblement sur la marche à suivre. Bien que Shadow et Rouge semblassent plus sûrs d’eux, tous paraissaient un peu dépassés par les évènements. Ce fut Tails qui rompit le silence :
-Shadow, Rouge, qu’est-ce que vous faites ici ? Et pourquoi est-ce que tu dis que ce…cette « chose » possédait des Chaos Emeralds ?
-J’ai senti les émanations de leur pouvoir, elles venaient de cette île volante. J’y suis allé et j’ai rencontré Rouge en chemin.
Le hérisson noir hésita encore un moment, mais il reçut un coup de coude de la chauve-souris qui le décida à donner des précisions. Il reprit :
-Celui qui l’a utilisé a agi progressivement. Les premières émanations que j’ai pu sentir étaient tout juste suffisamment puissantes pour être perçues. Je n’ai pas réussi tout de suite à les localiser, ni à les reconnaître. Mais ensuite…(son ton s’assombrit) Leur pouvoir s’est brusquement déchaîné, un pouvoir offensif qui attaquait sans cesse. Je ne connais pas cette manière d’utiliser les Chaos Emeralds, mais si cet échidné en a été la victime…Je doute qu’il soit encore en vie.
C’était un long discours pour quelqu’un comme Shadow, et il se renferma aussitôt dans le mutisme. Mais le verdict était tombé, net et tranchant. Knuckles était peut-être mort ! Idée horrible que Sonic ne pouvait accepter. Mourir ? Lui qui ne se souciait jamais de sa propre vie, qui ne doutait jamais de sa victoire en combat ?! Knuckles n’était pas de ceux qui mouraient ! C’était impossible…
Rouge paraissait également refuser tout net l’hypothèse de Shadow. Les oreilles rabattues en arrière, elle tremblait légèrement et serrait les poings pour se reprendre. Elle se tourna vers le hérisson, furieuse, et s’apprêta à l’invectiver. Tails s’interposa et fit timidement remarquer :
-On a aucune raison d’être sûrs que Knuckles est…Il s’interrompit, incapable de prononcer le mot terrible. Je veux dire…On a tous cru, et avec de bonnes raisons, que tu avais disparu pour toujours, Shadow. Et pourtant…tu es là, et bien vivant. Je pense que pour l’instant, le plus urgent serait de chercher qui a fait ça, pourquoi il l’a fait et où il se trouve maintenant…Et alors, on pourra peut-être savoir ce qui est arrivé à Knuckles.
Ce n’était pas forcément simple d’écouter cette petite voix timide et remplie de doutes. Difficile également de le prendre au sérieux, avec son air effrayé jusqu’au bord des larmes. Mais ce qu’il disait était réfléchi, assurément ce qu’il y avait de mieux à faire…Et maintenant qu’ils étaient tous plus ou moins en état de choc, il était bon d’entendre une proposition logique.
-Oui, bonne idée ! Approuva Sonic, retrouvant un peu de sa bonne humeur. Shadow, tu as une idée ?
-Pour la raison et le lieu, non. Répliqua celui-ci. Par contre…J’ai de bonnes raisons de croire que c’est Eggman qui a fait le coup.
Il croisa les bras et fronça encore davantage les sourcils. Sonic s’aperçut avec surprise qu’il tremblait de rage et de honte. Il serrait les dents au point de se faire sauter une molaire.
-Et…Qu’est-ce qui te fait dire ça ? Demanda prudemment Tails.
-Il s’est…Répliqua Shadow d’une voix qu’il voulait calme. Il s’est servi de moi pour tenter de profaner un temple d’échidné.
-Et de moi pour essayer de pénétrer dans un autre. Acheva Rouge d’un ton furieux.
-Un temple d’échidné ? Répéta Tails pensivement. Ca pourrait avoir un rapport avec l’Emeraude Maîtresse mais…Pourquoi aurait-il fait tout ça ?
Rouge réfléchit quelques instants, soupira et dit :
-Personnellement, aucune idée. Mais on peut toujours demander à ces trois niais qui nous épient depuis une heure…Allez, sortez de là !
Trois hybrides se laissèrent alors tomber des arbres. Un énorme crocodile avec un walkman sur les oreilles, un caméléon violet à la mine renfrognée et, pour finir, une abeille minuscule portant des lunettes de pilote au sommet de la tête. Ce dernier était aussi le seul que le fait d’avoir été repéré ne semblait pas gêner le moins du monde.
Cette fois, les seuls surpris furent Tails et Shadow. Sonic commençait à se lasser de toutes ces arrivées et les regarda venir avec un certain ennui.
Le crocodile se reprit vite et baissa placidement le volume de son walkman.
-Tu aurais peut-être dû éteindre ceci…Marmonna le caméléon entre ses dents.
-Quand on se trouve en présence d’une chauve-souris, ça vaux mieux, en effet. Répliqua Rouge d’un ton railleur.
-Je me présente, moi et mon équipe. Dit le crocodile, imperturbable. Vector, Espio et Charmy (la mascotte). Nous sommes l’Agence de Détective Chaotix et de vieux amis de Knuckles.
Il hésita un moment puis reprit :
-Nous aussi, quelqu’un nous a entraînés dans un temple d’échidné.
Cette dernière précision déclencha des sursauts de surprise. Trois hybrides qui les espionnaient, c’était une chose. Mais trois temples d’échidné profanés, apparemment sous le contrôle d’une seule et même personne, c’en était une autre !
-Je propose, continua le crocodile, que tout le monde raconte ce qui lui est arrivé, et pourquoi il est ici.
Shadow hésita quelques instants, puis il commença à raconter son histoire. La sphère de verre et sa disparition mystérieuse, Anabora, le gardien et ses étranges propos sur les profanateurs, et pour finir sa rencontre avec Rouge, ainsi que les émanations qui l’avaient conduit jusque sur l’île. Espio se chargea de leur propre aventure, la mission étrange, la mine abandonnée, le carnage et le temple, le terrible monstre qui les avait poursuivis, et enfin (avec une certaine honte) la perte de la boîte ronde.
Ce fut alors le tour de Rouge. Elle parla d’un ton dégagé de sa mission, de l’île Syséphir et du gardien volant, puis de son retour à son service.
-Finalement, ce n’était pas mon patron qui m’avait écrit de me rendre là-bas. Ajouta-t-elle à la fin de son récit. Je suppose que c’est le docteur qui me l’a envoyé en se faisant passer pour le président. Mais ce qu’il y a de vraiment curieux, c’est qu’un autre espion du service m’a rendu mon portable, après ma mission. Il m’a dit que je l’avais oublié. Pourtant, je suis sûre de l’avoir emporté ! Je me souviens même très clairement de l’avoir perdu quand la tornade est apparue dans le temple !
-Quoi qu’il en soit, dit Espio, nos récits présentent de nombreux points communs. A commencer bien sûr par ces temples d’échidnés tous si bien gardés.
-Eggman s’intéresse beaucoup aux échidnés, on dirait. Fit remarquer Sonic.
-On a bien vu avec Chaos qu’Eggman n’hésiterait pas à se servir des légendes d’échidné pour parvenir à ses fins. Rappela Tails. A votre avis, est-ce que ces temples avaient un rapport direct avec l’Emeraude Maîtresse ?
-Non, pas que je sache. Dit Rouge après un instant de réflexion.
Les Chaotix se regardèrent un moment, puis Vector hocha négativement la tête.
Shadow, lui, ne dit rien. Il restait immobile, réfléchissant intensément et tentant de rassembler ses souvenirs. Sonic se tourna vers lui, près à lui demander son avis, quand il repéra un détail étrange : autour du coup du hérisson, il y avait une fine chaîne d’argent composée de fils entrelacés fins comme des cheveux. Au bout de cette chaîne pendait un joyau de cristal, fragile et transparent, en forme de losange. Ce joyau, Shadow l’effleurait parfois, machinalement, comme si son contact pouvait lui rappeler quelques souvenirs. Il redressa la tête et prit la parole.
-Je ne suis pas sûr…Mais je crois qu’Anabora a été créé par l’Emeraude Mère. J’ai vu une fresque, à l’intérieur, qui représentait le volcan surgissant du sol. Et on voyait une créature, une femme je crois, qui faisait naître du feu entre ses mains. Je pense que cette créature était l’Emeraude, pendant qu’elle créait un temple du Feu.
-Un temple du Feu ? Interrogea Rouge. Possible. Le mien était plutôt un temple de l’Air.
-Et le nôtre, un temple de la Terre. Ajouta Vector.
-Le feu, la terre et l’air…Répéta Tails pensivement. Trois des quatre éléments. Est-ce qu’il y a un pouvoir de l’Emeraude qui implique les éléments ?
-Sais pas. Reprit Sonic. Mais je parierais n’importe quoi que ce gros bouffi à tête d’œuf est au courant, lui.
-Premièrement, bien deviné. Deuxièmement, JE T’INTERDIS DE M’APPELER « TÊTE D’ŒUF » !!! Vociféra une voix au-dessus de leurs têtes.


