Accueil > Jeux > Tests & Previews > Gen 8 : Wii U / 3DS / PS4 / Vita / Xbox One / Switch

Paru le dimanche 8 août 2021

Mario & Sonic aux JO de Rio 2016 - Test

Après une version 2014 qui n’avait pas vu le jour sur console portable, Mario et Sonic reviennent en 2016 sur Wii U et 3DS !
Malheureusement, ces deux consoles étaient à deux doigts de la retraite à l’époque, on pourrait donc craindre que SEGA ait fait un service minimum, surtout après les décevantes moutures Wii U et 3DS qui ont précédées 2016. Les développeurs ont-ils offert à ces deux consoles leur baroud d’honneur ?

Liste des épreuves

Comme d’habitude, les nouvelles épreuves sont en gras tandis que les épreuves Rêve sont en vert.

Epreuves communesEpreuves exclusives Wii UEpreuves exclusives 3DS
Football Rugby à sept Golf
100m Triple Saut 110m haies
Lancer du javelot Relais 4*100m Saut en longueur
100m nage libre Rugby à sept Rêve Golf Rêve
Tir à l’arc 100m Rêve
Boxe Saut en longueur Rêve
Tennis de table 110m haies Rêve
Volleyball de plage Lancer du javelot Rêve
Sports équestres 100m nage libre Rêve
Gymnastique rythmique Tir à l’arc Rêve
BMX Boxe Rêve
Football Rêve Tennis de table Rêve
Volleyball de plage Rêve Sports équestres Rêve
BMX Rêve
Gymnastique rythmique Rêve

NB : sur Wii U les épreuves Rêves ont été renommées "épreuves Duel" tandis que sur 3DS elles s’appellent "épreuves Extra". Cela dit, leur principe est le même que celui des épreuves Rêves des précédents jeux : des règles tordues faisant intervenir des objets et éléments de décors de Mario ou Sonic.

Si le Golf est un sport assez habituel pour Mario, le Rugby est inédit (et globalement très peu représenté dans les jeux vidéo). Dommage que ce soient les deux seuls nouveaux sports.

Sur Wii U

Commençons par le plus gros souci de cette version : il n’y a que 17 sports différents, ce qui en fait la plus petite sélection de toute la série !
Parmi cette sélection on retrouve certains sports qu’on a déjà vus maintes et maintes fois, comme le 100m ou le tennis de table. Il y a en fait peu de sports originaux, même si le rugby est un bon ajout. C’est même probablement une des épreuves les plus techniques de toute la série.
Notez également qu’il n’y a que trois épreuves Rêves. Encore une fois c’est un tout petit nombre alors qu’il s’agit d’une des composantes majeures de la série. C’est encore plus décevant quand on les a devant les yeux : il s’agit de simples reskins de trois autres sports, dans des décors qui n’ont rien à voir avec Mario ou Sonic. Seule la présence des carapaces, éclairs et autres boucliers permet de nous rappeler qu’on joue à ce qui était autrefois la grande force de la série.

Au niveau du gameplay, cette version 2016 abandonne complètement le motion control, qui avait pourtant fait les beaux jours de la série sur Wii. C’est une décision qui reste plus censée que l’aberrante nécessité de jongler entre les manettes en 2014, mais il faut bien avouer que le 100m n’a plus la même saveur sans Wiimotes à secouer frénétiquement. Tout se joue désormais à la croix directionnelle et aux boutons, ce qui n’est réellement gênant que lors de l’épreuve de tir à l’arc qui bénéficiait grandement de la visée au pointeur. Partout ailleurs, ce changement est plutôt bien intégré aux épreuves.
D’ailleurs, certaines vieilles épreuves ont connu un joli coup de jeune. C’est le cas du tir à l’arc justement, qui ne se joue plus par volées de trois flèches mais où l’on a un temps limité pour toucher autant de cibles que l’on veut. Et c’est diablement addictif de faire grimper son score ainsi ! Néanmoins, la majorité des sports sont plus ou moins identiques à leurs homologues de 2008 et 2012.

L’épreuve de gymnastique rythmique a été repensée aussi. Avec le gameplay aux boutons on dirait un peu Rhythm Thief, un jeu de rythme de SEGA sur 3DS.

