Accueil > Univers > Personnages > Personnages des jeux

Paru le mardi 29 mars 2022

Dr. Ivo "Eggman" Robotnik

Introduction

Que serait une bonne histoire sans un méchant à la hauteur ? Et pourtant, la première fois que Naoto Ohshima a dessiné le savant fou que Sonic affronte sans relâche depuis 1991, il pensait en faire le héros du premier jeu. Alors que SEGA lance un concours interne à tous ses créateurs, pour trouver la mascotte qui saura rivaliser avec Mario sur Mega Drive, de nombreuses propositions différentes sont proposées et Ohshima-san crée un balourd moustachu en pyjama. Pensé comme une caricature du Président des USA Théodore Roosevelt (de 1901 à 1909), il n’a pas de nom mais déjà un corps rond comme un œuf.

Après certains changements demandés par SEGA of America, le principe de Sonic 1 MD est remanié de fond en comble et Yuji Naka pense que le personnage ferait un bon méchant. Son look est modifié pour faire plus scientifique, et il est baptisé Eggman, en référence à sa corpulence. SEGA of America choisit arbitrairement de donner un nom différent, qui sonne plus machiavélique : Ivo est l’anagramme du mot Ovi ("œuf" en latin), et la prononciation phonétique du mot evil ("malfaisant" en anglais). Robotnik fait écho à l’amour du personnage pour les robots. Les deux noms sont parfois utilisés, jusqu’à poser la question de savoir quel est le vrai nom du savant fou. En 1998, lorsque les base de licence sont complètement reconstruite avec Sonic Adventure, les deux noms sont gardés : Ivo Robotnik est son vrai nom, et Eggman un surnom.

Les premiers concept-arts d’Eggman

Ses Informations

Nom Ivo Robotnik
Surnoms Eggman
Espèce Humain
Sexe Masculin
Age Inconnu
Taille 1m85
Poids 128 kg
Chansons E.G.G.M.A.N. (SA2), Eggman Again (Sonic Unleashed)
Voix française Marc Bretonnière (depuis 2003)
Voix originale Deem Bristow (1998-2004), Mike Pollock (depuis 2005)

- Signes Particuliers : Son Q.I. de 300, son corps rond comme un œuf.
- Aptitudes : Une intelligence hors du commun, une expertise en ingénierie robotique.
- Faiblesses : Ne sait pas exploiter correctement les pouvoirs mystiques, un égo mégalomaniaque démesuré, n’apprend jamais de ses erreurs, dénué de toute sagesse.
- Caractère : Eggman est un mégalomane égoïste qui ne jure que par la robotique. Fondu de parc d’attractions, aux goûts plus que douteux en matière de décoration, il veut que les choses se passent comme il l’a décidé, et s’énerve très vite dès qu’il perd le contrôle de la situation (souvent). Son plus grand rêve est donc de prendre le contrôle de la planète entière, et d’y bâtir son utopie Eggmanland.
- Ce qu’il aime : construire ses robots, donner des ordres, les parcs d’attractions, les machines polluantes, prendre le dessus sur Sonic et ses amis, établir des plans de conquête du monde, les Emeraudes du Chaos, le fantasme de l’Empire Eggman, le poulet frit.
- Ce qu’il déteste : les machines qui ne marchent pas correctement, Sonic et ses amis, la nature, perdre, échouer à ses plans, quiconque le trahit, qu’on abîme sa moustache.

Des origines floues

Comme de nombreux personnage de la série, ainsi que son meilleur ennemi Sonic le Hérisson, le Dr. Robotnik n’a pas d’origines précises. Et pour SEGA of Japan, il n’en a pas besoin. Avec le temps et les jeux plus récents, de minces détails ont néanmoins été donnés sur ce qu’a pu faire Eggman dans sa jeunesse : il voyait son grand-père, Gérald Robotnik, comme un héros qui avait fait de son mieux pour aider l’humanité. En effet, Gerald était un scientifique travaillant pour le Gouvernement de la United Federation. L’âge d’Eggman étant inconnu, il est difficile de savoir s’il a connu son grand-père quand il était jeune, ou s’il admirait seulement sa réputation et ce que lui racontait sa famille. Issu d’une longue lignée d’hommes de sciences, Ivo a cherché à suivre le même chemin, mais s’est avéré plus enclin à aimer les machines que les êtres vivants. Au point de penser que le monde serait meilleur s’il n’était fait que de ça. Il a développé très vite une arrogance peu commune et un désir de contrôle sur tout ce qu’il touchait.

