Partenaire

Sonic Wikia Francais

 


 


Fiches

Sonic Battle

Publié par Miles Prower le 26 février 2004

Fiche du jeu


Nom : Sonic Battle
Genre : Combat / Action / Party
Console : GameBoy Advance
Editeur : Sega
Développeur : Sonic Team
Distribué en Europe par : THQ

Date de sortie Jap. : 04 Déc. 2003
Date de sortie USA : 05 Jan. 2004
Date de sortie Eur. : 05 Mars 2004

Nombre de joueurs : 1 à 4 (avec une seule cartouche pour les mini-jeux, une cartouche par joueur pour les combats)
Nombre de personages jouables : 10
Nombre d’arènes 3D : 11
Nombre de lieux 2D : 6
Jardin de Chaos : non.

Encore une nouvelle aventure de Sonic ?

Après Sonic Advance 1 & 2, la Sonic Team se lance dans un nouveau genre de jeu pour son héro favori. Sonic et ses potes se retrouvent embarqués dans une nouvelle histoire, totalement originale. En effet, le nouveau Sonic n’est pas un jeu de plate-formes comme on pouvait s’y attendre, mais.. un jeu de combat.

La Sonic Team a donc fait preuve de pas mal d’originalité dans ce nouvel opus du hérisson bleu. La réalisation est de plus remarquable : graphismes, musiques, effets sonores, et maniabilité sont au rendez-vous dans ce jeu magnifique que vous devriez acheter sans plus tarder si vous ne l’avez pas encore (ou alors, tentez votre chance avec le concours proposé par Planete-Sonic, inscriptions jusqu’au 1er Mars 2004).

L’histoire

Le scénario n’a pas tellement changé depuis les débuts sur Mégadrive, comme tous les fans peuvent le constater.. Là encore, le Dr Robotnik / Eggman veut conquérir la planète pour y établir son empire, à l’aide de ses inventions diaboliques.

En réalité, la partie affichée du scénario n’est qu’une parenthèse dans l’histoire de Battle. Le récit s’appuie surtout sur l’apparition d’un nouveau personnage, que Sonic appellera Emerl dans le jeu (« Ben quoi, il utilise des émeraudes non ? Alors.. »). Ce robot, que Robotnik voulait utiliser (de la même manière qu’il comptait apprivoiser Chaos dans Sonic Adventure 1) va se révéler être très particulier, le scénario ayant pour but de réveler ses origines exactes. L’histoire commence alors que Sonic le trouve sur la plage..

Les phases du scénario se déroulent dans le jeu comme des dialogues de RPG. Les personnages apparaissent au premier plan durant ces séquences, sont expressifs et superbement dessinés. Jamais auparavant la Sonic Team n’avait eu recours à cette technique, mais ce changement est loin de déplaire, révélant le caractère des différents personnages.

De plus, l’histoire est désormais divisée en plusieurs épisodes successifs (un personnage correspond à un épisode). Lorsque l’histoire de Sonic s’arrête, Tails prend le relais et ainsi de suite, jusqu’à aboutir à l’épisode final. L’ensemble donne un scénario plutôt cohérent, et est une réelle motivation pour finir le jeu.

Les lieux parcourus

Sonic Battle se déroule, hors phases de combat, dans un univers en 2D. Les zones sont fidèles à l’esprit de la série : on peut parcourir ainsi la ville sous ses diférents aspects (de jour comme de nuit, il est possible de circuler dans une zone résidentielle près d’une plage, entre les gratte-ciels, les casinos.. De même, la visite de la base de Robotnik, ainsi que de la montagne où réside Knuckles, s’impose).

Les cartes en 2D sont très stylisées, chacune reflète une ambiance particulière très soignée. Pour s’y déplacer, le joueur ne contrôlera pas les personnages, mais une main qui leur indiquera où aller. L’ensemble est très pratique à prendre en main, l’adaptation à cette phase de jeu est immédiate.

JPEG - 25 ko
Emerald Town
Une ville magnifique, dans le style à la fois de Green Hill Zone et de City Escape, où habite Tails.

Les zones de combat

C’est dans celles-ci que se déroulera la plupart du jeu. Les combats qui s’y déroulent peuvent faire intervenir différents protagonistes de l’histoire, ou des combats contre des robots créés par le Dr.