Manipulés

Tout le monde sursauta et regarda en l’air. Une monstrueuse machine descendait vers eux, pilotée par un gros homme rouge de colère. La machine était équipée, outre de ses nombreux missiles et autres armes, de deux énormes jambes courtes et robustes, ainsi qu’un réacteur qui lui permettait de planer. C’était, bien évidemment, l’Egg Walker d’Eggman.
Le docteur se posa lourdement sur le sol, faisant s’ébranler toute la clairière. Sonic et les autres se regardèrent, frappés par un tel affront. Eggman avait beau être un savant fou très imaginatif en matière de plans tordus, il n’avait jamais poussé l’illogisme jusqu’à s’offrir lui-même en pâture à ses ennemis. Ils étaient tous tellement abasourdis que même Shadow en oublia de s’en prendre à lui.
-Si je le tenais, ce cloporte, cette immondice ! Grondait-il, sans se soucier aucunement des sept paires d’yeux braquées sur lui. Cette abjecte vermine, je lui ferais regretter d’avoir un jour entendu mon nom !! Ce lâche !
Eggman semblait littéralement étouffer de fureur. Il frappait violemment le rebord de son véhicule, jurant de toutes ses forces et de tout son « savant » vocabulaire. Au bout d’un moment, il s’interrompit et regarda enfin les hybrides qui se tenaient toujours immobiles, indécis.
-Et toi, le hérisson ! Reprit-il. Bien sûr que je sais ce qui se passe, petit impertinent. Enfin…Oui bon, un peu, quoi !! En tout cas, vous vous creusez vos misérables petites cervelles pour des broutilles sans vous préoccuper des faits réellement importants ! Vous n’arriverez à rien comme ça !
Les hybrides se jetèrent encore des regards ahuris. Les choses devenaient de plus en plus étranges. Voilà maintenant qu’Eggman leur parlait comme s’il était leur allié ! Et il y avait cette colère qui n’était pas entièrement explicable par la présence de Sonic. Ce n’était tout de même pas la disparition de Knuckles qui le mettait dans des états pareils !
-Vous voulez dire…Hésita Tails. Que ce n’est pas vous qui avez fait tout ça ? Et que vous avez été victime du responsable ?
-EVIDEMMENT ! Hurla le docteur, faisant sursauter le renardeau. QUOI D’AUTRE ? JE NE FAISAIS RIEN, MOI !! PAS ENCORE ! MAIS J’Y ETAIS PRESQUE !!! J’AVAIS DEJA RECUPERE LES CHAOS EMERALDS !!!
-Et la personne en question vous les a prises. Acheva Rouge d’un ton goguenard. Quant à vous, vous êtes immédiatement allé pleurer dans les jupes de Sonic, comme vous avez l’habitude de le faire chaque fois qu’il vous arrive quelque chose.
Eggman s’empourpra, puis répliqua férocement :
-Cet ignoble cafard…Si je le retrouve !!
-Hem, docteur. Interrompit Tails. Si vous nous expliquiez ce qui vous est arrivé ? Nous avons tous le même ennemi, maintenant. Comme avec Metal Sonic. Alors, si on s’y met tous, on arrivera sûrement à quelque chose.
-Mmouais…Grogna le docteur sans grande conviction. Bien, voici ce qui est arrivé : il y a deux jours, j’achevais mon travail sur un tout nouveau robot, quand Sonic est arrivé pour tout saccager !
-Quoi ?! S’exclama le hérisson. Mais je suis allé nulle part, il y a deux jours ! Vous êtes sûr que vous vous trompez pas de date ?…
-Ah ! Laisse-moi finir ! Coupa le docteur. Je disais donc que Sonic est arrivé et a commencé à tout saccager. Ce sale gosse a réussi à me prendre les Chaos Emeralds dans mon dos, et puis il s’est enfui avant que je ne me sois aperçu du vol !
-Jusqu’ici, rien de spécialement anormal…Fit malicieusement remarquer Rouge.
-Sauf que je n’étais pas dans la base d’Eggman, il y a deux jours ! Répéta Sonic d’un ton boudeur.
Il était réellement vexé de ne pas s’être, effectivement, rendu à la base du docteur pour réussir ce tour de force.
-Je me suis dit que je trouverais une explication en regardant les enregistrements des caméras de surveillance. Continua le savant, imperturbable. Voici l’un d’eux.
Il sortit un ordinateur portable, l’ouvrit et fit signe aux autres de s’approcher. Ils s’exécutèrent, perplexes et curieux de savoir où Eggman comptait bien en arriver.
L’écran s’alluma et leur dévoila l’image d’une salle noire et éclairée, percée en son centre par un gros tuyau de verre. Les Chaos Emeralds s’y trouvaient, incrustées dans sa base. A côté, des robots s’affairaient autour d’une table de travail. En raison des nombreux fils électriques qui pendaient du plafond pour se rejoindre à cet endroit, il était impossible de voir ce que contenait la table. Un robot entra dans la salle par la plus grande des deux portes qui permettaient d’y accéder, posa des outils sur le bord de la table et s’en alla rapidement.
Le docteur se frotta les mains, criant haut et fort sa victoire prochaine. On le vit se lancer dans un long monologue plein d’assurance et de fierté. Il s’interrompit alors en pleine phrase, comme s’il venait d’être coupé. Son teint vira immédiatement au rouge brique. Il se mit à regarder frénétiquement autour de lui, et son regard s’arrêta sur l’une des poutres du plafond.
Cette poutre était aussi vide que les autres.
Eggman commença pourtant à crier, hurlant et s’interrompant comme s’il dialoguait avec quelqu’un. Avec Sonic. Et puis il appela ses robots de garde et leur ordonna d’ouvrir le feu. Les machines, désorientées, tiraient partout, n’importe où, dans le vide et sur eux-mêmes, saccageant la salle du générateur. Et le docteur gesticulait, désignait sans cesse des endroits différents, tous aussi vides les uns que les autres, jurant et s’adressant à quelqu’un qui n’était pas là.
La scène avait un côté comique, mais personne parmi les spectateurs ne songea à rire. Il y avait quelque chose d’un peu effrayant dans cette conduite irraisonnée, dans cette panique incompréhensible. Ce comportement semblait folie, et il n’est rien de moins amusant que la folie.
Au bout d’un temps relativement long, Eggman se calma enfin, croyant sans doute au départ de l’envahisseur. Il regarda autour de lui en jurant à voix basse, donna quelques ordres à ses robots qui commencèrent à ramasser les débris de machine. Le docteur s’approcha ensuite du générateur. Il s’interrompit alors, abasourdi, puis il hurla de rage.
Les Chaos Emeralds avaient disparues.
-Voilà ! Dit Eggman en refermant l’ordinateur. Je suppose que tout est parfaitement clair.
-Clair ?! S’exclama Sonic, estomaqué. Il s’est rien passé du tout ! Je n’étais pas là-bas ! C’est vous qui avez perdu la tête !
-Bien sûr que tu n’y étais pas, petit insolent ! Tu as regardé la vidéo, non ? Il n’empêche que je t’y ai vu ! Quoi de plus clair ?!
Vector avança d’un pas. Pendant toute la durée de l’enregistrement, il était resté silencieux, abîmé dans une profonde réflexion.
-Des illusions…Dit-il calmement.
-OUI ! DES ILLUSIONS !!! Vociféra Eggman, hors de lui. Des hallucinations, des visions, appelez cela comme vous voulez !! Ce lâche, cet ennemi détraqué ne se bat qu’en nous faisant attaquer le vide !!!
-Attaquer le vide…Répéta Tails.
D’un geste un peu tremblant, il désigna les traces de lutte laissées par Knuckles. Uniquement par Knuckles.
-Mais c’est impossible ! Répliqua Sonic. Knuckles n’a pas pu perdre contre le vide !!
-Sauf, rappela sombrement Shadow, si ces illusions sont activées par les Chaos Emeralds. Avec le pouvoir des sept émeraudes, même le vide peut être offensif…
-Tout ça est bien joli, marmonna Espio, mais les Chaos Emeralds ? Comment ont-elles été enlevées ?
-Ah, ça…Grommela Eggman. Bon, si vous êtes incapables de voir l’évidence même du premier coup, vous pouvez toujours essayer une deuxième fois !
Et, sur ces paroles peu flatteuses, il rouvrit l’ordinateur et l’alluma une nouvelle fois.
La grande pièce noire leur apparut de nouveau, les mêmes bruits assourdissants se firent entendre. Ces cris saugrenus, ce dialogue surnaturel de l’homme au néant, du réel à l’irréel, de la vie à la mort…Et à tout cela s’ajoutait l’incompréhensible carnage effectué mécaniquement par les robots, amenés sans exception dans la salle principale.
Mais, cette fois, personne ne s’intéressa à la bataille. Tous regardaient, sans détourner les yeux, les sept pierres précieuses placées sur le pilier central. Aucun n’aurait su dire précisément à quoi il s’attendait. Peut-être imaginaient-ils les émeraudes prendre vie et s’enfuir d’elles-mêmes, peut-être celles-ci se volatiliseraient-elles subitement, par on ne sait quel tour de magie surnaturel…Aussi la réalité surprit-elle par sa simplicité et son ingéniosité.
Sur la table de travail, disposé tout contre les émeraudes, l’amas de pièces détachées et d’outils se mit à s’agiter. Très peu, sans bruit, sans qu’aucune des secousses ne soit trop visible pour être remarquée, dans cette salle emplie de sauvagerie. Quelque chose, camouflé sous la ferraille, se mouvait avec précaution, se libérant lentement du piège métallique. Quelques pièces roulèrent et tombèrent, leur bruit couvert par le vacarme épouvantable alentour, et la chose sortit enfin. Ce n’était rien, rien à proprement parler. Rien qu’une trouble brume, un endroit tout juste moins transparent que le reste. Quelque chose qui avait vaguement la forme d’un hybride, sans qu’il soit possible d’indiquer son sexe, son âge ou son espèce. La chose avança de quelques pas, précautionneusement, et atteignit le générateur. Sans précipitation aucune, presque nonchalamment, il avança cette brume sans forme qu’il avait au bout d’un bras tout aussi trouble et qui devait être sa main. Une à une, il récupéra chacune des sept émeraudes et il s’en fut, avec la même parfaite tranquillité, par la porte principale laissée sans surveillance.
Sonic cligna des yeux, surpris, tandis que la vidéo se terminait. Cet ennemi faisait preuve, il fallait bien l’admettre, d’une certaine ingéniosité.
-Il a de la suite dans les idées…Commenta ironiquement le caméléon. Je comprends mieux pourquoi vous étiez tellement en colère, docteur…
-C’était sa… « véritable forme » ? Interrogea Tails. Ou bien seulement une ombre ?
-Pour ma part, j’affirme qu’il s’agit bien de son apparence réelle !
Tout le monde se tourna vers Vector. Celui-ci avait les bras croisés, et son regard d’ordinaire placide s’était fait extrêmement sérieux. Il attendit quelques instants, pour s’assurer d’avoir bien capté l’attention alentour, puis il reprit :
-Cette histoire d’illusions éclaire de nombreuses choses, à mon avis. Je crois pouvoir reconstituer tout ce qui nous est arrivé, depuis le début. _ Voici ma version :
« Pour commencer, nous avons notre ennemi, que nous allons pour l’instant appeler « X ». Pour je ne sais qu’elle raison, sans doute un rite d’échidné, celui-ci doit impérativement s’emparer d’éléments, des Chaos Emeralds, de l’Emeraude Mère et du gardien. Son seul problème : il est faible, terriblement faible. Si faible qu’il n’a même pas de forme. Comment pourra-t-il alors parvenir à ses fins ?
« Un jour, il croise Shadow. Il s’aperçoit immédiatement que celui-ci est perplexe et perdu, prêt à tout pour trouver des réponses à ses questions. Or, il reste un pouvoir à X : les illusions. Vagues visions sans effet, mais illusions tout de même. Il a le pouvoir de faire passer un pâle mensonge pour une réalité. Il décide donc de profiter temporairement de Shadow, et se renseigne en conséquence. Ses recherches le mènent à une base d’Eggman, assez proche de l’endroit où se trouve sa cible. Cette base est pratiquement abandonnée, tout à fait ce qu’il lui faut. Il observe, apprend, et finalement prépare son plan. Il part hanter les rêves de Shadow, lui indique l’emplacement de la base et place bien en évidence la sphère où, faible et informe, il se cache sous forme de brume.