Eggman a commencé sa carrière faisant des études pour devenir professeur, car il aimait donner des ordres aux autres. Mais il n’est pas allé jusqu’au bout et a manifestement préféré se concentrer sur ses inventions. Il en est venu à étudier succinctement les Emeraudes du Chaos, ces gemmes miraculeuses qui peuvent exaucer les souhaits de quiconque grâce au pouvoir incommensurable qu’elles confèrent. Rapidement obnubilé par la soif de conquête et de pouvoir, Robotnik s’est perdu dans une quête de destruction systématique afin de remodeler la planète à son goût, se fichant totalement de savoir s’il faisait du mal à autrui, et persuadé de savoir que ses projets rendraient le monde meilleur.

La première fiche d’Eggman

Mais c’est là que la nature s’est rebellée contre lui, en la personne d’un petit hérisson bleu hyper rapide qu’aucune de ses machines ne pouvait rattraper. Alors qu’Eggman commençait à construire des robots esclaves alimentés par l’énergie des petits animaux de la forêt, Sonic s’est interposé afin d’arrêter les méfaits du savant fou, qui détruisait la nature et polluait l’environnement. Aveuglé par son désir de trouver les Chaos Emeralds, qui ne laisseraient plus aucune limite à ses ambitions, Eggman s’est juré d’anéantir Sonic le Hérisson, le seul obstacle qui l’empêchait de trouver les gemmes.

Du despotisme à la démesure

Les échecs perpétuels face à Sonic ont considérablement affecté le Dr. Eggman. On remarque une évolution dans la démesure et la gravité de ses actions au fil des jeux, mais également dans son attitude. Dans les premiers temps, dans les jeux Classiques, le savant fou créait une forteresse et une armée sur des îles certes habitées, mais à l’écart de la civilisation. Les seules régions impactées étaient ces îles isolées, des endroits paradisiaques pour montrer aux joueurs à quel point l’être humain pouvait gâcher la beauté de la nature.

Alors qu’on avance un peu plus dans la chronologie et qu’on passe à l’ère Adventure, Robotnik en a déjà assez de ses échecs répétés. Il emploie des forces beaucoup plus menaçantes pour atteindre ses objectifs, souvent des monstres plus gros que lui qu’il n’est pas capable de maîtriser. Perfect Chaos détruit une ville, le Biolizard menace de détruire la planète entière. Ses plus fameuses créations se retournent parfois contre lui. Les conséquences sont parfois si grandes qu’il se trouve obligé de s’allier à Sonic pour arranger la situation. Mais ses efforts pour créer Eggmanland sont toujours un échec.

Si bien qu’Eggman devient de plus en plus fou. Son rire est de plus en plus hystérique, et ses plans ont des conséquences toujours plus graves. Les jeux de l’ère Moderne parlent de planète explosée en plusieurs morceaux, d’une planète alien enchaînée à une machine géante, maquillée en parc d’attraction interstellaire. Désespéré par ses échecs continuels, le savant fou exploite la fragilité Spatio-temporelle pour effacer ses erreurs, mais là encore, Sonic (et son double plus jeune) parvient à l’arrêter à temps. Ce n’est que lorsqu’il parvient à capturer le Hérisson bleu et à l’enfermer au fond d’une cellule indestructible, qu’il réussit ENFIN à s’approprier presque la planète entière. Et il suffit à Sonic de s’échapper pour que les efforts d’Eggman soient réduits à peau de chagrin.

Une personnalité ambivalente

Au premier abord, le Dr. Eggman ressemble à un cliché : un égocentrique qui veut conquérir le monde, en faisant son rire machiavélique bien reconnaissable. Mais le personnage a plus de dimension que ça (et ce n’est pas un jeu de mot sur sa forte corpulence). C’est certain, Robotnik est principalement un bouffon. Il se repose essentiellement sur son génie scientifique pour sortir victorieux de n’importe quelle situation, et pense que tout est facile. Il est donc très arrogant et impatient, ce qui le fait agir parfois trop vite et négliger des détails cruciaux qui sont précisément les raisons de son échec à venir. Cette immaturité maladive e fait souvent surestimer ses propres capacités, est sous-estimer ses ennemis et leur chance de gagner.