La première chose qui frappe sur Wii U, c’est le menu du jeu. Ou plutôt, l’absence de menu : celui-ci est remplacé par un hub prenant place sur la plage de Rio de Janeiro. De nombreux personnages font office d’hôte pour chaque mode de jeu (Orbot s’occupe du mode solo, Cubot du mode multi-joueur, Cream de la boutique...), ce qui est une approche originale et qui apporte un peu de personnalité à cette version qui ne possède pas de mode histoire.
Cependant, rassurez-vous, si aller d’un stand à l’autre vous semble être une perte de temps, un menu est bel et bien accessible en pressant le bouton +. Ainsi vous pourrez sélectionner votre mode de jeu au plus vite.

L’autre élément atypique du jeu, c’est l’omniprésence des Miis dans le hub. C’est bien simple : ils sont partout ! Ils font du footing sur la plage, des emplettes dans les boutiques, ils s’entraînent au volley... On finit par se demander si on a bien acheté un Mario & Sonic, et pas un Wii Sports.
A vrai dire, un mode entier leur est consacré : le mode tournoi. Il s’agit de l’enchaînement de trois manches de la même épreuve contre des Miis de plus en plus puissants. Remporter un tournoi vous permet de gagner de la monnaie pour les boutiques et vous pourrez occasionnellement débloquer des personnages.

Ça a changé Wii Sports.

Car oui, il y a des personnages à débloquer dans ce jeu ! Pour la première fois depuis 2010, le casting de la série s’est agrandi. Malheureusement, ces petits nouveaux (au nombre de 14) sont exclusifs à une seule épreuve (par exemple, Zavok est réservé à la boxe tandis que Bowser Skelett ne peut jouer qu’au lancer du javelot). Si on est forcément heureux de voir débarquer des têtes connues qui manquaient cruellement aux précédents jeux (Diddy Kong, Harmonie, Espio, Rouge...), cette contrainte laisse un arrière-goût amer en bouche.

Le mode le plus original de cette version est le Combat des Légendes, qui réalise un vieux rêve de fan. Vous trouviez Mario et Sonic trop amicaux dans les précédents jeux ? Eh bien ce mode vous permet de faire s’affronter les deux clans dans une lutte sans merci !
Vous devez sélectionner un personnage de chaque écurie pour affronter un rival d’en face, et le perdant sera retiré de la sélection pour le restant de la partie. C’est donc un tournoi éliminatoire en plusieurs manches et avec une composante stratégique (chaque perso a un effet secondaire, comme un buff de stats en cas de victoire ou l’élimination de plusieurs personnages adverses au lieu d’un seul) qui rappellera les grandes heures de la lutte SEGA/Nintendo. Il est un peu court à mon goût et le faible nombre de sports fait que les parties se répètent un peu, mais c’est vraiment une excellente idée qui aurait tout à fait pu rester dans la mouture 2020.

Rien de tel qu’un petit Choc des Légendes pour venger l’échec de la Dreamcast. Ou du Virtual Boy, si vous êtes de l’autre camp.

Parlons rapidement du mode Course de fantôme qui permet d’affronter le fantôme d’un autre joueur sur trois épreuves (seulement) afin de battre son temps. Si vous avez déjà joué au mode contre-la-montre d’un Mario Kart, il s’agit exactement de la même chose. Cela peut être intéressant si vous cherchez à vous entraînez sur l’une de ces épreuves, mais il faut avouer qu’on tourne vite en rond.

Enfin, le dernier mode (outre l’habituel musée, renommé ici Pousada) est en réalité un événement aléatoire. Il s’agit du Carnaval de Rio qui passera de temps en temps sur la plage et vous proposera quatre défis différents (par exemple, faire certaines actions dans une partie de beach-volley, renvoyer des smashs au tennis de table...) qui débloqueront des costumes pour vos Miis si vous les réussissez. S’il est joliment mis en scène, il faut avouer que l’aspect aléatoire de cet événement le rend assez frustrant, d’autant qu’il n’y a pas moyen de refaire un défi même si vous l’avez réussi. Il est également frustrant de constater que le carnaval s’en ira si vous faites un tournoi, vous ne pouvez donc pas mettre ces défis de côté pour plus tard.