Les arènes sont réalisées entièrement en 3D, avec des textures plutôt détaillées, et la foule d’effets spéciaux que la GBA doit générer ne fait pas ralentir un seul instant le jeu. La 3D n’est pas fréquente sur Game Boy Advance (le dernier jeu de Sega à l’utiliser complètement est Super Monkey Ball) et est ci très réussie : pour preuve, les arènes sont très variées et intéressantes à jouer : il en existe 11 à débloquer au total !

Contrairement à la majorité des jeux de combat, la disposition d’obstacles dans ces arènes n’est pas un élément essentiel du gameplay. En effet, seuls quelques coups permettent de projeter les adversaires contre les murs ; en fait, les combats sont rythmés par la rapidité des personnages, Sonic et Shadow pouvant courir toujours aussi vite. La vitesse est le point clé du jeu pour la plupart des combats (esquives et vitesse des coups portés comprises), ce qui ne fait donc pas défaut à ce nouveau Sonic.

Graphiques

Les graphismes, à l’habitude de la Sonic Team, sont très soignés. Les décors forment un ensemble harmonieux, que ce soit en 2D ou en 3D.

Les expressions des personnages pendant les dialogues sont bien rendues, même si elles sont peu variées (environ trois expressions par personnage). Les sprites (animations des personnages en 2D) sont également soignés, certains étant repris de Sonic Advance 2. Vous aurez enfin le bonheur de voir débarquer de nouveaux personnages dans le style Sonic sur GBA, comme Shadow, ou encore Rouge, absents des autres jeux, et de voir les graphismes de tous les personnages en train de se battre (beaucoup de mouvements disponibles, donc beaucoup de nouvelles animations).


Musiques et effets sonores

La GBA n’est connue ni pour ses capacités graphiques, ni pour sa qualité sonore. Pourtant, la Sonic Team a effectué dans ces domaines un travail remarquable.
Les musiques du jeu sont particulièrement bien réalisées, et collent parfaitement aux niveaux. Les effets sonores ne sont pas mis de coté pour autant : l’une des premières surprises dans ce jeu est d’entendre les personnages parler un peu, une véritable performance technique.

Cependant, il est possible de reprocher aux musiques leur coté répétitif : à chaque niveau correspond une musique, et vous reviendrez assez souvent dans les mêmes arènes. Si une musique ne vous plait pas, elle risque de vous porter sur les nerfs.

Jouabilité

La prise en main de Sonic Battle est très facile, et permet malgré tout d’effectuer beaucoup d’actions à partir des quelques boutons de la GBA.

Durant les phases de combat, le bouton A sert à sauter (double-saut possible) et le bouton B est utilisé pour frapper. La combinaison de B et d’une direction permet de varier les coups. La gâchette R est utilisée pour effectuer un coup spécial (lorsque la barre de puissance est pleine) ; les coups spéciaux peuvent être choisis en début de partie. Enfin, le bouton L permet de contrer une attaque, et si maintenu, d’augmenter les jauges de santé et de spécial (ce qui laisse ouvert à une attaque de l’adversaire).

Le choix des attaques spéciales, au début de chaque round (et avant de retourner dans la bataille si vous êtes temporairement hors-jeu), est sans doute l’élément le moins simple d’accès du jeu. Les attaques spéciales peuvent en effet être classée en trois catégories : pendant la marche, pendant un saut, et pendant un contre. Vous décidez avant de vous lancer dans les combats comment affecter ces actions. A noter qu’associer un type d’attaque avec le mode « Defend » vous permet d’être protéger contre ce type d’attaque, lorsqu’elle est effectuée par un adversaire.

Emerl, un personnage particulier

La majeure innovation de ce Sonic est aussi quasi-unique dans les jeux de combat classiques. Celle-ci tient à un personnage, Emerl, découvert abandonné sur une plage ou tout début du jeu.

Emerl possède une histoire assez floue, qui se révelera peu à peu au cours du jeu. Il n’a pas été créé par Robotnik (mais Robotnik en a créé des copies), mais le reste de l’histoire doit rester une surprise ;-) Emerl n’obéit qu’à une seule personne à la fois ; son « maître » ne peux être changé que sur un ordre de celui qui le commande. Ainsi, Emerl va accompagner chaque personnage au cours des différents épisodes, à la recherche des célèbres émeraudes du Chaos.