Il fait alors preuve de mauvaise foi, surtout lorsqu’il est mis face à sa propre petitesse, quand ses machines lui désobéissent ou ne marchent pas comme il veut : ça lui montre qu’il n’est pas si génial que ça. Alors il préfère s’énerver, ne pas se remettre en question, et continuer à penser qu’il peut apporter la perfection au monde entier. Son égo est tel que ses créations ont pratiquement toutes son visage et sa corpulence, que ce soit ses robots, les bâtiments de ses bases ou de ses parcs d’attractions, ou même ses forteresses volantes (depuis les premiers jeux, Eggman a construit pas moins de huit Death Egg différents).

Robotnik sait en revanche se montrer cruel lorsqu’il est en colère, alors il lui arrive de menacer ses ennemis de mort ou de les intimider. Son sens de l’humour est cruel, il prend plaisir à expliquer les dangers qu’impliquent ses créations, et il en rigole. Les seuls moments où Robotnik peut faire de bonnes actions, c’est lorsque ça peut servir ses intérêts personnels, ou s’il a été trahi (comme avec Chaos par exemple).

Malin, mais asocial

Au-delà de son ambition de devenir le maître d’un monde entièrement peuplé de robots et dénué de nature, Eggman aime jouer avec ses ennemis pour se divertir, avant de pouvoir les faire échouer pour de bon. C’est en général là que la fortune s’inverse pour lui, et que ce sont ses ennemis qui parviennent à le vaincre. Il place ses pions comme il le souhaite pour se servir d’eux, comme il a fait de nombreuses fois avec Knuckles dans le but de lui voler sa précieuse Master Emerald. Il n’a pas hésité à s’associer avec le Chacal Infinite lorsqu’il a vu qu’ils partageaient la même vision du monde : un mode dénué de vie et de couleurs.

Mais son adversaire préféré reste bien sûr Sonic le Hérisson, qui s’acharne tellement à réduire ses plans à néant que le savant fou a développé un grand respect envers lui. Même s’il veut se débarrasser de lui en fin de compte, il aime voir leurs affrontements comme un défi. De son côté, Sonic ne veut surtout pas le tuer, et prend un malin plaisir à le voir revenir pour l’anéantir à nouveau. Il aime aussi le charrier et le narguer : c’est lui qui l’a surnommé Eggman en premier. Le savant fou a même adopté pour lui-même ce surnom, appelant toutes ses créations « Egg », et se faisant lui-même appeler Eggman.

En revanche, Eggman voudrait bel et bien éliminer le Hérisson bleu à la fin. Il sait que s’il veut conquérir le monde, il doit d’abord se débarrasser de Sonic. C’est prouvé lorsqu’il développe l’entreprise Meteor Tech : tant que Sonic n’est pas au courant de ses projets, Eggman s’en sort bien (Sonic Riders : Zero Gravity). Et lorsque le savant fou conquiert 99% de la planète grâce à Infinite, c’est uniquement parce que Sonic est hors-jeu. Seul Sonic dispose de la détermination suffisante pour affronter le Dr. Eggman encore et encore, sans relâche.

La rivalité qui permet aux jeux Sonic d’exister

Un côté admirable ?

Car oui, Ivo Robotnik est lui aussi déterminé à voir ses rêves devenir réalité. Il n’abandonne jamais, ne perd jamais espoir, et revient constamment avec un nouveau plan de conquête du monde. Sonic l’admire aussi quelque part, car il ne se laisse pas décourager par ses multiples défaites. Le Hérisson bleu n’est jamais déçu de voir que le savant fou manigance toujours un plan qu’il va devoir faire échouer.