« Son plan fonctionne, au-delà de toutes ses espérances, j’imagine. Il parvient à guider sa cible jusqu’au centre d’Anabora, et il se jette dans le Feu Central. S’il y a été pour y prendre des forces ou pour dérober un peu de ses flammes, je n’en sais rien. Ce qui est sûr, c’est qu’il est immensément satisfait de son travail. Non seulement son plan a fonctionné, mais en plus Shadow, instinctivement, sans réfléchir, accuse Eggman et le prend pour responsable. Aubaine qui assure à X une totale sécurité dans ses actions. Pourquoi ne pas continuer ainsi ? Si le docteur se montre un si bon coupable, pourquoi ne pas en profiter ? Il remet donc son nez informe dans ses dossiers et choisit un nouveau poisson à faire mordre à l’hameçon. Finalement, son choix se porte sur Rouge, qui a une forte tendance à travailler exclusivement pour elle-même, en particulier lorsqu’il s’agit d’un trésor.
Rouge se renfrogna et rabattit ses oreilles en arrière, mais elle n’intervint pas.
-Il lui indique donc l’emplacement d’un soi-disant trésor, sur une île venteuse et dangereuse. Continuait Vector. En outre, il a maintenant un nouvel avantage : depuis qu’il s’est emparé du Feu, ses forces se sont restaurées, ainsi que ses pouvoirs. Ses illusions sont maintenant plus réalistes, plus puissantes. Il parvient donc à mettre une nouvelle sphère de verre entre les mains de Rouge, en lui donnant l’aspect d’un téléphone portable ! Voilà comment s’explique le mystère du portable dédoublé ! Voilà également pourquoi, au moment où notre chère chauve-souris se faisait expulser du temple par la tornade, le-dit portable s’est immédiatement rué dessus, guidé encore une fois par X, alors qu’il aurait logiquement dû suivre le même chemin que son porteur.
« Donc, nouvelle victoire, qui appelle un nouveau plan. X me remarque alors, ainsi que mon équipe, pour notre excellente réputation de ne jamais refuser un travail lucratif.
-« Excellente réputation »…Ronchonna Espio entre ses dents. Ca reste à vérifier…
-Son pouvoir a de nouveau augmenté, aussi s’essaie-t-il à produire une illusion valable pour trois personnes ! Poursuivit le détective sans prêter attention à son coéquipier. Vu la difficulté de l’exercice, il se borne à une simple boîte de carton ronde qu’il nous envoie aussitôt avec une mission somme toutes assez curieuse. Il nous promet également, en récompense pour notre travail, une Chaos Emerald qu’il n’a d’ailleurs pas.
« Nous partons aussitôt dans la mine indiquée, mine qui a communiqué par mégarde avec un temple d’échidné. Cette rencontre accidentelle a d’ailleurs provoqué la perte de tous les ouvriers présents, ainsi que l’abolition du projet et la fermeture de la mine. Quoi qu’il en soit, nous parvenons par ce chemin jusqu’au centre du temple, où nous rencontrons le « sympathique » gardien du lieu. S’ensuit une partie de cache-cache dans la salle principale, qui s’achève par notre fuite. Notre maître des illusions parvient tout de même à se jeter dans la Terre contenue dans la gueule de la statue de serpent, en incitant plus ou moins Espio à s’en séparer. J’ai compris cela pratiquement à l’instant où il m’a rapporté les faits : a-t-on jamais vu l’espion de l’équipe Chaotix perdre son sang-froid et agir sans logique par peur ?! De toute évidence, ce n’était pas, ou pas entièrement, de sa faute.
« En tous cas, X possède à présent trois éléments, qui lui ont rendu une force considérable. Qu’il ait eu ou non besoin du quatrième élément, l’Eau, je n’en sais rien. Si oui, peut-être a-t-il trouvé un autre abruti à manipuler, ou bien est-il parvenu à le récupérer de lui-même. En tout cas, il a maintenant besoin des Chaos Emeralds, qui se trouvent justement chez ce docteur qu’il utilise depuis le début. Il use de sa nouvelle énergie pour créer un fantôme de Sonic, dont il a forcément entendu parler s’il s’intéresse d’aussi près à Eggman. S’ensuit la « lutte contre le vide » que nous connaissons tous, maintenant. X pousse l’intrépidité jusqu’à venir lui-même prendre les émeraudes et s’enfuit paisiblement.
« Je vous laisse imaginer quelle force il a pu tirer des sept émeraudes…Maintenant, son but est proche. Il n’a donc plus besoin que de l’Emeraude Maîtresse, et peut-être du gardien, vivant je l’espère. Il part donc sur Angel Island, et commence contre Knuckles une lutte qu’il sait gagnée d’avance, étant donné que l’échidné ne peut se défendre que contre le vide. Et à présent, comme tout semble l’indiquer, X possède chacun des éléments énumérés précédemment. Les questions sont : Qui est X ? Que veut-il finalement ? A-t-il véritablement tout ce dont il a besoin, ou manque-t-il encore quelque chose ? Et enfin, peut-être le plus important dans l’immédiat, où se trouve-t-il ?
-Super. Intervint Sonic, à qui le discours avait paru excessivement long. Tu nous as tous bien épatés. Et maintenant, c’est qui, « X » ?
-Eh bien…Répondit le crocodile, perdant brusquement son air sérieux et perspicace. Pour être franc…Je n’en sais rien.
Tout l’auditoire demeura quelques instants frappé de stupeur, puis se calma et partit d’un grand soupir : Vector restait Vector, après tout… Shadow se passa la main sur le visage d’un geste las, puis il prit la parole :
-Bien, ce crocodile nous a tout de même éclairé une grande partie de ce qui nous arrive. Maintenant, c’est à nous tous de découvrir le reste.
-Pour ma part, annonça Espio, je pense qu’on ne peut retrouver ce type si on ne découvre pas ses intentions ! Que cherche-t-il à faire ?
Eggman émit un grognement, mais ne répondit pas. Se tenant le menton d’une main, il pianotait pensivement sur le rebord de sa machine. De toute évidence, il était au courant de quelque chose…Ce détail n’échappa pas à Sonic qui l’interrogea aussitôt :
-Doc, ça vous dit quelque chose, tout ça ?
Tout le monde se tourna vers lui, attendant une réponse. Le savant observa avec une certaine méfiance tous ces visages hybrides qui le questionnaient du regard. Il grogna de nouveau, puis il croisa les bras et marmonna :
-De toutes façons, je ne vois vraiment pas pourquoi je vous aiderais. Le sort de cet échidné de malheur ne m’intéresse pas plus que ça, après tout ! Bref, je sais certaines choses, mais je ne vous les communiquerai qu’à une condition !
-Laquelle ? Demanda calmement Shadow.
-Les Chaos Emeralds ! Je les aie toutes patiemment récupérées, et ce détraqué me les a toutes dérobées ! J’exige qu’elles me soient remises immédiatement après notre expédition !
-Vous plaisantez ?! Répliqua Sonic en haussant les épaules. On sait bien ce que vous allez en faire, nous !
Le hérisson noir tendit une main pour l’arrêter et resta quelques instants dans cette position, apparemment en pleine réflexion.
-Nous n’avons rien à gagner en nous querellant. Voici ce que je propose : Il y a sept Chaos Emeralds. L’une d’entre elles me reviendra, étant donné que je les utilise souvent, une autre ira à Knuckles -s’il est encore en vie- et la troisième à ces détectives ; j’ai en effet cru comprendre qu’Eggman leur en devait une. Le docteur pourra conserver les quatre autres.
-Quatre émeraudes ?! S’exclama Sonic, estomaqué par une telle proposition.
-Qu’est-ce qu’il y a ? Demanda Rouge, une pointe de moquerie dans la voix. Tu as peur de ce qu’il prépare ?
Le hérisson s’empourpra, hésita un moment puis se détourna brusquement, comme pour bouder.
-Pour lui, c’est d’accord ! Conclut malicieusement la chauve-souris. Et vous, docteur ?
L’interpellé réfléchit assez longuement, effectuant quelques calculs mentaux, mesurant les chances qu’avait son projet d’aboutir. Finalement, il acquiesça.
-Mouais. Quatre émeraudes devraient me suffire. Très bien, marché conclu. Mais…En fait… Ma théorie ne tiens pas vraiment debout…
-Essayez toujours…Soupira Espio.
Eggman gratta son crâne chauve, hésitant visiblement à exposer son hypothèse.
-Comme vous le savez, commença-t-il, mon grand-père étudiait beaucoup les échidnés, leurs légendes et leurs coutumes. Or, l’une d’elles présente de nombreuses similitudes avec tout ce que nous avons constaté jusqu’à présent :
« Il s’agit d’un vieux rite d’échidné, le Rituel de Puissance, consistant à rassembler l’Emeraude Mère, les Chaos Emeralds et les quatre éléments tels qu’ils étaient à leur stade originel dans le second temple de l’Emeraude. Une incantation doit ensuite être prononcée par un échidné, de préférence un qui se distingue par ses vertus et ses capacités. Cette cérémonie a pour but de préserver le pouvoir de l’Emeraude Maîtresse. Ce que je ne comprends pas…c’est qu’un tel procédé est inutile depuis qu’elle emploie maintenant toute sa puissance à faire léviter Angel Island ! De plus, le pouvoir déployé lors du rite n’est pas réputé pour être dangereux et surtout, il est incontrôlable ! Je ne vois donc pas l’intérêt de cette expédition.
La déclaration fut accueillie par un long silence. Chacun se torturait la cervelle de son côté, cherchant une explication plausible à cet enchevêtrement de coïncidences et de mystères. Tout, à un moment ou à un autre, perdait sa logique. C’était vraiment à n’y rien comprendre.
Ce fut Rouge qui rompit le silence :
-Personnellement, je me fiche éperdument du « pourquoi » ! L’avis de ce dégénéré ne m’intéresse pas le moins du monde ! Peut-être existe-t-il une autre façon de pratiquer ce rituel, qu’est-ce que j’en sais ? Pour l’instant, autant chercher du côté de ce fameux « second temple ».
-Ce ne sera pas si simple. Marmonna Eggman, de toute évidence fermement décidé à rester pessimiste. Les temples d’échidnés sont bien protégés et surtout, leur emplacement est gardé secret. Seuls quelques anciens services SPEE -les services anti-échidnés- doivent savoir où il se trouve…
-Dans ce cas, intervint aussitôt Shadow, animé d’une énergie nouvelle, cherchons du côté des militaires de GUN ! Je me souviens qu’ils comptaient parmi les tueurs d’échidnés les plus actifs. D’ailleurs, je mettrais ma main à couper que certaines branches de ce service sont restées SPEE, malgré la loi interdisant ce genre de pratique.
-Excellente idée ! Approuva Vector. Notre plan est donc le suivant : nous nous infiltrons dans une base de GUN, nous découvrons l’emplacement du temple, nous y allons, nous infligeons à cet hybride la correction qu’il mérite, nous récupérons Knuckles et tout le reste, et pour finir nous nous partageons les Chaos Emeralds ! Cela me convient.
-C’est un programme bien optimiste, fit remarquer Espio, dont le regard s’était pourtant allumé à l’idée d’une infiltration, et il y a de nombreuses choses que nous ignorons mais…Un véritable ninja ne recule jamais devant le danger !
Sonic jeta un coup d’œil à Shadow, étonné qu’il ne soulève pas lui aussi le caractère hasardeux de l’expédition. Mais celui-ci semblait loin d’en avoir l’intention : depuis que le mot « GUN » avait été prononcé, son expression sceptique avait changé du tout au tout. Son regard étincelait d’une satisfaction inquiétante, et un demi-sourire était apparu sur ses lèvres. Un sourire qui ne présageait rien de bon pour GUN. Sonic sourit à son tour en regardant les visages autour de lui : colère, détermination et impatience pouvaient se lire sur leur quasi-totalité. Les autres paraissaient plus inquiets, mais personne, le hérisson en était persuadé, personne ne songeait à reculer. Qu’importait le péril, à présent ! Le groupe était formé, il le resterait jusqu’à la fin. Sonic n’avait plus peur.