Avant de finir, soulignons la très belle direction artistique de cette version qui marie admirablement les personnages cartoonesques des séries à des décors de Rio semi-réalistes, sans parler des très chouettes lumières qui se reflètent sur le sable ou la mer. Quel dommage qu’on ne puisse pas explorer plus de quartiers de Rio !
Les musiques sont également très bonnes, que ce soit sur Wii U ou 3DS. Elles ont été composées avec des instruments issus de la culture brésilienne et proposent des airs de samba endiablés pendant les épreuves. C’est probablement la bande-son la plus qualitative de toute la série en ce qui concerne les compositions originales ! Les nouveaux remixes de musiques Mario ou Sonic sont malheureusement moins nombreux que par le passé, mais vous pouvez toujours obtenir les remixes des précédents Mario & Sonic.

Sotchi 2014 était déjà très beau, mais Rio 2016 tire vraiment bien parti des capacités de la Wii U. Notez les effets de réflexion sur Metal Sonic.

Sur 3DS

La particularité de la version 3DS est la parité entre les épreuves normales et les épreuves Rêves (ou plutôt "Duels"), chaque épreuve possède en effet une alter-ego utilisant des éléments des univers Mario ou Sonic.
Malheureusement, et c’est peut-être ce qui justifie le changement de nom, ces épreuves Rêves sont très avares en nouveautés. Tout comme sur Wii U, les décors ne changent pas (ou très peu) et la base du gameplay reste la même. Dans certains cas, les changements apportés par les objets sont minimes, je pense en particulier à la Gymnastique rythmique où les commandes à rentrer sont exactement les mêmes que dans la version normale. Heureusement, d’autres épreuves apportent des changements plus radicaux, donc bienvenus, comme le Tir à l’arc Rêve qui mêle précision et timing puisqu’il faut essayer d’abattre un maximum de Boos en une seule flèche. Amusant !

Graphiquement, la 3DS n’est pas en reste !

L’autre attrait de la version 3DS c’est bien sûr son scénario, En route pour Rio. Accueillir un mode scénarisé est désormais une tradition pour les opus portables.
Celui-ci fait la part belle aux Miis, qui font d’ailleurs leur première (et seule) apparition jouable sur console portable. On renoue ici avec un mode Aventure à la Vancouver, où l’on est libre d’explorer un monde composé de quatre régions (ici, quatre quartiers de Rio : Copacabana, Maracanã, Barra et Deodoro) afin de relever différents défis.

J’ai fait ce screenshot en hommage à Sonic Battle à l’époque. J’assume.

La progression est cependant légèrement différente puisque les défis sont techniquement tous optionnels. Les réussir permet d’accumuler de l’argent et des points d’expérience, qui vous permettront à leur tour d’acheter de meilleurs équipements pour votre Mii, mais rien ne vous empêche d’ignorer tous les défis qui vous seront proposés. Notez tout de même que votre Mii sans équipement a des stats ridiculement faibles, il faudra faire des efforts surtout en début de jeu pour obtenir des stats décentes.
L’histoire en elle-même est amusante et, comme le Choc des Légendes de la version Wii U, elle fait un gros clin d’œil à la guerre Nintendo/SEGA des années 90. Vous devez choisir d’intégrer un des deux clubs de la ville (le club Mario ou le club Sonic) en pleine période de froid entre les deux clans. Lorsque vous ne serez pas sur le stade à battre vos rivaux, il vous faudra donc enquêter à travers la ville pour découvrir qui est responsable des différents sabotages qui touchent les clubs.

Sans être un chef-d’œuvre d’écriture, l’histoire fait un travail correct et est plaisante à suivre. Vous serez également surpris de constater que les défis proposés pour vous entraîner sont en réalité des épreuves toutes droit sorties de Londres 2012 3DS ! 30 des 57 épreuves sont de retour sous cette forme s’apparentant à un mini-jeu, ce qui achève de me convaincre que le jeu vendu en 2012 était bricolé à la va-vite et n’aurait jamais dû sortir sous cette forme.
Hélas, certaines des pires épreuves ont été ramenées, comme le lancer de marteau ou l’aviron, mais n’oubliez pas que vous pouvez totalement les ignorer si vous ne voulez pas les faire.

En bref, on est en face du meilleur mode scénario depuis 2010, et c’est un plaisir !

Abordons maintenant le casting du jeu. Car si vous pensiez que les 35 personnages de la version Wii U étaient une belle avancée, la version 3DS en remet une couche et propose 41 personnages, dont 7 inédits ! Seul Toad est exclusif à la Wii U, mais sur portable vous pourrez jouer avec des personnages comme E-123 Omega, Eggman Nega et même Cream.
Le revers de la médaille, c’est que chaque épreuve n’est jouable que par 7 personnages tandis que Mario, Sonic et les Miis sont jouables dans toutes les épreuves. Autrement dit, tous les autres personnages sont limités à 1 ou 2 épreuves, ce qui est extrêmement dommage. La question "qui de Skelerex ou de Zazz est le meilleur nageur ?" restera donc sans réponse.