Par ailleurs, Robotnik montre un semblant d’humanisme lorsqu’il n’est pas à l’origine d’une situation catastrophique. Il s’oppose à la destruction pure et simple, que ce soit la planète ou l’espèce humaine toute entière. Si lui-même en vient là, c’est parce qu’il peut voir ça comme un sacrifice nécessaire, comme lorsqu’il a souhaité se débarrasser des Zetis, après qu’ils se soient retournés contre lui. Mais il n’ira jamais jusqu’à vouloir la destruction totale pour son propre plaisir.

Il a donc aidé Sonic à annuler l’opération avec le Biolizard, qui aurait pu détruire la planète entière, et était choqué d’apprendre que son grand père était allé jusqu’à vouloir détruire la planète en s’alliant à Black Doom, pour la mort de sa petite-fille Maria. Il s’oppose aussi aux Black Arms qui veulent tout détruire : s’il n’y a plus de ville, que va-t-il pouvoir conquérir ? Quand il s’oppose à ces monstres plus grands que lui, il fait preuve d’un courage impressionnant, et n’a jamais peur de faire face à de terribles monstres comme Perfect Chaos (SA1) ou Dark Gaïa (Sonic Unleashed).

Eggman croyait pouvoir corriger le "dieu de la destruction"

Ses créations

Le Dr. Eggman aime tellement les machines qu’il pense qu’un monde parfait serait fait de robots et de machines uniquement. Il les trouve belles et aime l’idée de pouvoir les contrôler entièrement. Il reste convaincu que vivre dans un endroit industrialisé et pollué est une meilleure alternative que vivre d’air pur. Pollueur notoire, il se fiche des dommages qu’il cause à l’environnement et ne se gêne pas pour surexploiter les ressources naturelles de la planète.
Eggman a développé un nombre d’armes incommensurable afin d’atteindre son but de conquête du monde.

- L’Egg Mobile :
Première création qui définit Eggman plus que n’importe quoi d’autre, l’Egg Mobile est la maison d’Eggman lorsqu’il quitte sa base, et il ne peut vivre sans elle. C’est le reflet de son génie et de son égo : il déteste l’enveloppe corporelle humaine, limitée et faible. Son Egg Mobile lui permet d’aller plus loin, plus vite, d’attraper des objets plus lourds que lui, et il peut y fixer n’importe quelle arme pour affronter ses pires ennemis. Il possède ce véhicule en permanence, et l’améliore constamment. Si bien que chaque jeu est l’occasion d’en montrer un nouveau modèle.

Eggman dans son Egg Mobile (Sonic R)

- Ses robots :
Tout tyran se doit de donner des ordres à une armée. Celle du Dr. Robotnik est à priori infinie, puisqu’il a autant de soldats qu’il veut en construire. Tous sont à ses ordres, et il dispose de nombreux modèles différents : les Badniks qui sont alimentés par des petits animaux sans défense, les Egg Pawns qui sont littéralement des « pions » dont dispose le savant fou pour mener ses projets à bien, ou encore les Egg fighters qui se sont montrés utiles lorsqu’Eggman a tenté d’exploité les pouvoirs de Dark Gaïa. Il a aussi construit certains robots plus importants, comme Egg Robo qui était l’élément le plus puissant de son armée dans Sonic 3 & Knuckles. De nombreuses autres machines ont d’ailleurs été inspirées de lui par la suite, comme le Death Egg Robot ou les Hard Boiled Heavies.

Ses dernières innovations en dates sont deux assistants plus ou moins efficaces, qui reflètent la bouffonnerie du Docteur et lui apportent de la compagnie, ainsi que des sous-fifres à qui donner des ordres directs. Orbot n’apprécie pas énormément Eggman mais lui obéit au doigt et à l’œil, alors que Cubot adore son créateur mais essaye de faire le moins de travail possible.

Orbot et Cubot acclamant leur créateur

- Metal Sonic :
Sa création la plus fidèle, le seul robot qui puisse véritablement arriver à la cheville du Hérisson bleu. Eggman ne perd pas espoir sur son potentiel, et le reconstruit à chaque fois un peu plus parfait pour tenir tête à Sonic. Il est le fruit de nombreux essais et expériences, succédant à d’autres tentatives comme Silver Sonic ou Mecha Sonic. Il en a fait un robot déterminé à vaincre Sonic et à le dépasser, matérialisant en lui sa propre haine du Hérisson bleu. At el point que le robot s’est déjà rebellé contre son créateur pour éliminer Sonic lui-même. Dans un même ordre d’idée, Eggman a créé Metal Knuckles afin de rivaliser avec l’Echidné rouge, mais ce dernier robot n’a été vu que dans un seul jeu (Sonic R, puis remplacé par Mecha Knuckles dans Sonic Advance).