Le Début de la Fin

Knuckles s’éveillait lentement, péniblement. Son esprit, son corps semblaient couverts d’une chape de plomb, et pourtant il avait l’étrange sensation de flotter, de léviter au-dessus du sol. Trop épuisé même pour ouvrir les yeux, il ne put que tenter de remettre de l’ordre dans ses souvenirs. Pourquoi dormait-il ? Il était sensé garder l’Emeraude Mère ! Pourquoi était-il exténué à ce point ? Etait-il arrivé quelque chose ? Oui, à n’en point douter. Quelque chose n’allait pas, quelque chose avait changé. Tant de choses, en fait…Ces impressions si paradoxales, s’imaginer à la fois flotter et être prisonnier de son propre corps…Se sentir à la fois si lourd et si léger, si puissant et si faible…Que se passait-il donc ?
Sa mémoire lui revenait peu à peu. Il se remémora d’abord le robot de GUN, sa mystérieuse apparition…Ce n’était tout de même pas lui qui l’avait mis dans cet état ! Non. Il se souvenait clairement s’être jeté sur lui, l’avoir frappé de toutes ses forces. Et puis…Ses pensées étaient lentes, douloureuses à s’assembler. Elles se tortillaient et se bousculaient les unes les autres. Une peur panique lui revint en mémoire, une terreur incontrôlable, inexplicable. Mais cette fois, il ne s’agissait plus que d’un souvenir. L’échidné put donc garder la tête froide, tandis que la transformation de la machine en brume translucide lui revenait en mémoire. Ce n’était donc pas une machine, il s’agissait d’un piège ! Et cet élément, cette chose si faible qu’il avait senti brièvement…Le pouvoir des Chaos Emeralds ! C’était typiquement le style d’énergie qu’elles dégageaient ! Donc, quelqu’un lui avait tendu une embuscade, en s’aidant du pouvoir des sept émeraudes…Que s’était-il passé ensuite ?
La douleur, la panique…Tout cela revenait lentement. L’île tremblait, s’agitait et se déformait…Simple illusion d’optique rendue si réaliste par l’incalculable puissance du Chaos. Le voleur…Le voleur qui avait son visage, son apparence ! Et Angel Island qui continuait de trembler, de se troubler…Qui se colorait de rouge et étincelait subitement. Knuckles faillit ricaner. Maintenant qu’il était à l’abri de cette influence néfaste qui détruisait ses sens, l’explication lui apparaissait totalement, et combien logique ! Il s’agissait encore de mensonges, de fausses images sans matière ! Ces flammes, ce double qui le narguait…Autant d’illusions ! Rien n’était plus évident, désormais. Mais maintenant ? Il se rappelait s’être évanoui, avoir senti l’île volante chuter dans l’océan…Pourquoi était-il encore en vie ? Si son ennemi était venu pour s’emparer de l’Emeraude Mère, pourquoi n’avait-il pas achevé ce gardien qu’il avait vaincu ? Et…Où était-il, désormais ?
Knuckles se sentait en meilleure forme, à présent. Bien sûr, il était encore épuisé, incapable de faire un geste mais au moins, il avait davantage conscience de son corps. Aussi se rendit-il compte de sa position : malgré cette sensation de léviter qui ne le quittait pas, il était évident qu’il se trouvait allongé sur le dos, la tête renversée en arrière. Il se sentait également tout à fait la force d’ouvrir les yeux. Il s’apprêtait à le faire, mais un détail l’arrêta net : Il sentait quelque chose lui effleurer le torse, quelque chose de fin et de pointu comme la lame d’un couteau. Quelque chose qui s’enfonçait tout juste suffisamment pour qu’il en prenne conscience, sans pour autant pénétrer sa chair…Une menace ? Probable. Mais cela signifiait que son ennemi se trouvait juste au-dessus de lui, peut-être même à côté…Et il ne pouvait deviner l’instant exact où l’échidné se réveillerait. Là était sa chance. Aussi s’arrangea-t-il pour agir le plus rapidement possible. Il ouvrit brusquement les yeux, et exactement au même instant, il envoya son poing droit devant lui, de toutes ses forces.
L’échidné retint à grande peine un cri de surprise. Le nombre de sujets d’étonnement arriva si vite qu’il mit du temps à tous les assimiler. Tout d’abord, son poing, loin d’asséner un coup puissant, resta au contraire pratiquement dans la même position, paralysé. Ensuite, la chose aiguisée qui le frôlait ne présentait aucune menace et n’était en aucun cas un couteau. Au-dessus de lui, tournant lentement en équilibre sur la pointe, il y avait l’Emeraude Maîtresse ! Et il sentait les afflux de sa puissance parcourir son corps, le soulever du sol et l’immobiliser, comme en stade d’attente…Il était donc réellement en suspension dans le vide. Outre l’Emeraude, le gardien pouvait voir un immense plafond de pierre en forme de dôme, entièrement couvert de gravures : au centre de ce dôme, un octogone avait été creusé, situé exactement au-dessus de lui. Ce symbole se voyait assaillir de toute part par des faisceaux d’énergie : ici, un torrent de feu, une vague géante d’un autre côté, ou encore une forte tornade et une corne de terre et de roche, le tout gravé avec application, reproduit dans les moindres détails. Aux quatre éléments s’ajoutaient sept autres courants d’énergie qui eux, tournaient autour de l’octogone, leurs différentes énergies se mêlant et se confondant. Dessin étrange qui, pour Knuckles, ne présageait rien de bon. Soudain parcourut d’un frisson d’inquiétude, il baissa les yeux et regarda son propre corps. Ce qu’il vit, pourtant si éloigné de l’ordinaire, ne l’étonna pas outre mesure, confirmant au contraire ses soupçons.
Ses piquants, s’ils n’avaient pas changé, étaient à présent enduits de bandes et de symboles blancs rendant, semblait-il, leurs parties non décorées plus rouges encore. Il pouvait deviner, sur son visage, les mêmes peintures qui lui donnaient une apparence puissante, intouchable. D’autres dessins du même type parcouraient ses bras et son torse, bien que plus rares. Une épaisse ceinture d’or, sertie de pierres précieuses, lui enserrait les reins. Quant à ses chaussures, il ne s’agissait plus de celles qu’il possédait habituellement, mais de fines sandales blanches dont les bandes s’enroulaient autour de ses jambes jusqu’aux genoux. Cet ensemble le métamorphosait littéralement, changeait complètement son aspect extérieur. Il paraissait désormais plus âgé, plus fort, plus mystérieux. Il le savait parfaitement, cette tenue était celle des Anciens Guerriers Echidnés, qui inspiraient tant le respect et la crainte depuis des temps reculés. Il ferma les yeux quelques instants, rassemblant ses esprits. La surprise était passée, il savait ce qui l’attendait. Cela valait mieux, dans un sens…
Il soupira et regarda autour de lui, autant que les courants d’énergie de l’Emeraude Mère le lui permettaient. Il se trouvait à quelques dizaines de centimètres au-dessus d’un socle de pierre, de toute évidence destiné à recevoir l’Emeraude. Ce socle était lui-même placé sur une petite pyramide qui l’élevait par rapport au reste du temple. Autour de cet escalier improvisé, sept piliers relativement fins s’élevaient d’un mètre environ. Ils se « brisaient » ensuite, comme une branche creuse que l’on aurait coupée et dont on aurait rabattu les rebords. Les sept Chaos Emeralds étaient placées sur ces piliers et tournaient lentement sur elles-mêmes. Plus loin encore, toujours autour du socle central, quatre statues de serpents, finement sculptées, étaient disposées en losange. Les reptiles étaient tous quatre enroulés sur eux-mêmes, la tête renversée et, assez petits, ils n’excellaient pas la hauteur des piliers soutenant les sept émeraudes. Dans chacune des gueules ouvertes, il y avait une sphère de verre dans laquelle s’agitait un élément. A la droite de Knuckles crépitait une flamme, à sa gauche se trouvait l’eau. Le vent, tourbillonnant furieusement dans sa prison de verre, se trouvait dans le dos de l’échidné, tourné vers sa nuque. La terre, au contraire, était face à lui, et se projetait à intervals irréguliers contre les parois, comme en fusion. Toute la salle était fermée, comblée par d’épais murs, que seules deux portes permettaient de franchir. De tout cela se dégageait une puissance majestueuse, ainsi qu’une étrange tension, une atmosphère d’attente. Et Knuckles n’en connaissait que trop bien la raison.
Un bruit de pas lui fit dresser l’oreille. Quelque chose, quelqu’un approchait, montant calmement les marches qui menaient au sommet de la petite pyramide. L’échidné plissa les yeux et se raidit, son expression distante encore renforcée par son apparence de guerrier. Qui était cet être, il l’ignorait, mais il connaissait ses intentions. Et il était fermement résolu à ne jamais s’y plier. Autant commencer la lutte dès maintenant…
L’autre parvint finalement à sa hauteur et s’arrêta, le dominant de toute sa taille. Knuckles le regarda, sans laisser une seconde ses pensées se lire sur son visage. Il s’agissait d’un hérisson, et surtout d’une super-forme : son corps brillait d’une intense lueur blanche, quoique vaguement bleuâtre. De même, sa taille était légèrement supérieure à ce qu’elle devrait être, détail qui caractérisait ces hybrides nourris par les émeraudes. Ses yeux, verts mais d’une forme inquiétante, rappelaient également certaines de ces apparences. Chose curieuse, il se déplaçait normalement, en marchant sur le sol, contrairement à la plupart des super-formes qui ne touchaient jamais le sol et planaient en permanence. De plus, l’énergie qui émanait de lui était étrange, un peu plus faible que la normale, et comme disloquée. Malgré ces anomalies, il toisait son prisonnier avec une supériorité qui aurait fait trembler n’importe quel individu. Malheureusement pour lui, Knuckles n’était pas n’importe qui. Il n’esquissa pas un geste et demeura silencieux.
-Ta capture a été une véritable partie de plaisir, Gardien. Ricana-t-il. Vraiment, j’en attendais mieux du protecteur de l’Emeraude Maîtresse !
Il s’interrompit quelques instants et observa son interlocuteur, guettant sa réaction. Son impassibilité ne parut pas le déranger et il reprit :
-J’imagine que tu as pris le temps de réfléchir à ta position, jusqu’à présent. Tu sais où tu es, et pourquoi. Aussi je préfère poser ma question dès maintenant : Comptes-tu t’exécuter, oui ou non ?
Pour toute réponse, le visage de Knuckles se fendit en un petit sourire ironique. La super-forme sut interpréter ce signe ouvertement moqueur, pourtant il haussa les épaules et le considéra un moment, sans se départir de son calme. Il commença à marcher de long en large, tournant autour de l’échidné avec une lenteur calculée, et il se remit à parler :
-Je vois. Entêtement propre à ta race, je me trompe ? Je m’y attendais, en fin de compte. Mais, vois-tu, tu n’arriveras qu’à nous faire perdre notre temps à tous les deux, et peut-être à me distraire quelques temps. Où crois-tu donc aller, en me résistant inutilement et dans une telle position de faiblesse ?
Un sourire mauvais, féroce, apparut sur ses lèvres. Il s’immobilisa, se pencha légèrement et reprit, d’une voix basse et triomphante, bien plus inquiétante et cruelle que son ton suffisant :
-Vois-tu, Gardien, seuls les imbéciles continuent de lutter lorsqu’ils ont perdu. Une fois vaincu, on se rend et on obéit, plutôt que de rester à se faire stupidement torturer en refusant d’avouer sa défaite…Que crois-tu ? Tu t’imagines peut-être que la mort te sauvera la mise…Hé hé…Pauvre naïf, penses-tu que je n’aie pas songé à cette éventualité ? Si tu places tant d’espoir dans ta mort, laisse-moi te mettre en garde : Sur le chemin qui t’attend, le réel ne marquera plus aucune frontière pour ta souffrance. J’ai su le vaincre, comprends-tu ? Sur ce chemin, il n’y a ni règle ni limite, et la mort ne viendra pas t’en arracher.
« Je vais te laisser réfléchir quelques temps, Gardien, et ensuite tu me donneras ta réponse. Si tu te montres réaliste, peut-être pourras-tu t’épargner une torture inutile…
Sur ces mots, il se redressa et s’éloigna, son rictus toujours présent sur son visage. Knuckles le regarda partir et, quand il fut certain d’être désormais seul, il soupira et se détendit, fatigué de s’être crispé si longtemps. En fin de compte, ce temps de réflexion était inutile, il connaissait déjà la réponse qu’il donnerait à cette super-forme. Ce n’était toutefois pas une raison pour rejeter ce court répit.
Bientôt, très bientôt, la lutte commencerait. Lutte lâche et inégale de deux adversaires, l’un enchaîné et désarmé, l’autre libre de ses mouvements, disposant d’une arme dont il se vantait déjà…Lutte injuste, certes, Knuckles n’avait aucune chance d’en sortir victorieux…Mais courir vers la mort était une épreuve qu’un gardien se devait de savoir relever.