Les 40 personnages jouables (plus les Miis). Vous ne verrez cet écran qu’une demi-seconde avant de commencer une partie !

Quels sont les autres modes proposés par cette version ? Eh bien ils sont un peu décevants.
Tout d’abord, il n’y a pas de musée dans ce jeu, il est simplement remplacé par un menu Exploits qui est une liste de défis à réussir (obtenir l’or dans X épreuves, faire Y mètres au Saut en longueur...) et qui débloque une image au fur et à mesure de votre progression. Pourquoi pas, mais c’est un mode qui aurait dû cohabiter avec un vrai musée où l’on aurait pu observer nos médailles, les objets ramassés au cours du mode aventure, etc.
Le dernier mode est une curiosité, il s’agit du Marathon de poche, qui vous mettra au défi de parcourir 42,195km dans la vie réelle avec votre 3DS en veille. C’est plutôt original, même si ce n’est évidemment pas très amusant puisque le jeu se déroule tout seul. Mais c’est certainement l’utilisation la plus intelligente du podomètre de la console sur ses neuf années de vie.

Relevez des défis et essayez d’afficher toute l’image ! Personnellement, je me suis arrêté à la moitié.

Verdict

La version Wii U n’est pas vraiment recommandable. Certes, elle est agréable à l’oeil et propose un très bon mode de jeu (le Combat des Légendes), mais son faible nombre d’épreuves et sa présentation assez sobre (il n’y a pas de cérémonie des médailles lors d’un match rapide) la rendent vite fade.
Ce n’est certainement pas le pire jeu de la série, mais il est vraiment très moyen. Si vous aimez vraiment les JO d’été et que vous n’avez pas trop d’affinité pour le rugby, ma conclusion sera la même que pour M&S 2014 : tournez-vous plutôt vers la génération précédente et achetez Londres 2012. La Wii U est rétrocompatible Wii, ce serait dommage de vous priver.

Point positif tout de même : les animations de victoire spéciales sont de retour lorsque vous sélectionnez certains duos sur Wii U !

Petit reproche que j’adresserai aux deux versions : étant donné que les Miis sont au centre de l’intrigue et qu’il est beaucoup plus simple de débloquer des costumes sur 3DS que sur Wii U, il est dommage qu’il n’existe aucun moyen de transférer ses Miis d’une console à l’autre, comme on pouvait le faire sur Super Smash Bros. 3DS/Wii U par exemple. Cela aurait aussi permis aux possesseurs de la version 3DS de jouer avec leur propre avatar lorsqu’ils sont invités chez un copain.
Je réalise d’ailleurs qu’il n’y a jamais eu d’interactions entre les versions salons et portables de chaque olympiade. Etrange, habituellement Nintendo aime bien lier ses différentes consoles de cette manière (on se rappelle tous de la possibilité d’importer son équipe dans Pokémon Stadium).

Malgré leurs pieds inadaptés, les Chao sont de grands joueurs de Football. Ce sont décidément des mystères pour la science.

Enfin, la version 3DS de Rio 2016 propose quelques bonnes idées, mais laisse un sentiment de trop-peu au joueur. Il y a assez peu d’épreuves différentes et aucun mode annexe sur lequel s’amuser, en-dehors du mode aventure. Mais même celui-ci est assez court, malgré la possibilité d’y jouer une deuxième fois pour découvrir l’autre moitié du scénario et débloquer de nouveaux personnages.
Il s’agit sans hésitation du meilleur jeu de la série sorti pendant l’ère 3DS/Wii U, mais c’est principalement parce que les autres jeux étaient tous plus ou moins de grosses blagues. Par rapport aux versions DS de Beijing et Vancouver, Rio 3DS manque un peu de contenu. C’est toutefois une version que je recommanderais si vous pouvez la trouver pour une vingtaine d’euros.

Les rencontres improbables, c’est aussi ce qui fait le charme de la série.

Crédits

Merci à Archiverse pour les captures d’écran.

Par Sonicvic le 8 août

Discussions

Venez en discuter avec nous sur le forum, Discord, ou commentez ci-dessous !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.