- Ses bases :
N’importe quel méchant digne de ce nom a sa propre cachette, d’où il fomente ses pires actions. Celles construites par le Dr. Eggman n’ont pas toujours eu la même forme. S’il construisait le plus souvent ses robots depuis un entrepôt polluant et rempli de pièges destinés à empêchés tout intrus d’entrer, le savant fou a aussi laissé s’exprimer son âme d’enfant en créant des parcs d’attractions dantesques, brillant de mille feux et décorés de son propre visage. A certaines occasions, il ne s’est pas gêné pour s’installer dans des monuments existant bien avant sa naissance, négligent le fait que la demeure en question soit hantée, qu’il s’agisse d’une antique pyramide (SA2) ou d’un château médiéval (Sonic Heroes, Shadow).

La folie d’Eggman en une image

- Ses forteresses :
Lorsque toutes ces armes ne se sont pas montrées suffisantes pour qu’il puisse accomplir ses projets, Eggman en est venu à construire des forteresses aériennes, comme l’Egg Carrier, ou spatiales comme le Death Egg, apparue dans de nombreux jeux depuis Sonic 2 il y a 30 ans. Avec le temps, une seule forteresse volante ne suffisait plus, il s’est donc mis à construire des flottes entières composées de multiples vaisseaux, de différentes tailles. Les deux plus grandes flottes qu’il ait pu créer sont les deux fois où le savant fou a presque réussi à atteindre son rêve : la terrible machine qui a fendu la Terre en plusieurs morceaux et a pu libérer Dark Gaïa, et celle qui entourait le Death Egg lorsqu’il a réussi à conquérir 99% de la planète (Sonic Forces).

Le tout premier Death Egg

Sa famille

Seuls trois membres de la famille Robotnik sont connu en plus du Dr. Eggman. Les deux premiers sont son grand-père Gérald, et sa cousine décédée Maria. Gerald a eu deux enfants, qui ont eu chacun de leur côté au moins un enfant : Maria d’un côté, Ivo de l’autre. Il a pu ne pas les avoir en même temps. Ce qui impliquerait par suite que ces deux enfants ont vécu avec une ou deux générations d’écart, et dont l’un a eu un enfant beaucoup plus tard que l’autre.

Le grand-père et la cousine d’Ivo Robotnik, sa seule famille connue

Un autre membre de la famille n’est pas aussi connu mais existe bel et bien : Eggman Nega. Alors que les Sonic Rush nous font croire qu’il s’agit d’un alter-ego du savant fou dans le monde de Blaze, la Sol Dimension, les Sonic Rivals nous révèlent qu’il est en réalité un ennemi de Silver dans un futur de 200 ans plus tard. Il est le descendant direct d’Eggman qui cherche à se venger de la réputation désastreuse qu’Ivo Robotnik a imposé à toute sa descendance.

Il peut paraître surprenant qu’Eggman ait réussi à engendrer une descendance. Mais le manuel de Sonic Heroes nus donne un indice sur ce plan-là : les versions européenne et américaine du jeu le qualifient de féministe. Mais c’est une erreur de traduction. La version originale japonaise emploie le terme "homme à femmes".

Dans les Comics

- Archie :
Les Comics Archie ont leur propre version de l’univers de Sonic, directement inspiré de la Bible américaine de la licence créée au début des années 90. L’action prend place sur la planète Mobius, qui est en réalité la Terre mais un millénaire après notre époque. Des catastrophes nucléaires et un conflit avec des extra-terrestres a entraîné la naissance d’êtres mi-humains mi-animaux comme les Mobiens. Les humains existent toujours et le docteur Julian Kintobor est l’un d’entre eux.