Emerl a la capacité de pouvoir observer, durant les combats, les actions de ses adversaires. A la fin de chaque bataille, il acquière des nouveaux mouvements, représentés sous la forme de cartes à collectionner. Ces mouvements sont les copies exactes des actions originales des autres personnages, ainsi Emerl peut apprendre, par exemple, à courir aussi vite que Shadow, à voler comme Tails, ou même à attaquer avec un marteau comme Amy. Il est également capable de mémoriser la couleur de ses adversaires, ainsi que leurs attitudes au combat (Gamma à tendance à exploser et à faire beaucoup de dégâts une fois battu, par exemple).

GIF - 18.9 ko
Carte obtenue après une bataille.
Elle indique qu’Emerl a appris un nouveau coup de ses adversaires.

A l’aide d’un menu spécial, accessible à partir du monde en 2D en appuyant sur L, il est possible de consulter les mouvements acquis par Emerl, ainsi qu’une petite description pour chaque. Emerl dispose d’énormes ressources, mais est limité par sa mémoire (qui augmente au fur et à mesure des combats). Il est alors possible de l’équiper des mouvements à votre goût, afin d’obtenir le combattant le plus fort possible, en ne gardant que les points forts de vos personnages préférés. Ainsi, plus le jeu progresse, plus Emerl devient fort, et plus les combats peuvent devenir difficiles.. Il est donc très important de bien équiper Emerl avant les batailles !

Modes Multijoueurs

Le jeu en à plusieurs joueurs, sur consoles portables, n’a jamais été facile : les joueurs doivent en effet tous avoir le même jeu, et une cartouche par joueur en général. La GBA revendique la possibilité de n’utiliser qu’une seule cartouche par joueur. Pour cela, une partie du programme de la cartouche disponible est copiée dans la mémoire des autres consoles ; cependant, la taille de cette mémoire est très faible pour la GBA, et n’autorise de vrais modes multijoueurs avec une cartouche que pour des jeux simples (Bomberman, ChuChu Rocket, etc..). Hors, les environnements 3D et la quantité d’animations et de personnages de Sonic Battle dépassent largement la taille de cette mémoire.

Heureusement, pour les parties multijoueurs avec une seule cartouche, la Sonic Team a inclus dans Sonic Battle quelques mini-jeux (6 en tout). La plupart de ces jeux sont assez sympas, mais n’atteignent pas le niveau des vrais combats du jeu. A noter qu’un mini-jeu particulier, « Knuckles’ Mine Hunt », est un démineur à un seul joueur qui peut être entièrement copié dans une autre GBA, et qui y restera en mémoire jusqu’à éteindre celle-ci.
Pour les chanceux possédants plusieurs cartouches, les vrais combats dans les arènes en 3D sont disponibles. Il est possible de choisir alors dans combien de matches participer, dans quelles arènes, quels personnages et quelles équipes former, activer ou désactiver des personnages gérés par l’ordinateur, etc. De même, toutes les règles de jeux sont paramétrables : nombre de KO pour gagner, temps par round, handicap, possibilité de frapper les membres de son équipe, etc.. Le fun est là encore au rendez-vous.

Conclusion générale


Avec une dizaine d’heures de jeu pour finir l’histoire, et encore plus pour collectionner les cartes d’attaques (309 en tout) ou pour combattre vos amis, Sonic Battle est clairement un jeu à ne pas manquer sur GBA.



Vous avez aimé cet article? Partagez le!
Commentaires (9) - Forum

Miles Prower

Haut de page


Fiches

Cliquez pour écouter :
L'article du moment
Fan humour second degré
Ahhh les femmes...

Le pifomètre
Nintendo DS
Sonic Rush - Blaze s’enflamme !
Mega CD / Sega CD
Manuel Sonic CD (européen)
 
 
  Discussions
 Accès au Forum
Derniers sujets :

 
 
 
Planete-sonic, design, mise en page et textes © 2003/2017 L'équipe de PLANETE-SONIC.COM, Tous droits réservés. Toutes les oeuvres sur ce site sont la propriété de leurs auteurs respectifs. Toute reproduction partielle ou totale d'une oeuvre est interdite sans l'avis préalable de son auteur.