Les Tueurs d’Echidnés

-A l’intérieur de ce machin ? Interrogea Sonic, dubitatif.
Shadow se contenta d’acquiescer. Même s’il l’avait voulu, il aurait été bien incapable de dire un mot. En effet, depuis quelques heures, il employait toute sa concentration à demeurer impassible, et à empêcher son corps de trembler d’excitation. L’allusion à GUN ayant été faite, il se trouvait à présent empli d’une impatience sauvage, d’un désir violent de détruire, peut-être même de tuer. Son sang semblait bouillonner dans ses veines, et la simple vue de la base le remplissait de rage. Mais la raison d’une telle réaction, il l’ignorait. Sans doute était-elle, elle aussi, égarée quelque part dans ses souvenirs…
Le bâtiment avait été construit loin des habitations, et la raison en était apparente : tout autour de la base et sur plusieurs kilomètres, aucune végétation ne poussait, entièrement détruite par la pollution. Aussi loin que puisse porter le regard, il n’y avait que de la roche et du sable. Le terrain était plat, tranché ici et là par d’étroites crevasses ou des collines basses. La base se trouvait justement dans un creux relativement profond, encerclée par ces collines. Longue de plusieurs dizaines de mètres, elle crachait en permanence des nuages de fumée verdâtre qui assombrissaient le ciel. Tous les murs étaient du même métal noir, les portes étaient toutes blindées et gardées par des robots de GUN. Sonic et les autres se trouvaient postés sur l’une des collines, d’où ils pouvaient voir l’intégralité de la base sans être vus.
-Sa position n’est pas très étudiée…Commenta Espio. Il serait facile de l’encercler sans se faire repérer, surtout pour une troupe d’échidnés. Comment se fait-il que personne ne l’ait détruite ?
-Cet endroit n’a jamais servi comme centre militaire, répliqua Eggman sans lever les yeux de son écran, il ne s’est jamais trouvé directement confronté à une guerre. D’après mes sources de renseignement, c’est ici que les échidnés capturés étaient envoyés ; on les torturait pour qu’ils révèlent divers secrets. Leur laboratoire d’Etude de la Torture est d’ailleurs très réputé chez tous les SPEE. Quoi qu’il en soit, s’il y a un endroit où les connaissances des militaires de GUN sur les échidnés sont stockées, c’est ici.
-Alors qu’attendons-nous ? Gronda Shadow, incapable de se retenir plus longtemps.
Cette impatience, inhabituelle de sa part, déclencha de nombreux haussements de sourcils. A vrai dire, lui-même comprenait l’illogisme d’une telle remarque : foncer tête baissée dans une base était du suicide. Il leur fallait un plan. Tails, Rouge et le docteur étaient d’ailleurs en train d’y réfléchir. Le renard avait dû se hisser sur le rebord de l’imposante machine à deux pattes pour atteindre, lui aussi, l’écran d’ordinateur. Le savant avait momentanément oublié son antipathie pour le groupe d’hybrides, et il consultait fréquemment son compagnon de recherche sur le plan à adopter, passionné. Vector, qui semblait avoir épuisé sa réserve d’intelligence, avait fortement augmenté le volume de son Walkman et demeurait à l’écart en sifflotant. Sonic, pour sa part, avait achevé ses séries d’étirements et sautait maintenant d’un pied sur l’autre pour tromper son impatience. Les autres se tenaient relativement tranquille. Relativement, dans certains cas, était le mot : Charmy, hyperactif comme il en avait l’habitude, c’était fait ceinturer par Espio, qui lui plaquait une main sur la bouche pour étouffer ses glapissements de joie.
-Très bien ! Conclut enfin Rouge. Ce plan devrait convenir, non ?
-En tout cas, s’enthousiasma Eggman, s’il ne fonctionne pas, ce ne sera pas de notre faute ! Espérons que la bande d’imbéciles que vous formez sera à la hauteur de mon génie !
-En fait, notre projet est un peu compliqué. Expliqua Tails à l’ensemble du groupe. Le système de sécurité qui protège leurs informations est très efficace ; pour le désactiver, il faudrait que je puisse atteindre l’ordinateur central. Voici ce que nous allons faire :
« Pour commencer, Rouge et Espio vont tous les deux infiltrer la base, le temps de mettre la plupart des pièges hors service, puis ils vont repartir. Ensuite, Eggman distraira les troupes militaires en attaquant les hangars ; cela nous permettra, à Sonic, Shadow et moi, de pénétrer au centre du bâtiment et d’atteindre l’ordinateur. Quand j’aurai récupéré les informations dont nous avons besoin, il faudra se dépêcher de s’enfuir : ils ne peuvent pas prendre le risque de nous laisser en vie si nous avons la preuve matérielle qu’ils sont SPEE.
-C’est un bon plan, approuva Espio, qui avait passé l’abeille à Vector et avait maintenant les mains libres, mais pourquoi me faire ressortir de la base sans m’occuper de l’ordinateur central ?
-Parce que tu n’es pas assez rapide pour l’atteindre à temps. Répondit Sonic avec un sourire goguenard. Te plains pas, toi au moins tu t’amuses dès le début ! Moi, je vais encore devoir attendre !
-Une mission de cette importance ne doit pas être considérée comme un sujet d’amusement ! Protesta Espio, qui pourtant réprimait à grande peine un sourire d’excitation.
-Vous comptez passer la journée à bavasser ? Interrompit Rouge. Nous avons un plan, nous savons tous ce que nous devons faire, je ne vois pas ce que nous attendons de plus !
-Euh…Maintenant ? Demanda Tails, surpris par l’entrain particulièrement élevé de la chauve-souris. Ce serait peut-être plus prudent d’attendre la nuit, non ?
-Qui a dit que j’étais incapable d’infiltrer une base en plein jour ?! Répliquèrent d’une même voix les deux espions. Rouge s’était éloignée, quant au caméléon, il était déjà invisible.
Vector les regarda partir sans faire un geste.
-A coup sûr, notre adversaire est malin…Fit-il remarquer. Pourtant, il a déjà commis au moins une bourde, jusqu’à présent…
-Et laquelle ? Ronchonna Sonic, qui considérait avec envie les deux hybrides prêts à entrer en action.
-Pour pratiquement chacun d’entre nous, il a trouvé le moyen de nous utiliser à ses fins. Pourtant, ce faisant, il est parvenu à exciter notre impatience…Et par la même occasion, notre détermination.
Le crocodile sourit. Son sourire n’avait rien de placide.