Né en 3189, il est devenu un génie en armement qui utilisait des êtres vivants comme cobayes. Il a rapidement cherché à conquérir Mobotropolis, la capitale du Royaume Acorn où vivent Sonic et ses amis, puis s’est mis en tête de prendre le contrôle de la planète entière. Il a alors pris le nom de famille de son grand-père maternel, Gérald Robotnik. Réunis sous le nom de Freedom Fighters (Combattant de la Liberté), Sonic, Sally Acorn, Bunnie Rabbot, Tails et d’autres personnages se sont ligués contre lui afin de l’empêcher de robotiser les habitants, quand il n’avait pas affaire aux clans des Echidnés et à Knuckles. Le grand-père de Sonic, Sir Charles Hedgehog, n’a pas eu la chance d’échapper à la robotisation et restera un robot à vie, parvenant malgré tout à retrouver sa conscience.

Les différents corps robotiques d’Eggman

Les Archie ont développé un multivers foisonnant composé de différentes dimensions parallèles. Dans l’une d’elles, Robotnik a lui-même subi la robotisation, avant que son corps ne soit détruit. Il a transféré informatiquement sa conscience dans un satellite, avant de rencontrer le Robotnik de la dimension principale du multivers, où il a décidé que toute vie sur Mobius devait disparaitre. C’est ce corps robotique, détruit plusieurs fois au cours de l’histoire des comics, qui se fait appeler Dr. Eggman.

Les comics Archie ont été rebooté en 2011 afin de repartir sur des bases moins complexes. Le personnage n’a pas été modifié drastiquement : Ivo Robotnik était un scientifique travaillant pour le G.U.N. et a décidé un jour de se lancer dans le projet fou de la conquête du monde. Là encore, il continuerait à affronter ses ennemis de toujours, les Freedom Fighters.

Le nouveau et l’ancien Robotnik, face à Maximilian Acorn

- Fleetway :
Parallèlement aux Archie, les Fleetway dont la série se nomme Sonic the Comic ont aussi créé une version différente d’Eggman inspirée de la Bible américaine. Le docteur Ovi Kintobor menait une expérience en laboratoire sur les Emeraudes du Chaos, afin de supprimer le Mal de la planète et de le contenir dans les gemmes. La machine qui les contenait, alimentée aux anneaux dorés, a subi un dysfonctionnement qui a détruit le laboratoire. Le Mal de Mobius n’a pas été transféré dans les Emeraudes, mais dans l’esprit d’Ovi Kintobor, qui est devenu Ivo Robotnik. Dans son frigo se trouvait un œuf pourri, qui a fusionné lors de l’accident et a donné à Robotnik son corps tout rond.

Ovi Kintobor et Sonic avant de devenir bleu

Ovi Kintobor, avant de devenir malfaisant, a aidé Sonic à courir de plus en plus vite grâce à un tapis de course spécial. Le hérisson a fini par aller tellement vite que son apparence a changé et ses pics sont devenus bleus. Sonic s’est allié à plusieurs amis, les Freedom Fighters, afin de contrecarrer les plans de conquête du monde du savant fou. Et lorsque le docteur a réussi à renvoyer le Hérisson bleu six mois dans le passé pour pouvoir conquérir Mobius, le combat n’en a été que plus intense.

Ivo Robotnik, après sa transformation

- IDW :
La continuité des Comics IDW suit à l’identique la timeline des jeux vidéo, avant de prendre son propre chemin après Sonic Forces. Après avoir conquis le monde à 99% et avoir été vaincu par Sonic, le savant fou est porté disparu. Amnésique, il est retrouvé par les Chaotix et la Team Dark, qui décident de le laisser tranquille maintenant qu’il est inoffensif. Pendant ce court laps de temps, il crée un badnik bienfaisant, appelé Belle the Tinkerer. Mais le dévoué Metal Sonic le retrouve bientôt et lui rend ses souvenirs, grâce aux efforts du scientifique Dr. Starline. Il repart rapidement dans ses travers de conquête du monde et crée le Metal Virus, un genre de robotisation qui se fait au niveau biologique. Devenus des Zombots, les victimes perdent toute conscience et attaquent leurs amis ou tout être vivant sans réfléchir. Il doit alors affronter les Effroyables Six, qui veulent s’emparer du Virus à leurs propres fins.