Espio s’approcha de la base, suffisamment près pour en relever les moindres détails. Les lourds robots de garde, noirs et carrés, ne réagirent pas à son approche. Il les examina avec un léger sourire ironique. Comment les humains pouvaient-ils compter sur de pareils idiots pour garder leurs secrets ? Mais après tout, ce choix n’était pas si stupide quand on pensait à ce que valait cette espèce quand elle s’occupait elle-même de la surveillance. Le caméléon se remémora ses démêlées avec les gardiens de la mine. Il eut d’ailleurs du mal à garder son sérieux. Si quelqu’un lui demandait un jour quels pouvaient bien être les attraits de la vie, il avait de quoi répondre !
Mais l’heure n’était pas aux frivolités, et il redevint vite l’espion discipliné qu’il se devait d’être pendant une mission. Pour l’instant, il lui fallait repérer une ouverture. Il commença à tourner lentement autour de la base. Des portes blindées, gardées par des dizaines de robots. Entrer par-là était envisageable, mais ce serait laisser tomber la discrétion. Hors, son rôle était justement de rester discret. Il atteignit une autre façade de la base, qu’il observa avec intérêt : les gardes y étaient nettement moins nombreux, et devaient patrouiller d’un bout à l’autre du mur de métal en permanence. Si un endroit pouvait convenir pour une infiltration, c’était celui-là.
Un mouvement, sur sa gauche, le fit tourner la tête : une silhouette féminine s’était brusquement mise à courir en direction du mur, profitant de ce que les gardes se dirigeaient vers l’angle opposé. Sa course, ne se contentant pas d’être rapide, était également si silencieuse qu’elle semblait ne pas toucher le sol. Arrivée auprès de la base, elle déploya ses ailes et, en deux ou trois mouvements vifs, elle s’envola, atteignit une conduite d’air et s’y engouffra avec souplesse. Les robots firent demi-tour et continuèrent leur parcours, imperturbables.
Le caméléon grogna. Bien sûr, cette chauve-souris se débrouillait bien, mais lui aussi avait son mot à dire. Il avait repéré, non loin d’un angle, une porte qui était pour lui l’équivalent d’un vaste hall d’entrée agrémenté d’un tapis rouge :
La porte, si toutefois il convenait de la nommer ainsi, se bornait à une ouverture dans le mur de métal, qui donnait sur un couloir sombre. De haut en bas, une bonne centaine de rayons détecteurs de chaleur traversaient quiconque aurait la folie de s’y risquer, et le malheureux quidam se retrouvait pris pour cible par une quantité invraisemblable de lasers. Ces rayons étaient si nombreux et serrés qu’une mouche n’aurait eu aucune chance de s’en sortir indemne. Sans se préoccuper le moins du monde de ces dangers, le caméléon franchit l’ouverture d’un pas vif mais silencieux, laissant sans inquiétude aucune les rayons traverser son corps froid de reptile.
Il y avait maintenant deux espions dans l’enceinte de la base.

Sonic étouffa un grognement et se remit à sautiller sur place. Depuis combien de temps les deux hybrides étaient-ils partis ? Au moins une demi-heure. Pour un hérisson hyperactif comme lui, rester inactif pendant ce laps de temps dépassait les limites du supportable ! L’impression frustrante d’avoir été mis à l’écart dès le début de l’aventure le tenaillait. Après tout, qu’avait-il fait, jusqu’à présent ? Il ne s’était jamais trouvé confronté, même indirectement, à leur ennemi commun ! Dans de telles conditions, il est inutile de décrire l’impatience qu’éprouvait l’hybride à la perspective d’une infiltration. Infiltration qui risquait fort de prendre l’allure d’une course-poursuite effrénée, dès l’instant où les militaires s’apercevraient de leur présence. Que ne donnerait-il pas pour se retrouver immédiatement au cœur de l’action !
Sa seule consolation résidait dans le fait qu’il n’était pas le seul à perdre patience : Eggman semblait las de vérifier et de re-vérifier l’état de son Egg Walker. Tantôt il pianotait sur le rebord de l’engin, tantôt il parcourait la base du regard, guettant visiblement le retour d’Espio et de Rouge. Mais aussi, très souvent, il marmonnait tout seul des injures, violet de rage. « Cette immondice informe ! Ce satané mollusque ! Il va comprendre ce que signifie le mot « génie » ! Ce petit… » Autant de petites phrases furieuses que Sonic parvenait à saisir, au milieu de son grondement inintelligible.
Un peu à l’écart, Vector observait le paysage alentour, balançant la tête au rythme de la musique qu’il semblait passer en boucle depuis un quart d’heure. Son impatience se devinait tout de même dans les coups d’œil fréquents qu’il jetait à sa montre. Shadow, quant à lui, n’avait pas quitté la base des yeux depuis le départ des deux espions. Il était de loin le plus calme, ce qui ne voulait pas dire qu’il était détendu. Les bras croisés, il serrait tant les poings que l’on devinait ses articulations blanchir sous ses gants. Brusquement, il fronça davantage les sourcils, scrutant le bâtiment avec une attention renouvelée. Un mince sourire apparut sur son visage tandis qu’il murmurait :
-Rouge arrive.
-Bah c’est pas trop tôt. Maugréa Sonic en regardant à son tour.
Sa colère retomba immédiatement à la vue de la chauve-souris, qui se dirigeait vers eux en souriant triomphalement. Sa mission avait été un succès, cela ne faisait aucun doute. Enfin, les choses sérieuses allaient pouvoir commencer. Le hérisson retint à grand-peine un cri de joie.
-Alors, tu as pu tout désactiver ? Interrogea Eggman tandis qu’elle s’approchait.
Le docteur ne semblait pas attendre de réponse. Il avait ajusté sa seconde paire de lunettes devant ses yeux, et donnait ainsi l’impression d’avoir soudé des jumelles à ses globes oculaires. Il commençait déjà à lorgner en direction des hangars.
-Pratiquement. Répliqua pourtant l’espionne. Entrer là-dedans ne devrait pas être bien compliqué, maintenant, même pour vous. Au fait, ajouta-t-elle malicieusement, l’autre caméléon niais n’est toujours pas revenu ?
L’apparition brutale dudit caméléon, à quelques mètres à peine, coupa court sa remarque. Celui-ci dû réprimer le sourire narquois qui se dessinait sur ses lèvres pour déclarer à son patron un « Mission accomplie. » tout ce qu’il y a de plus professionnel.
-Parfait ! S’exclama Tails avec enthousiasme. Si tout le monde est prêt, on va pouvoir passer à la suite du plan !
-Et comment ! Gronda Eggman. Je suis prêt depuis deux jours ! Je vais lui faire ravaler ses illusions, à cet hybride détraqué !
L’Egg Walker s’ébranla et se dirigea vers les hangars de la base de sa démarche pataude.
-Enfin un peu d’action ! Dit Sonic en se frottant les mains. J’ai bien cru que ça n’arriverait jamais !
Il ne fallut pas attendre plus de quelques minutes avant qu’un assourdissant bruit d’explosion ne se fît entendre. Les hybrides jetèrent un coup d’œil à la base et échangèrent un sourire satisfait : toute une partie du bâtiment fumait, et le plus anarchique des désordres semblait régner. Les robots couraient dans tous les sens, cherchaient l’assaillant. Le docteur semblait s’en donner à cœur joie.
-Dépêchons-nous, dit Shadow, nous devons mettre à profit l’effet de surprise tant qu’il dure.
-Je suis prêt. Répondit le renardeau, d’une voix dont il cherchait à chasser toute trace d’hésitation.
Il avait quitté son Tornado, et avait pris avec lui une réserve d’anneaux explosifs, plus efficaces pour détruire les portes que les attaques des deux hérissons.
-OK ! S’écria Sonic. ON EST PARTI !!
Tous trois s’élancèrent alors, l’un au pas de course, l’autre à la vitesse des propulseurs de ses chaussures, le troisième volant à moitié, ses deux queues brassant l’air derrière lui. Ils ne mirent pas plus d’un instant pour couvrir la distance qui les séparait de la base, et n’hésitèrent pas plus à détruire l’une des portes, laissée sans surveillance. Arrivés à un croisement, ils détruisirent un groupe de gardes cybernétiques qui se dirigeaient vers la sortie, et prirent le chemin qui semblait mener au centre du bâtiment. Shadow pensait aux militaires, à cette base qu’il haïssait sans savoir pourquoi. Sonic pensait au vent qui sifflait autour de lui, au vent qui le grisait. Tails fut sans doute le seul à songer, un bref instant, à l’avenir. L’avenir proche. L’avenir plus lointain. Il y songea quelques instants, alors qu’il dévalait des escaliers de métal, engloutissait de longs couloirs d’acier, s’enfonçait dans les entrailles de la base. Ils étaient dans un centre de torture. Ils allaient au-devant d’une guerre épique, vieille de plusieurs siècles (de plusieurs millénaires ?), opposant les humains et les échidnés. Ce qui allait advenir désormais, personne ne pouvait le dire.