Le Dr. Eggman et le Dr. Starline

Dans les Animés

- AoStH :
Le Robotnik des Aventures de Sonic a un look bien particulier, mais il est toujours le même savant fou voulant conquérir la planète Mobius. Aidé de ses deux laquais Scratch et Grounder, il essaye à chaque épisode un nouveau plan afin de parvenir à son but, comme créer des armes de destruction massive ou lancer ses robots à la poursuite de Sonic. Mais à cause de la stupidité de ces derniers et de la détermination de Sonic, Tails et leurs amis les Freedom Fighters, Robotnik est constamment mis en échec. Il tient son envie de contrôler le monde de sa mère, mais il a peur de sa cruauté et de sa tendance à se mettre en colère très rapidement. Manipulatrice, Maman Robotnik parvient à s’échapper souvent de l’asile où elle est gardée, destiné aux « mamans vraiment bizarres ». Sonic lui-même la considère comme sa deuxième pire ennemie, après le savant fou.

Robotnik et sa... mère.

- SatAM :
Auparavant appelé Julian, le Dr. Robotnik de la série surnommée Sonic & Sally s’est renommé ainsi après avoir pris le pouvoir à Mobotropolis suite à un coup d’état. Suite au manque de connexion entre les studios américains et les studios japonais, l’ère Classique est marquée par de nombreuses différences d’interprétation entre les dessins animés et les jeux, et Robotnik connait aussi ce phénomène. Il était ministre de la guerre au service du Roi Acorn, mais voulait avoir le contrôle de la planète Mobius. Alors il a banni le Roi dans une dimension parallèle et s’est emparé de la ville, avant de robotiser les habitants en esclaves à son service. La fille du Roi, Sally Acorn, s’est alliée à Sonic et aux Freedom Fighters afin d’affronter Robotnik, retrouver le Roi et restaurer le gouvernement de Mobotropolis, depuis leur base au village Knothole. Tout comme l’univers global, Robotnik est présenté sous un jour beaucoup plus sombre que dans les jeux ou AoStH.

Un nouveau design pour Robotnik, et son robot de compagnie Cluck

- Sonic le Rebelle :
L’univers de Sonic le Rebelle ressemble beaucoup à celui de SatAM, avec un sérieux équivalent. Robotnik (qui a une apparence identique) contrôle Mobius et robotise les habitants depuis la disparition de la Reine Eléonore. Ses trois enfants, Sonic, Manic et Sonia, ainsi que l’Echidné Knuckles, l’affrontent constamment sous le nom de Freedom Fighters. Un prophète appelé l’Oracle de Delphes a prédit la fin de son règne à cause des trois enfants de la Reine, ce qui pousse le savant fou à les traquer inlassablement. Sonic, son frère et sa sœur continuent de l’affronter tout en cherchant leur mère disparue. Le scientifique est là aussi assez sombre, et l’aspect comique repose en partie sur la bêtise de ses deux sbires, Louvois et Dur-Dur.

Le design d’Eggman, similaire à celui de SatAM

- Sonic X :
Le Dr. Robotnik version Sonic X ressemble beaucoup à celui des jeux, à la fois bouffon et dangereux. Le nom Eggman n’apparaît à aucun moment dans la VF, contrairement aux jeux contemporains de la série, à savoir les jeux de l’ère Adventure (et contrairement à la VO qui l’appelle aussi Eggman). La différence majeure est qu’il est assumé que Sonic, ses amis et Robotnik viennent d’une autre planète, qui n’a pas de nom cette fois-ci. Le scientifique a cherché de nombreuses fois à contrôler la planète, et affronte Sonic depuis longtemps. Ses trois serviteurs robotiques, Deccoe, Boccoe et Bokkun, sont constamment rabroués par leur créateur pour leur inutilité.

Lorsque le Hérisson bleu abîme par mégarde le centre de la base où Robotnik expérimentait sur les Emeraudes du Chaos, une réaction terrible téléporte la base entière et tous les personnages dans un nouveau monde, la Terre. Le savant fou n’en est pas perturbé outre mesure, et tente plusieurs fois de prendre le contrôle de cette planète-ci. Il découvre alors dans des fichiers secrets du gouvernement l’existence de son grand-père Gerald Robotnik ici, comprenant ainsi qu’il est bien originaire de la Terre. Cette facette du personnage ne sera pas davantage explorée, laissant planer un grand mystère autour de ses origines réelles et de comment il s’est retrouvé sur la planète de Sonic.