Deux robots explosèrent dans son dos, et Shadow reprit sa course auprès de ses coéquipiers. Au bout du couloir qu’ils parcouraient, il y avait une lourde porte blindée, qui semblait se ruer vers eux.
-Attention ! Prévint Tails alors qu’il projetait un anneau en direction de l’obstacle.
Un grand fracas lui répondit, ainsi qu’un souffle brûlant. Il se protégea le visage de ses bras et baissa la tête tandis qu’il s’élançait dans le nuage de fumée, devant les deux hérissons. Il n’osait pas ralentir l’allure, malgré l’engourdissement progressif de ses hélices improvisées, malgré l’effort traumatisant qu’il fournissait maintenant depuis près d’un quart d’heure. La réussite de cette expédition dépendait de leur vitesse d’action. Il ne voulait pas ralentir ses compagnons. L’heure n’était pas au doute.
Les étages se succédaient à un rythme endiablé. La course infernale continuait, ponctuée par des explosions de robots et le fracas des portes récalcitrantes. Il y avait déjà un certain temps qu’ils descendaient, la base semblait se prolonger longuement sous terre.
-Est-ce que nous allons dans la bonne direction ?! Interrogea Shadow, quelques mètres en avant.
Le jeune renard dut presque crier pour que sa voix porte, malgré leur vitesse ahurissante :
-Oui ! Nous avons dépassé les étages de moindre importance ! L’ordinateur central devrait se situer encore quelques étages plus bas, juste au-dessous des laboratoires et des…
Son discours fut interrompu lorsqu’il s’écrasa sur le hérisson noir, qui avait subitement stoppé sa course. Interloqué, Tails jeta un regard à Sonic. Lui aussi s’était figé, et figée était son expression, alors qu’il parcourait du regard la salle dans laquelle ils venaient d’aboutir. L’hybride y regarda à son tour, et ne put retenir un cri d’horreur.
La salle était très sobre, très sombre, avec ses quatre murs de métal noir. Le plafond était anormalement bas, surtout par rapport à la longueur de la pièce. Grande, oui, elle l’était. Mais vide, elle était loin de l’être.
Les murs étaient encombrés de chaînes, reliées à des anneaux d’acier hérissés de piques. Dans un coin, il y avait une table en forme de croix, une croix trop petite pour accueillir un humain adulte. Au-dessus de cette croix, une autre de dimensions semblables, dont les dards qui l’encombraient semblaient pouvoir s’étirer ou se rétracter, selon les nécessités. Des fauteuils conçus pour des hybrides, envahis par des pointes de couteaux, des lames, des sangles. Sur une table basse, un assortiment impressionnant d’outils macabres. Remplissant plusieurs étagères, il y avait un nombre incalculable de flacons de toutes formes, dont la couleur des liquides qu’ils contenaient laissait deviner leur nature : du poison. Au centre de la pièce, une machine étrange, sur laquelle étaient gravées ces inscriptions « CHÂTIMENT DE L’ENFER ».
C’était une sorte de bassine d’acier, ici encore prévue pour recevoir un hybride, tout juste suffisamment profonde pour qu’on puisse s’y tenir en y plaçant un couvercle. Sur son rebord, il y avait un énorme pavé de métal, relié par des chaînes au fond de la cuve, de sorte qu’il était impossible de la dégager entièrement. Il paraissait destiné à recouvrir complètement le récipient, des anneaux de métal y fixaient les poignets de ceux qui se trouvaient allongés à l’intérieur. Ce qui retenait l’attention, c’était le fond de la bassine. Elle était constituée d’une grille noire, dont les rebords fins et acérés mordaient les chairs. Sous cette grille se devinait un générateur. Un générateur de chaleur, suffisamment puissant pour élever la température de la grille jusqu’à ce qu’aucune espèce, si résistante fut-elle, ne puisse la tolérer.
Mais ce qui était le plus effrayant, parmi cet étalage d’horreur, c’était sans doute la propreté immaculée des lieux, l’application avec laquelle les outils étaient rangés, les poisons étiquetés, l’attention avec laquelle les machines étaient entretenues. Ce qui était le plus terrifiant, dans tout cela, c’était l’amour sadique que les militaires portaient à cette salle, cette salle qui ne criait qu’un mot, un seul. Ce qui était le plus terrifiant, c’était l’une des étagères qui n’était pas, elle, encombrée d’outils morbides ou de poisons, mais d’un grand nombre de livres épais, à la reliure noire. Au nombre de plusieurs douzaines, ils se ressemblaient tous. Tous ressemblaient à des albums de photos.
« Des salles de torture. » Acheva Shadow dans un murmure.
Tails tomba à genoux. Il tremblait de tous ses membres, ses jambes refusaient de le porter, et sa fatigue n’en était pas la seule raison.
-Il faut…se dépêcher. Articula Sonic, dont la voix tremblait un peu. Se dépêcher de retrouver Knuckles.
Le renardeau acquiesça lentement, et saisit la main que le hérisson lui tendait pour l’aider à se redresser. Pour l’instant, il fallait se dépêcher. Il adressa un pâle sourire à ses amis, qui le dévisageaient avec inquiétude.
-Nous ne sommes plus très loin, parvint-il à dire, continuons.
Du doigt, il désignait une porte ouverte, au fond de la salle, qui donnait sur un escalier s’enfonçant toujours plus sous la terre. Les trois hybrides s’y engagèrent, au petit trot, ébranlés par leur découverte.
Le chemin menait bien à l’ordinateur central, surveillé par deux robots et quelques gardes, qui furent bien vite détruits ou assommés, selon leur nature. Tails commença ses recherches, tandis que Shadow surveillait les gardes du coin de l’œil et que Sonic se laissait tomber sur le sol, en position assise.
-A côté de ces gars, marmonna-t-il en se frottant la tête des deux mains, Eggman est un ardent défenseur de la justice…
-J’ignorais que la haine nourrie contre les échidnés allait si loin…Ajouta simplement le hérisson noir.
Tails, quant à lui, était trop concentré pour se mêler à la conversation, ou même pour penser à autre chose qu’à calmer le tremblement de ses mains. Ils y étaient presque. Maintenant, il fallait juste leur soutirer les informations dont ils avaient besoin. Il fallait juste repérer l’emplacement du second temple de l’Emeraude Maîtresse.
Leurs renseignements sur les échidnés étaient nombreux, mais il ne perdit pas de temps à les consulter. Il hésita quelques instants entre un dossier sur les légendes et un sur les temples, opta pour les temples et parcourut une courte liste du regard. Soit les temples d’échidnés n’étaient pas bien nombreux, soit ceux-ci protégeaient efficacement leurs secrets. Il faillit pousser un cri de joie en découvrant ce qu’il cherchait.
-Je l’ai ! « Le Second Temple de l’Emeraude Mère, ou le Temple de la Création » ! Il y a une carte qui indique son emplacement, et ils citent même le Rituel de Puissance !
-Imprime le tout ! Répliqua Sonic avec enthousiasme. Qu’est-ce qu’ils disent sur le Rituel ?
-Hm, pas grand-chose. Comme l’a dit Eggman, c’est un rite destiné à conserver les pouvoirs de l’Emeraude Mère. Mais maintenant, il n’est plus nécessaire. C’est tout…
-C’est déjà une piste. On prend et on s’enfuit avant qu’ils nous repèrent. J’ai pas du tout envie d’essayer leurs outils de torture, moi !
Tails sourit devant l’entrain retrouvé de celui qu’il n’hésitait pas à appeler son grand frère. Il récupéra les feuilles imprimées et suivit les deux hybrides vers l’extérieur, un peu plus optimiste qu’auparavant.
Le trajet du retour, s’il dura aussi longtemps que l’aller, leur parut tout de même plus agréable. Peut-être le chemin déjà tracé, avec les portes éventrées et les robots détruits, en fut-il la cause. En tout cas, c’est le cœur plus léger qu’ils atteignirent la surface et qu’ils rejoignirent leur groupe d’hybride, ainsi que le docteur légèrement roussi par endroits.
La prochaine étape de leur mission de sauvetage n’allait pas tarder à débuter.