Robotnik et ses deux sbires Deccoe et Boccoe, retenant Chris en captivité

- Sonic Boom :
Première série de l’ère Moderne après la fin de Sonic X, Sonic Boom nous montre un univers inédit pour la licence Sonic. Le Hérisson bleu et ses quatre amis Tails, Knuckles, Amy et la nouvelle Sticks, vivent en paix sur l’île de Bygone Island. Le Dr. Eggman (qui a cette fois ce nom utilisé même en VF) vit sur une île isolée au large, dans une grande forteresse en compagnie de ses deux laquais Orbot et Cubot, directement sorti des jeux. Là-bas, le savant fou établit de nombreux plans pour conquérir le monde ou éliminer la Team Sonic, constamment mis en échec par ces derniers.

Comme toute la série, cet Eggman est beaucoup plus dans le second degré

Dans les Films

- Sonic the Hedgehog (Sonic OAV) :
L’OAV Sonic nous montre une autre interprétation de l’univers de Sonic, ou le Dr. Eggman est toujours le même scientifique fourbe et calculateur. Créé au Japon, cette version utilise le nom originel du savant fou, et exclut le nom Robotnik. Avide de pouvoir et de contrôle sur Planet Freedom, Eggman contacte Sonic et Tails afin de combattre un dangereux robot appelé Black Eggman (les sous-titres anglais l’appellent néanmoins Metal-Robotnik). C’est en réalité un piège destiné à copier les données de Sonic et à les attribuer à Metal Sonic, son plus grand rival. Tout ça dans le but d’anéantir Sonic et d’épouser la fille du Président de Freedom Planet, Sara.

Le seul média où l’on voit les vrais yeux d’Eggman Classique !

- La saga cinématographique :
Les films Sonic 1 et Sonic 2 ont davantage exploité la psychologie d’Eggman que par le passé, en particulier à travers les dialogues. Et ça tombe bien puisqu’Eggman adore s’entendre parler. L’acteur Jim Carey s’est lui-même impliqué dans l’interprétation de son personnage. Dans cette version comme lors de l’ère Adventure, les deux noms du personnage sont utilisés officiellement : Robotnik est son nom de famille (son prénom n’a jamais été mentionné), et Eggman est le surnom que Sonic lui a donné car ses premiers robots étaient en forme d’œuf.

Robotnik dans Sonic 2

Né sur Terre, il est envoyé en mission par le gouvernement américain pour trouver l’origine de l’impulsion électromagnétique qu’a créé Sonic sans le vouloir. Il découvre qu’il s’agit d’un être venu d’un autre monde et devient obsédé par Sonic, voulant aller jusqu’à le disséquer pour comprendre d’où il vient. Robotnik se heurte à Tom Wachowski, le shérif de Green Hills qui protège Sonic, à qui il raconte qu’il était brutalisé par ses camarades à l’école, et qu’il en a gardé une haine tenace envers l’être humain dans sa globalité. Il préfère la compagnie de ses machines, qui font ce qu’on leur dit sans poser de question. On retrouve là le savant fou qui aime avoir le contrôle, encore plus lorsqu’il apprend de la bouche de Knuckles l’Echidné l’existence d’une gemme capable de transformer les pensées en réalité, l’Emeraude-Mère.

Contrairement aux autres continuités de la licence, le Dr. Eggman n’est pas accompagné par deux sbires robotiques, mais par un assistant humain, l’agent Rock, qui ne voit le monde que par lui et est prêt à tout pour que Robotnik parvienne à ses fins. En deux films, l’agent Rock a conquis les fans du monde entier. S’il semble fasciné par l’aura du savant fou, Rock se fiche de savoir que ses sentiments sont à sens unique. Eggman ne voit en lui qu’un larbin à son service, sans autre intérêt que celui d’être admiré pour ce qu’il croit être, un génie du Mal.

L’agent Rock et Robotnik, dans Sonic 1

Par Di-Luëzzia le 29 mars

Discussions

Venez en discuter avec nous sur le forum, Discord, ou commentez ci-dessous !

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.