Duel Mental

Knuckles ouvrit lentement les yeux. A force de réfléchir, il avait fini par s’endormir. C’était tout aussi bien, dans un sens. Autant se reposer pendant qu’il en avait le loisir. De toute manière, ses réflexions n’aboutissaient qu’à une chose : il devrait lutter contre quelque chose dont il ignorait la nature. Il ignorait la durée de cette lutte, il ignorait ce qu’il adviendrait s’il en sortait vainqueur. Ce qu’il savait, la seule chose qu’il savait, c’était ce qui arriverait s’il échouait. Il n’avait plus le choix, désormais. Le moment était venu d’oublier, de se détourner de tout, pour se concentrer sur son devoir.
Le bruit de pas réguliers qui montaient les marches du temple acheva de le réveiller. Le temps était donc écoulé. L’attente arrivait à son terme.
Il leva les yeux vers l’être de lumière et de matière qui se trouvait à côté de lui, qui le dominait de toute sa taille. Cette super-forme qu’il devrait affronter. Celui-ci arborait le même sourire suffisant que lors de leur première entrevue. Toujours ce regard dépourvu du moindre doute, cette expression qui annonçait sa victoire. Il l’observa quelques instants, satisfait de le trouver éveillé, puis il s’adressa à lui, d’un ton neutre, nonchalant :
-Ta réponse, Gardien ?
-Je refuse.
-Tu ne changeras pas d’avis sans combattre, sans te faire écraser ?
-Je ne changerai pas d’avis.
-Je vois.
Il laissa échapper un petit rire et lui tourna autour quelques instants, jusqu’à se trouver face à la nuque de l’échidné. Après avoir jeté un rapide regard de convoitise à l’émeraude qui luisait devant ses yeux, il posa ses deux mains gantées sur le rebord de l’autel au-dessus duquel le gardien se trouvait paralysé et plaça sa tête sur celle de son adversaire. Ils se trouvaient ainsi front contre front, immobiles, l’un méfiant, l’autre concentré.
Knuckles sentit à temps la vague mentale qui se ruait vers lui. Il ferma son esprit le plus hermétiquement possible. Le coup vint, puissant. On aurait pu le comparer au souffle d’une explosion, ou à un poids qui s’écrasait sur le sol, aplatissant les obstacles sans merci. L’obstacle était la défense intérieure du gardien. L’objectif était son âme. Il dressa cette défense devant lui, bloqua l’attaque énergiquement. Une attaque qui visait la volonté. Une victoire sur le doute de l’un des combattants. Une lutte régit par la parole. Un duel mental. Penser deviendrait difficile. L’échidné, après un court temps d’arrêt pour conserver son sang-froid, opta pour une tentative de repousser l’assaillant.
-Pars, imbécile. Tu crois vraiment pouvoir me vaincre ? Murmura-t-il instinctivement alors que leurs deux volontés entraient en collision.
Une lutte régit par la parole. Penser deviendrait difficile.
Nazo bloqua l’offensive sans difficulté apparente. Sans doute s’était-il préparé à ce coup. Il commença à explorer le mur de pierre, le mur de résistance, cherchant une faille dans la volonté et l’assurance du gardien. L’assaut violent devint plus vaporeux, plus ardu à situer. Il appuyait çà et là, vérifiait la solidité de l’assailli, à la recherche d’une faille qu’il puisse exploiter.
-Je te retourne la question, Gardien. Répondit-il sans véritablement en prendre conscience. A quoi bon continuer de lutter contre moi alors que tu as déjà perdu et que tu le sais ?
Il y avait quelque chose, à un certain emplacement de la muraille. Comme un souffle d’air, quelque chose qui tremblait imperceptiblement. Ce pouvait-il qu’il s’agisse…La griffe de Nazo, qui continuait de gratter la roche avec insistance, se replia brusquement en un poing qui vint percuter l’une des pierres, plus fragile d’apparence. Le choc ébranla le mur tout entier, empêcha l’échidné de réagir.
La super-forme avait vu juste. Il s’agissait d’une faille.
-Ton devoir était de protéger cette émeraude des gens comme moi. Elle est entre mes mains. Tu as échoué.
-J’ai failli…à mon devoir…Souffla Knuckles malgré lui.
La roche n’était plus roche, mais terre. Il laissa échapper un grognement de douleur alors que la griffe de l’assaillant s’enfonçait dans le mur, progressant vers les parties internes de son âme.
Une attaque qui visait la volonté. Une victoire sur le doute de l’un des combattants.
-A quoi bon t’entêter…Si tu n’es même pas digne d’être gardien ? Continuait Nazo, un sourire triomphant sur les lèvres.
La griffe progressait, la douleur aussi. La volonté de l’échidné glissait dans ses efforts pour la retenir. Penser devenait difficile.
-Tu as échoué, rends les armes !
-Non !
La réponse claqua aussitôt, féroce. Le mur retrouva sa solidité, piégea la griffe dans ses mâchoires de pierre. Ce fut au tour de Nazo de gémir de souffrance, alors qu’il tentait de dégager son esprit de celui de Knuckles.
-Je n’échouerai totalement, articula celui-ci, enserrant de plus en plus la griffe de la super-forme dans son poing, que lorsque j’aurai abandonné toute résistance.
Nazo crispait ses doigts sur les rebords de l’autel, serrait les dents dans son effort pour reprendre le dessus. _ De petites gouttes de sueurs apparurent sur son visage alors qu’il cherchait à échapper à l’emprise du gardien, à son entêtement plein de rage. C’était une volonté puissante, qui faisait fi de la mort et des règles. Cette volonté le repoussait, l’écorchait. Il devait y avoir un moyen de la briser. Le mur était résistant, profond, mais…
-A l’heure actuelle, tu ne possèdes pas l’Emeraude Mère. C’est toi qui es en passe d’échouer…Nazo.
Celui-ci gronda sourdement. Il l’avait donc suffisamment sondé pour apprendre son nom.
-Echouer…Moi ?
Son sourire était revenu.
-Echouer…Alors que tu es plus faible que moi ?
Une attaque qui visait la volonté. Le combat continuait, plus féroce. Il n’y avait plus d’assaillant ou d’assailli, mais deux adversaires qui luttaient, chacun guettant l’occasion de renverser l’autre.
-Je suis plus fort que toi.
-Tu as succombé devant la force de mes illusions ! J’ai avec moi toute la puissance des émeraudes !
-Tu es brisé.
-Qu…Quoi ?!
-Je le sais. Je le sens.
Nazo laissa échapper un râle. Le mur qui emprisonnait son esprit s’était à nouveau solidifié, l’écartelant encore davantage. Son âme était en sang, écorchée en maints endroits par la roche. Il ne parvenait plus à se dégager. La pierre était curieuse, à ce niveau. Il y avait quelque chose que même le guerrier échidné ne devait pas percevoir. Son âme gagnait du terrain sur celle de la super-forme. La situation se renversait.
-Tu as été détruit par l’Emeraude Mère. Ta force est disloquée. Je suis plus puissant que toi.
-…Vraiment ?
-Pars.
-Au fond de toi, tu sais que je suis plus fort.
-L’Emeraude Mère t’a détruit !
-Toi aussi.
Le coup porta, imprévu. Il avait trouvé la nature de cette étrange pierre. Elle contenait une faille. Plus profonde, plus obscure. La griffe s’y jeta, lacéra la terre meuble du doute. L’échidné poussa un bref cri de surprise et de douleur en sentant l’esprit de Nazo s’enfoncer dans le sien.
Une victoire sur le doute de l’un des combattants. Une lutte régit par la parole. Un duel mental.
-Tu le sais au fond de toi. Pour faire de toi son gardien, l’émeraude t’a détruit. Elle t’a amputé de ton existence. Depuis toujours, cette émeraude que tu protèges te prive de tes forces.
La super-forme haletait et transpirait, mais son expression triomphante était apparue de nouveau sur son visage. Cette faille s’ouvrait sur une zone tout ombragée de doute. La griffe s’y engagea facilement, sans laisser le temps au gardien d’entamer une protection. Elle écorchait son âme, la lacérait sans pitié. Elle s’enfonçait de plus en plus profondément, là où l’esprit n’était plus conçu pour repousser les assauts extérieurs, là où la torture mentale devenait intolérable. Tétanisé par la souffrance, Knuckles ne parvenait plus à parler, ne pouvait plus ne serait-ce que tenter de repousser son ennemi.
Une lutte régit par la parole. Réfléchir était impossible.
-Ton existence a été brisée dès l’instant où tu es devenu gardien. Poursuivait Nazo. Le nies-tu ?
-…Non…
-Tu le sais. Depuis toujours, tu marches et tu n’avances pas. Depuis toujours, tu te mens à toi-même...Knuckles.
-…Arrête…
Un rictus déforma les lèvres de la super-forme tandis qu’il sentait l’âme du gardien s’émietter entre ses doigts. Il avait finalement trouvé son point faible, le chemin qui menait à la victoire. Devant lui s’étendait une vague de doute, d’angoisse, qui dormait sous sa volonté extérieure. Une angoisse qui le rendait fébrile, des questionnements qu’il s’efforçait d’ignorer. Il lui suffisait désormais de traverser cette parcelle de son esprit, de répéter ces paroles, et la victoire était à lui. Sa résistance était presque totalement détruite, et continuait de s’effriter. Il atteignait ces tréfonds de l’esprit, là où rien n’est prévu pour se défendre contre l’extérieur. Quiconque détenait cet emplacement de l’âme plaçait sa victime sous son entière domination.
-Tu sais que tu n’as aucun pouvoir…Que l’Emeraude Mère t’a trahi. Tu sais qu’elle t’a brisé pour t’affaiblir.
-…Me trahir…Pour m’affaiblir ?
-Quiconque devient gardien voit son existence détruite en retour. Continuait-il, répétant ces mots dans un rythme lancinant.
-C’est la vérité.
La voix de Knuckles, auparavant faibleet douloureuse, était à présent neutre,sans timbre.
-Ta force est une illusion pour ta faiblesse. Je te suis en tous points supérieur. Obéis-moi ! Acheva Nazo.
-Non.
L’assaillant, qui se proclamait déjà vainqueur, sursauta. Il ne s’attendaitpas à cela. Restait-il encore quelques fragments de volonté et de sens du devoir, dans ce lieu si vulnérable de l’âme ? Ce gardien était intéressant.
-Je ne doute pas de ma capacité à protéger l’Emeraude Mère. Je n’en ai jamais douté. Poursuivit ledit gardien. Il parlait d’un ton net, froid, résigné.
-Ta capacité à protéger ton émeraude ? Ricana l’autre. Cette émeraude qui t’a brisé ? C’estlà ton soutien dans ton angoisse ?
-Il n’y a pas d’angoisse dans mon cœur. Juste dans les parties superficielles de mon esprit. Je suis né pour protéger cette émeraude. Il était naturel que je sois brisé. J’étais destiné à l’être.
Un si long discours…C’était anormal, à ce niveau. D’autant plus anormal que sa volonté, réduite en loques par les attaques répétées, ne réagissait plus. Elle avait laissé place, ainsi que les doutes, à une résignation froide, étrange, quelque chose de disloqué et de puissamment lié. Quelque chose de mélancolique, de glacial et de brûlant, quelque chose qui brandissait une épée et le fixait d’un regard neutre et décidé. Quelque chose qui n’hésiterait pas un seul instant à le détruire. Derrière l’entêtement, derrière l’angoisse, il y avait une chose plus profonde, plus trouble, plus puissante.
-Ma destruction a permis le renforcement de ma volonté, semble-t-il. Continuait Knuckles. J’en ai tiré une force d’une autre nature, que tu n’as pas. L’Emeraude Maîtresse m’a brisé…Pour me faire devenir moi-même. Je suis plus fort que toi, qui as perdu ton identité.
Nazo croisa alors le regard d’améthyste de l’échidné, qui le fixait avec froideur. Il regarda quelques instants, les yeux écarquillés, cet être étrange. Que voyait-il réellement ? Etait-ce donc cela, un gardien ? Un guerrier ? Un monstre ?
Une lutte régit par la parole. Une victoire sur le doute de l’un des combattants.
-Regarde-moi, qui suis brisé. Je suis le descendant des Anciens Guerriers Echidnés. Je suis le gardien de l’Emeraude Maîtresse. Je suis moi.
La chose se rua alors sur la super-forme, qui hurla de souffrance. Il ne s’attendait pas à subir une attaque venant de ce niveau, ce niveau fragile, ce niveau impuissant. L’énergie qui se dégageait de ce nouveau mur était incalculable, incomparable à sa résistance extérieure. La roche devenait falaise, la falaise le repoussait, fouettait son esprit, écrasait ses attaques. Qu’était-ce donc ? Quel était ce pouvoir, cette puissance immense, résignée, mélancolique, qui dominait tous ses doutes ?
-C’est le pouvoir du Gardien. Murmura Knuckles, devançant la question que la super-forme ne pouvait plus formuler.
Celle-ci empoignait toujours l’autel, au risque de s’y briser les phalanges. Il tremblait maintenant de tous ses membres, et grognait de douleur dans ses efforts pour dégager son esprit. Il n’avait déjà plus aucune emprise sur l’âme de l’échidné. Plus grave, ses forces décroissaient à un rythme préoccupant, pour ne pas dire alarmant. S’il ne parvenait pas à rompre le contact…
L’énergie du gardien, puisqu’il s’agissait de cela, continuait de le repousser sans ménagement. Elle l’agrippait et le compressait avec une hargne froide. S’il ne voulait pas se faire entièrement détruire…La panique se frayait lentement un chemin dans son cœur.
Dans un ultime sursaut de volonté, Nazo s’arracha à l’emprise mentale de l’échidné, et rejeta sa tête en arrière avec un dernier gémissement de souffrance. Le contact fut aussitôt rompu. Il se retrouva là d’où il n’avait pas bougé, debout devant l’autel de l’Emeraude Maîtresse, à l’intérieur du temple. Sombre et frais. Silencieux, presque trop calme.
Haletant, trempé de sueur, il jeta un dernier regard haineux à ce gardien qui semblait le narguer de son visage impassible. Il descendit ensuite l’escalier pyramidal du temple en titubant. Arrivé en bas, ses forces le trahirent. _ Il trébucha sur la dernière marche et tendit instinctivement la main devant lui pour s’appuyer contre un pilier. Un cri étranglé lui échappa lorsque son bras brumeux traversa la paroi de pierre, ne rencontrant que du vide. Un cri qui se mua bien vite en grognement de fureur. Cette confrontation lui avait fait dépenser plus de forces que prévu. Il devrait se reposer quelques temps avant de recouvrir son corps et ses pouvoirs.
Pourtant, alors qu’il s’éloignait du temple, un mince sourire alluma dans son regard une lueur malsaine. Certes, cet échidné lui poserait davantage de problèmes qu’il ne l’aurait cru mais…Celui-ci était également exténué par l’effort qu’il venait de fournir, et Nazo ne lui avait pas encore dévoilé l’intégralité de ses capacités. Il ricana. Cette petite démonstration, en comparaison avec le reste, ne pouvait être appelée « torture ».
Malgré ce léger contretemps, tout se déroulait comme prévu.



Vous avez aimé cet article? Partagez le!
Commentaires (34) - Forum

Nadramon

Haut de page


Fan Area

Cliquez pour écouter :
L'article du moment
Fan humour second degré
Ahhh les femmes...

Le pifomètre
Saison 1
Angel Lanta, Le jeu
2006 : Sonic Riders
Sonic Riders
Fan Poèmes
Le Biolizard
 
 
  Discussions
 Accès au Forum
Derniers sujets :

 
 
 
Planete-sonic, design, mise en page et textes © 2003/2017 L'équipe de PLANETE-SONIC.COM, Tous droits réservés. Toutes les oeuvres sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute reproduction partielle ou totale d'une oeuvre est interdite sans l'avis préalable de son auteur.